HÉLIOS

Personnification hellénique du soleil et de la lumière, Hélios (Gr. 'Hλιος; Lat. Helius) était le fils du Titan Hypérion et la Titanide Théia selon Hésiode et Apollodore. Toutefois Hyginus lui donne comme mère Aethra. Dans les hymnes homériques d'Hélios, il est donné comme le fils d'Hypérion et de la titanide Euryphaëssa.

Il était le frère d'Eos et de Séléné.
Il était aussi le dieu garant des serments et du don de la vue. C'est lui qui rendra la vue au géant Orion.
Le coq est l'animal qui lui est consacré.
Il y a souvent confusion entre Apollon et Hélios, dieu-soleil, d'autant qu'ils ont parfois le même surnom, Phoébus, "le brillant".
Les romains l'identifièrent à la divinité sabine Sol.

❖ Légendes

Colosse de Rhodes
Représentation du Colosse de Rhodes

Hélios séjournait volontiers en Ethiopie ou dans l'île d'Aéa; il habitait un palais aux colonnes d'or et de bronze ornées d'ivoire qui abritait un somptueux trône entouré de diverses personnifications de la division du temps.
Chaque matin, précédé du char d'Eos, Hélios s'élançait dans le ciel sur son char tiré par quatre chevaux blancs et rapides (Pyroïs, Eoos, Aethon, Phlégon) et parfois ailés. Il était considéré comme l'inventeur du char à quatre chevaux.
De là-haut il surveillait les hommes et aussi les dieux car Hélios voyait tout et à ce titre il était le garant des serments. C'est lui par exemple qui rapporta l'adultère d'Arès et d'Aphrodite, et c'est lui encore qui dénonça Hadès lors de l'enlèvement de Perséphone. On notera toutefois qu'il ne vit pas les compagnons d'Ulysse s'attaquer à son bétail.
Le soir, il arrivait au pays des Hespérides, à l'ouest, où se trouvait un autre palais puis revenait au point de départ:
- soit par un chemin souterrain couché sur son lit en or,
- soit en navigant sur l'Océan dans une coupe d'or, remarquable travail d'Héphaïstos, qui sera prêtée à Héraclès lors de son dixième travail.
Hélios participa à la guerre des dieux contre les Géants et les Titans et il sauva même Héraclès en le prenant sur son char.

Hélios
Hélios et ses quatre chevaux

Cependant Hélios a toujours eu un peu de mal à faire valoir ses droits.
Il avait été oublié lors de la distribution des territoires mais heureusement l'île de Rhodes venait de surgir des flots et Zeus la lui attribua en dernier ressort. Il en devint le protecteur et ses descendants règneront sur plusieurs cités de l'île.
Des légendes plus tardives lui attribuent aussi l'île d'Erythée.

De même lorsque les compagnons d'Ulysse, dans l'île de Thrinacie, mangèrent les bœufs sacrés gardés par les Héliades, Phaethousa (la déesse de la lumière) et Lampétia, il dut menacer de se retirer sous terre et d'aller briller pour les ombres dans le royaume d'Hadès, avant d'obtenir réparation. En fait ce troupeau, composé de 350 moutons et de 350 bœufs d'une blancheur immaculée et aux cornes d'or, ne devait jamais diminuer ou augmenter car les 700 bêtes représentaient les jours et les nuits de l'année lunaire.
Hélios disputa la ville de Corinthe à Poséidon; choisi comme arbitre, le géant aux cent bras, Briarée lui attribua la citadelle (l'Acrocorinthe) et la ville basse revint à Poséidon.

❖ Amours

Helios et Leucothoé
Apollon / Hélios et Leucothoé
BOIZOT (1737) © Musée de Tours

On lui prêtait de nombreuses aventures amoureuses dont certaines furent difficiles sans doute à cause de la rancœur d'Aphrodite qui avait mal supporté la dénonciation de sa liaison avec Arès à son époux Héphaïstos.
De plus c'était un séducteur sans scrupule qui abandonnait ses amantes pour en chercher une nouvelle. De ce fait il eut une nombreuse descendance.
La descendance d'Hélios et de Perséis porte le nom d'Héliade. Toutefois ce nom est aussi utilisé pour ses autres enfants.

• Il séduisit Leucothoé en délaissant Clytia qui dénonça par jalousie la jeune fille à son père et fut enterrée vivante. Hélios transforma l'infortunée Leucothoé en arbre à encens et Clytia se métamorphosa en héliotrope dont la fleur se tourne désespérément vers le soleil. Ovide dans ses Métamorphoses raconte ces amours tragiques et mais assimile Hélios à Apollon.
• Il épousa Rhodè, fille de Poséidon et d'Amphitrite dont il eut plusieurs enfants.
• Il eut plusieurs enfants de l'Océanide Clyméne, en particulier Phaéton qui se tua en conduisant le char de son père et ses soeurs le pleurèrent tellement que leurs larmes se solidifièrent en gouttes d'ambre et qu'elles furent changées en peupliers.
• Il eut de nombreux fils et une fille de son épouse, l'Océanide Perséis.

❖ Arts

On le figurait comme un jeune et bel homme dans la force de l'âge, le plus souvent imberbe, à la chevelure abondante et dorée, ceinte d'une couronne radiée. Il était vêtu d'habits pourpre. Il y a souvent confusion entre Apollon et Hélios, dieu-soleil.
On voyait à Rhodes sa statue colossale faite par Charès de Lindos. Il est représenté au fronton oriental du Parthénon, et, très fréquemment, sur les peintures de vases ou les monnaies de Rhodes.

❖ Culte

Helios
Hélios sur son char

Il avait des sanctuaires en divers endroits comme à Corinthe ou dans l'île de Rhodes, dont il était le protecteur et où se trouvait le fameux colosse de Rhodes qui le représentait. La statue haute de 70 coudées fut détruite par un tremblement de terre et un oracle demanda qu'elle ne fût jamais reconstruite.

Les animaux blancs comme des bœufs ou des chevaux mais aussi des moutons ou des coqs lui étaient consacrés de même que des arbres comme le peuplier blanc ou le miel.

On célébrait pendant l'été des fêtes appelées Hélieia, où l'on précipitait à la mer des quadriges en son honneur.
A Rome, son culte assimilé à celui de Sol, était célébrait le 8 aout sur le Quirinal mais il a été supplanté par celui de Mithras

❖ Filiation

Théia Hypérion
HELIOS
Epouse* / amante Enfants
Aeglé Charites
Clyméne* Phaéton
Aeglé,
Aetheria,
Astris,
Dioxippe,
Helie,
Lampetia,
Merope,
Phaethusa,
Phoebe
Clytia  
Leucothoé Thersanor
Nausidamé Augias
Rhodè* Electryone
Actis
Auges
Candalos
Cercaphos
Macar
Ochimos
Tenages
Thrinax
Triopas
Perséis * Aeétès
Persès
Circé
Pasiphaé
HELIADES

❖ Sources antiques

❖ Bibliographie

Bibliothèque virtuelle
https://mythologica.fr