Artémis

Les légendes les plus importantes rattachées à Artémis relatent des épisodes de sa naissance et de la parfaite chasteté qu'elle exigeait d'elle même et des ses suivantes allant jusqu'à tuer le pauvre mortel qui l'avait surprise nue. D'autres légendes ont trait à la vengeance qu'elle fit subir à tous ceux qui l'avait contrariée. Voir les fiches individuelles pour plus d'informations ou représentations.

Diane Chasseresse
Diane Chasseresse
Jean GOUJON c. 1550
© Musée du Louvre

① Un jour le dieu-fleuve Alphée, eut l'audace de s'éprendre d'Artémis et de la poursuivre à travers toute la Grèce mais elle s'enfuit à Létrinoi en Elide. Là elle enduisit son visage ainsi que celui de toutes ses nymphes d'une boue blanchâtre, de telle sorte qu'on ne pouvait plus la distinguer de ses suivantes. Alphée fut contraint de se retirer, poursuivi par les rires moqueurs.
Les prêtresses d'Artémis de Létrinoi et de d'Ortygie s'enduisaient le visage d'argile blanche sans doute pour commémorer cet aventure.

Elle était très fière de son habileté et obligea Agamemnon, coupable de s'être vanté de la surpasser au tir à l'arc, de sacrifier Iphigénie, qu'elle sauva à la dernière extrémité.

Callisto et Jupiter
Callisto et Jupiter déguisé en Diane
par Jacob de Wit
© Rijksmuseum, Amsterdam

Chioné, princesse de Phocide (Grèce centrale) fut abattue par une flèche d’Artémis en punition pour avoir prétendu être plus juste que la déesse. (Chioné croyait peut-être que ses deux amants divins, Hermès et Apollon, pourraient la protéger de la colère de la déesse).

Acteon et Diane
Diane et Actéon
par LE TITIEN
© National Gallery Edinburgh

Un jour, en une autre circonstance, Actéon aperçut par hasard Artémis en train de se baigner dans un torrent tout proche; il ne s'éloigna pas et la regarda. De crainte qu'il ne se vantât par la suite auprès de ses compagnons qu'elle s'était montrée nue en sa présence, elle le changea en cerf et il fut mis en pièces par sa propre meute de cinquante chiens.

En revanche elle tua de façon accidentelle Orion qui avait, comme elle, la passion de la chasse. Il est vrai qu'Apollon qui avait peur que sa soeur cède aux avances du chasseur, l'avait sciemment induite en erreur. C'est pour cela qu'elle se vengea en criblant de flèches Coronis l'amante de son frère.

La mort de Cenchrias
La mort de Cenchrias
par Sophie RUDE
C.P.

D'une flèche elle tua aussi de façon accidentelle le jeune Cenchrias, fil de Poséidon et de la Nymphe Pirène, fille du dieu-fleuve Asopos (ou du roi Oebalos ou du dieu-fleuve Achéloos). Pirène pleura tant et tant qu'elle fut changée en une fontaine qui se trouvait devant la porte de la ville de Corinthe. A coté de cette fontaine, les corinthiens élevèrent un petit sanctuaire dédié à Pirène où l'on apportait des petits gâteaux au miel pendant les périodes de sécheresse. Cette fontaine était aussi célèbre pour avoir été créée par Pégase d'un coup de sabot ou pour Sisyphe afin qu'il révèle à Asopos le nom du ravisseur de sa fille Egine.

 Coronis, princesse de Thessalie, fille de Phlégias, fut aimée par Apollon. Alors qu’elle était enceinte elle aima un autre homme. Artémis tua Coronis, par représailles envers Apollon pour la mort d’Orion mais il existe des variantes à cette légende.

