DIEU-FLEUVE

Les dieux-fleuves (Potamoi) sont les divinités des fleuves et des rivières. Les grecs comme tous les peuples de l'Antiquité ont voué un culte aux cours d'eau. Hésiode dans la Théogonie en compte trois mille qui sont les fils d'Océan et de Téthys.

Dieu fleuve
Tibre, Dieu-fleuve au Campidoglio (Rome)

(337) "Et Téthys conçut d'Océan et enfanta les Fleuves tourbillonnants : Le Néilos, et l'Alphée, et l'Eridan aux tourbillons profonds, et le Strymôn, et le Méandre, et l'Istros au beau cours, et le Phasis, et le Rhèsos, et le Haliacmôn, et le Heptaporos, et le Grènicos, et l'Aisépos, et le divin Simoïs, et le Pènée, et le Hermos, et le Caikos au cours charmant, et le grand Saggarios, et le Ladôn, et le Parthénios, et l'Evénos, et l'Ardèskos et le divin Skamandros." (Hésiode Théogonie)

Toutefois certains ont des ascendants différents comme Eurotas ou Pactole.

Ils sont représentés sous trois aspects :
Un puissant taureau
Un homme à tête de taureau
Un homme barbu appuyé sur une urne d'où coule de l'eau ou tenant une corne d'abondance.
Ils tenaient une ancre ou un gouvernail quand les bateaux pouvaient voguer entre leurs rives.

Les Naïades sont les nymphes des rivières, des ruisseaux, des lacs, des marais, des fontaines ou des sources. Ces déesses mineures qui assistaient aux assemblées des dieux sur l'Olympe sont les enfants de Potamoi.

Un lettré anonyme, appelé Pseudo Plutarque, de l’époque impériale a écrit en grec une monographie sur les fleuves où se mèlent la mythologie et la géographie avec un soupçon de botanique.

ACHELOOS Dieu-fleuve d'un cours d'eau d'Etolie dans le nord-ouest de la Grèce; Achéloos ou Achéloüs, "aux tourbillons d'argent", était un grand séducteur comme le prouve sa nombreuse descendance. Il lutta contre Héraclès pour obtenir la main de Déjanire. Comme toutes les divinités de l'eau il était capable de se transformer d'abord en serpent ce qui provoqua le rire d'Héraclès. Puis voyant la futilité de sa transformation, Achéloos prit la forme d'un taureau farouche qu'Héraclès saisit par les cornes. La lutte est terrible et bientôt Héraclès arracha une corne à son adversaire. Parmi ses amantes les plus connues on cite Melpomène et Terpsichore.

ACHERON allant chercher sa source près des bois Dodone, et l'Arachinos se rendant à Ambracie qu'il vainquit par surprise comme leur roi Pyrrhus, garantissent l'avancée des Thesprotes, arrière-petits-fils de Pélasgos par son fils Lycaon.

ALPHEE : amoureux transi de la nymphe Aréthuse, Alphée la poursuit jusqu'à l'île d'Ortygie (près de Syracuse, en Sicile). Les dieux exigèrent son retour en Grèce et depuis il chemine ses eaux, mélangées à celles du Ladon, dans toute l'Arcadie jusqu'aux murs d'Olympie où Cronos, il y a très, très longtemps était roi, et, par le Pays d'Élis, se jette dans les bras de Pontos. C'est dans cette cité que Augias, le fils d'Hélios, avait les écuries que Héraclès, puni, nettoya en un jour en déviant les eaux de l'Alphée. Dieu-fleuve qui fut l'époux de Télégone, fille du Pharis, dont il eut un fils Orsilochos. Il poursuivit la Néréide Aréthuse. Le fleuve Alphée (actuellement Alféo) coule en Elide et en Arcadie et son cours fut détourné par Héraclès pour nettoyer les écuries d'Augias.
L'Alphée est un fleuve d'Arcadie, à proximité de la Pise d'Olympie qui s'est d'abord appelé Stymphélos, nom qu'il tenait de Stymphélos, le fils d'Arès et de Dormothéa. Ayant perdu son fils Alcméon, qui aimait trop les chevaux, ce Stymphélos fut pris de désespoir et se jeta dans le fleuve Nyctimos, qui prit de lui son nouveau nom de Stymphélos. Voici pourquoi il prit le nom d'Alphée. Alphéios était l'un de ceux qui descendaient en droite ligne d'Hélios ; il entra en conflit avec Cercaphos, son frère, pour une question d'honneur et tua ledit Cercaphos pourchassé par les vergers il se jeta dans le fleuve Nyctymos.

ASCANIOS : la rivière Bébryce, fait honneur aux Argonautes en arrosant Cios port de la Propontide.

ASOPOS : qui propose son cours aux Éoliens et s'allonge suivant la Magnésie en bas du Pélion. Asopos fut l'époux de Méropé et le père de nombreuses filles dont la nymphe Egine aimée de Zeus. L'« Asopos », deux fois dieu-fleuve, en Béotie et dans la Haute Argolide, où il s'unit à Métopé (la fille de Ladon, un autre dieu des eaux en Arcadie se jetant dans l'Alphée) qui lui donna deux fils et vingt filles dont Éginé, enlevée par l'aigle de Zeus. Assoiffé de vengeance, Asopos déborda au-delà de l'isthme de Corinthe, mais Zeus l'arrêta de sa foudre et, pour rassurer Égine, permit qu'une partie des flots ait depuis cours en Béotie, et continua son vol jusqu'à une île déserte appelée Oenoné où l'agapète, aimée, conçut de lui Éaque. Rêvant de compagnie, l'enfant demanda au dieu de transformer en hommes les nombreuses fourmis. Le père assentit et Éaque devint roi d'une toute nouvelle race dite des Myrmidons.

