Œdipe

Œdipe (Gr. Οἰδίπους Lat. Oedipus) est un héros thébain, fils de Laïos, roi de Thèbes et de Jocaste. (A noter qu'Œdipe devrait se prononcer Édipe et non pas Eudipe)
L'Oracle avait prédit que si Laïos avait un fils celui-ci tuerait son père et épouserait sa mère.
Jocaste, fille de Ménœcée et sœur de Créon, est parfois appelée Epicaste en particulier par Homère.

Œdipe exposé
© B.N.F.

N'ayant pas eu d'enfant de Jocaste, Laïos consulta l'Oracle de Delphes. L'Oracle prophétisa que le fils tuerait son père. Pour empêcher l'accomplissement de cette funeste prophétie, lorsque la reine Jocaste enfanta d’un fils, Laïos décida de l’exposer sur le mont Cithéron, auparavant il fit percer les chevilles de son fils et les attacher ensemble afin qu'il ne puisse pas ramper et qu’il soit facile de l’accrocher à un arbre. Si l'exposition en montagne est la plus fréquente dans les textes antiques, l'exposition sur l'eau est aussi attestée. La survie d'un enfant exposé à la mort est la promesse d'un destin prestigieux. Cependant, plutôt que de laisser l'enfant mourir d'exposition, comme Laïos l'avait demandé, le serviteur donna le bébé à un berger de Corinthe.

Comme le bébé avait les pieds enflés à cause des blessures il fut nommé Œdipe ce qui signifie « pieds enflés » racine que l’on retrouve dans œdème, le gonflement d’un tissu cellulaire. Le bébé arriva finalement à la maison de Polybe, roi de Corinthe, et de la reine Mérope, qui l'adoptèrent avec plaisir, car ils n'avaient eu pas d'enfants. Ils l’élevèrent comme leur propre fils.
Des années après, un homme pris de boisson le railla en disant qu’il ne ressemblait pas du tout à son père et qu’il devait être un bâtard. Choqué, il questionna ses parents qui affirmèrent qu’il était bien leur enfant.

Pour lever toute incertitude Œdipe décida d’aller consulter l'Oracle de Delphes et pour connaitre son avenir. Horrifiée, la Pythie s’écria : « tu vas tuer ton père et épouser ta mère » Comme il aimait Péribos et Mérope d'un profond amour filial, il décida de ne pas rentrer chez lui à Corinthe, mais de se rendre à Thèbes, qui était plus proche de Delphes.

Dans l’étroit défilé qui conduit à Thèbes il se querella à une fourche avec un conducteur qui voulait l’obliger à s’écarter en fonçant sur lui. Œdipe tua sans le vouloir le vieil homme. La première partie de l’oracle venait de s’accomplir car le vieil homme n’était autre que Laïos, son père biologique. Mais Œdipe n'en sut rien.
Le seul témoin de la mort du roi était un esclave qui s'était enfui d'une caravane d'esclaves qui transitait sur cette route.

Oedipe
Œdipe et la Sphinx par INGRES
© Musée de Montauban

La campagne autour de Thèbes était sous l'emprise de la Sphinx (ou Sphinge), un monstre venu d'Ethiopie. On ne sait pas exactement quel dieu l'avait fait venir. Selon Apollodore c'est Héra qui voulait punir Laïos d'avoir enlevé et violé son jeune élève Chrysippe, fils de Pélops, roi de Pise en Élide et de la nymphe Danaïs.
Euripide signale que c'est Hadès et pour d'autres c'est Dionysos et Arès qui voulaient ainsi punir Cadmos, fondateur de Thèbes du meurtre de Dragon.

La Sphinx soumettait les voyageurs à une des énigmes qu'elle avait apprise des Muses et étranglait puis dévorait quiconque ne pouvait pas la résoudre. Il est possible que l'énigme soit chantée car Sophocle qualifie la Sphinx de "chanteuse cruelle".

Un peu plus tard, Œdipe se trouva en face de la Sphinx qui lui posa cette énigme : « Quel être, pourvu d'une seule voix, a quatre pattes le matin, deux le midi et trois le soir ? ».
Œdipe trouva la réponse à l'énigme : « c'est l'homme, dit-il, car quand il est bébé il marche à quatre pattes puis il se redresse et marche sur ses deux jambes et au crépuscule de sa vie il lui faut un bâton pour le soutenir ce qui fait trois pattes. » Furieuse de se voir percée à jour, la Sphynx se précipita dans la vide du haut de son rocher. Comme cela avait été prévu.
Selon certains récits plus rares, citent une autre énigme : « Il y a deux sœurs : l'une enfante l'autre et qui, à son tour, enfante la première. Qui sont les deux sœurs ? » la réponse?