Pendant la guerre de Troie, Artémis comme son frère prit le parti des Troyens. Lorsque Enée fut blessé par Diomède et transporté par Apollon dans son temple c'est elle qui le soigna. (Iliade V, 447)
Après la mort de Patrocle, les dieux eux-mêmes s'engagèrent dans le combat; Héra frotta les oreilles d'Artémis qui repartit en pleurant. (Iliade XXI, 470 sqq)

Les Aloades, Otos et Ephialtes, étaient deux géants fils jumeaux de Poséidon qui cherchèrent dans un premier temps à envahir l’Olympe en entassant des montagnes les unes sur les autres. Puis ils formèrent le dessein d’enlever Héra et Artémis. Cette dernière les entraina sur l’île de Naxos où ils s’entretuèrent par mégarde.

Le sanglier de Calydon était une terrible bête qu'Artémis avait envoyée ravager la contrée de Calydon car le roi Œnée avait négligé son culte. Son fils, Méléagre, organisa une grande chasse à laquelle participa la plupart des héros grecs.

Artémis sur son char
Musée du Louvre

La biche de Cérynie était un superbe animal consacré à Artémis, qui lorsqu'elle était enfant, avait aperçu cinq biches, plus grandes que des taureaux, paissant sur les bords du fleuve thessalien Anauros qui roule des cailloux noirs dans ses eaux au pied du mont Parrhasion. Le soleil étincelait sur leurs cornes. Elle se mit à courir, les poursuivit et en captura quatre, successivement en ne se servant que de ses mains et les attela à un char; la cinquième s'enfuit en traversant le fleuve Céladon jusqu'à la colline de Cérynie comme le voulait Héra, qui avait déjà en tête les Travaux d'Héraclès qui la poursuivit pendant un an avant de l'attraper.
Artémis et Apollon vinrent à la rencontre d'Héraclès et elle lui reprocha d'avoir maltraité son animal sacré mais il fit ressortir l'obligation dans laquelle il se trouvait et rejeta la faute sur Eurysthée. De plus aucun sang n'avait coulé alors la colère de la déesse s'apaisa et elle lui permit d'emporter la biche vivante à Mycènes à condition que l'animal fut relâché aussitôt après.

Mm

Artémis et Apollon était très attentionnés envers leur mère. Ils tuèrent Niobé et ses enfants car elle avait osé se comparer à la déesse et de se vanter de lui être supérieure, parce que Léto n'avait eu que deux enfants.

Ils tuèrent de la même façon le Géant Tytios, fils de Zeus et d'Elara, qui avait voulu faire violence à Léto.

Diane et ses chiens
Diane et ses chiens par Jan FYT
© Staatliche Museen, Berlin

Comaetho était la jolie prêtresse d'Artémis Triclaria dans la ville de Patras. Elle tomba non seulement amoureuse du très beau Mélanippe mais en plus ils firent l'amour dans le temple même dédié à la virginité. Outragée, Artémis envoya la peste et la famine sur la ville. On interrogea l'oracle de Delphes qui préconisa de tuer les deux amoureux et de sacrifier tous les ans une jeune fille et un garçon, les plus beaux de la ville toutefois l'oracle précisa que ce sacrifice prendrait fin quand un roi étranger apporterait un nouveau culte. Effectivement l'introduction par Eurypyle du culte de Dionysos mit fin à cette horrible pratique. (Pausanias, Periègèse VII, 19, 1)

Euthemia, nymphe épouse de Mérope de l'île de Cos, qui fut frappée par les flèches de la déesse pour avoir méprisé son culte puis encore vivante, elle fut jetée sur la terre des morts par Perséphone.

Byssa était une princesse, fille du roi Eumélus de l'île de Cos. Elle était aussi arrogante que son frère et sa soeur. Son frère Agron insulta Hermès, sa soeur Méropis se moqua d’Athéna, et Byssa elle-même insulta Artémis, en gênant le cortège nocturne de  la déesse. Très en colère, les dieux transformèrent les trois chenapans en oiseaux et Byssa fut transformée en une sorte d'oiseau marin plongeur par Artémis.

Mélanippé, nymphe du Mont Pélion en Thessalie qui fut transformée en jument noire par la déesse sans doute pour avoir méprisé son culte.

http://mythologica.fr