ASTERION : Fleuve d'Argos dans le Péloponnèse. Ses filles furent les nourrices d'Héra.

AXIOS : fleuve de Macédoine, grand-père d'Astéropaeos (prince Paeonien) et, par Europé, de la même race que Euphèmos (un fils de Poséidon).

BORYSTHENE : le dieu-fleuve du nord, dont la fille, une nymphe nommée « Liarka », courtisée par Zeus s'abandonna et mit au monde un enfant, le premier Scolote (Scythe), baptisé par les dieux, puisqu'il n'y avait pas d'hommes, Targitaos. Ses enfants : Lipoxaïs, Arpoxaïs et Kolaxals, sont à l'origine des trois dynasties et dans leur descendance c'est encore un grec, Héraclès, fils chéri de Zeus, qui s'unit à Echidna sur la rive du Meotique (la Mer D'Azov), et du monstre et du dieu naquirent Agathyrsos, Gélonos et Scythès, le plus vaillant et l'héritier de l'arc et du baudrier du petit-fils d'Alcée. (Act. Dnierp)

CAIQUE : "aux bonnes eaux" permit à Augé et à Télèphe, son fils, dérivant sur un bateau d'accoster sur ses rives, où régnait Teuthras, qui l'épousa et adopta l'enfant d'Héraclès. Le Pseudo-Plutarque (20, 1) raconte une histoire semblable à celle de Pactole Le Caïque est un fleuve de Mysie ; il s'est d'abord appelé Astraios, nom qu'il tenait d'Astraios, le fils de Poséidon. Pendant la célébration d'une fête nocturne en l'honneur d'Athéna, cet Astraios agressa et viola sans la reconnaître sa soeur Alcippé et lui enleva sa bague ; le jour suivant, il reconnut le sceau de celle dont il partageait le sang et, éperdu de douleur, se jeta dans le fleuve Adouros, qui prit de lui son nouveau nom d'Astrid., Il reçut ensuite le nom de Caïque, et voici pourquoi. Caïcos, un fils d'Hermès et de la nymphe Ocyrrhoé avait assassiné Timandros un noble ; par peur des proches de ce dernier, il se jeta dans l'Astraios, qui prit de lui son nouveau nom de Caïque.

CAYSTRE : dont les eaux de la douix, près du Mont Tmolos (dieu-éponyme), en Lydie intérieure, servirent de décor à l'impromptu majeur dans lequel se mesurèrent Pan, le dieu berger, à la syrinx, et Apollon musagète, à la lyre, arbitré à leur demande par le roi Tmolos, qui succombe, après le récital, de plaisir pour les uns, pour d'autres puni par le perdant.

CEPHISE : fleuve de Phocide qui porte aujourd'hui Mavronero, va se jeter dans le lac Copaïs près d'Orchomène. C'est sur ses bords que Dionysos, fut laissé chez le roi Athamas et qu'Argennos, éromène d'Agamemnon en partance pour Troie, fut emporté par les flots et s'y noya. Près de ce fleuve Deucalion et Pyrrha se seraient rendus au temple de Thémis. Il est le père de plusieurs nymphes : Daulis, Lilaia, Mélaine, Thyia.

CEPHISE: dieu-fleuve de l'Attique passant dans la cité d'Athènes avant de se jeter dans le golfe de Saronique. Il était fils de Pontos et de Thalassa ; il eut de la Nymphe Bleue, Liriopé, le beau Narcisse. Il avait près d'Orope un autel qu'il partagea conjointement avec les nymphes, le dieu Pan et Achéloos. On lui éleva aussi un temple en Argolide; la fontaine de Castalie, à Delphes, était sous sa protection, et dans ses eaux, Aphrodite et les Charites se plaisaient à venir se baigner.

COCYTE : Fleuve des Enfers.

CRINISOS : Fleuve de Sicile.

ENIPEE : Fleuve de Thessalie. Tyro, la fille de Salmonée, roi d'Elide, était amoureuse de Enipée, le plus beau des fleuves. Poséidon usurpa son identité pour rendre Tyro mère de Pélias et Nélée.

ERASINOS : Fleuve qui nait dans le lac Stymphale pour réapparaître en Argolide après un long trajet souterrain puis il se jette dans le golfe Argolique près de Lerne.

ERIDAN : Fleuve Po (ou Danube?) dans lequel Phaéton se serait noyé après avoir utilisé le char du soleil.

EUROTAS : fils de Mylès, et petit-fils de Lélex, ancêtre éponyme des Lélèges, Eurotas fut le premier roi de Laconie. Il eut une fille, Sparta, qui aima Lacédaemon. Le couple laissa leur nom à une ville, Sparte, un fleuve, l'Eurotas, et une nombreuse descendance, les Lacédémoniens. Himéros, héros de Sparte, eut à son insu des rapports incestueux avec sa soeur Cléodice. La honte et les remords le poussèrent dans les eaux du Marathon qui reçut son nom ; puis le peuple oublia et l'appela Eurotas.

EVENOS : fleuve d'Etolie dont la source se trouve dans le Pinde. Le prince Euenos se jeta dans le cours d'eau après avoir échoué à retrouver sa fille Marpessa, enlevée par le héros Idas. Selon certains, il a ensuite été transformé en dieu-fleuve ou bien le fleuve a été tout simplement rebaptisé Euenos en son honneur. Ses parents sont Océan et Téthys ou bien Arès et Démodice selon Apollodore ou Arès et Stéropé selon Plutarque.

page 2 page suivante

❖ Bibliographie

Bibliothèque virtuelle
https://mythologica.fr