Créon, le frère de la reine Jocaste et régent de la ville avait annoncé que celui qui débarrasserait la contrée du Sphinx (elle avait déjà tué un de ses fils) serait fait roi de Thèbes et deviendrait l’époux de la reine Jocaste récemment veuve. C'est ainsi qu'Œdipe devint roi et épousa Jocaste, sa mère biologique sous les vivats de la foule heureuse d'être libérée du monstre. Ainsi la dernière partie de l’oracle venait de se réaliser.
Ils régnèrent assez longtemps et ils eurent quatre enfants : deux fils Étéocle et Polynice et deux filles Antigone et Ismène.
Jocaste a toujours dédramatisé les peurs d'Œdipe qui est hanté par les révélations de l'Oracle elle lui répond :

« Et qu'aurait donc à craindre un mortel, jouet du destin, qui ne peut rien prévoir de sûr, vivre au hasard, comme on le peut, c'est de beaucoup le mieux encore. Ne redoute pas l'hymen d'une mère : bien des mortels ont déjà dans leurs rêves partagés le lit maternel. Celui qui attache le moins d'importance à de pareilles choses est aussi celui qui supporte le plus aisément la vie.» (Sophocle, Œdipe roi)

Oedipe s'exilant à Thèbes
Eugène HILLEMACHER (1843)
© Musée des B-A, Orléans

Plusieurs années après, un fléau s’abattit sur Thèbes affectant les cultures, le bétail et la population. Œdipe promit d’enrayer la peste et il envoya son beau-frère, Créon, chercher des conseils auprès de la Pythie de Delphes. A son retour Créon affirma que la faute incombait au meurtrier du roi Laïos. Créon suggéra de faire venir le devin aveugle Tirésias pour connaitre le nom du meurtrier. Dans un premier temps Tirésias l’avertit de surtout ne pas chercher le meurtrier de Laïos. Menacé, Tirésias révéla à contrecœur que le meurtrier du roi n’était autre qu’Œdipe qui ne savait même pas qui était ses vrais parents. Il s’en suivit un échange houleux entre le roi, Créon et Tirésias qui fut stoppé par l’arrivée de Jocaste. Elle raconta l'histoire de son fils premier-né et de son exposition sans réaliser vraiment qu'il pouvait être son fils vivant. Œdipe devint nerveux car il était possible qu’il soit le meurtrier de Laïos.
Soudain, un messager arriva de Corinthe avec la nouvelle de la mort du roi Polybe était mort. Malgré son chagrin Œdipe fut soulagé car il n’avait pas tué le père qu'il considérait comme son père biologique. Le messager précisa qu'Œdipe était, en fait, adopté. Jocaste, réalisant enfin qu'il était son fils, le pria d'arrêter sa recherche du meurtrier de Laïos. Œdipe a mal compris sa motivation, pensant qu'elle avait honte de lui parce qu'il était peut-être né de basse extraction. Jocaste s’enfuit et alla se pendre avec ses voiles.
Œdipe voulut enquêter sur cette histoire d’adoption et il interrogea le berger qui devait exposer le bébé. Ce dernier confirma qu'il avait sauvé le bébé; il montra même les langes et l'entrave sans oublier de demander une récompense, puis il confirma aussi son adoption par le roi de Corinthe.


La fin de cette tragédie dépend de l’auteur.

Œdipe maudit son fils Polynice
Emile FRIANT (1883)
© Musée des B-A de Rennes

• Dans les pièces d'Euripide Jocaste ne s'est pas suicidée en apprenant l’histoire d'Œdipe, et Œdipe fut rendu aveugle par un serviteur de Laïos.
• L'aveuglement d'Œdipe n'apparaît pas dans les sources antérieures à Eschyle. Certaines sources plus anciennes du mythe, y compris Homère, déclarent qu'Œdipe continua à gouverner Thèbes après les révélations et la mort de Jocaste.
• Pausanias raconte qu'Œdipe épousa une autre femme, Euryganie, fille d'Hyperphas ou bien la soeur de Jocaste donc la tante d'Œdipe. Il attribue à Euryganie les quatre enfants.

Je vis aussi la belle Epicaste (Jocaste), mère d'Oedipe, qui commit par ignorance un grand forfait en épousant son propre fils, qui avait tué son père ; mais les dieux divulguèrent cela sur-le-champ. Comment les dieux auraient-ils divulgué cela sur-le-champ, si Œdipe avait eu de Jocaste ses quatre enfants, et non d'Euryganie, fille d'Hyperphas ? Ce fut en effet de cette dernière qu'il eut ses enfants, comme on le voit dans le poème nommé l'Oedipodie ; et Onatas dans le tableau qui est à Platée, a représenté Euryganie consternée à la vue du combat de ses fils. IX, 5,11
• Dans les pièces de Sophocle, Œdipe découvre que Jocaste vient de se suicider. Avec l'épingle d'une broche de la robe de Jocaste, il se creva les yeux et guidé par sa fille Antigone il partit à travers le pays; ils furent finalement accueillis par le roi Thésée. A Colone, Créon demande à Œdipe de revenir pour bénir son fils, Étéocle. En colère que son fils ne l'aime pas assez pour prendre soin de lui, il maudit Etéocle et Polynice, les condamnant à s'entre-tuer au combat.
Œdipe meurt d'une mort paisible ; Accompagné de ses filles et de Thésée, après s'être purifié et fait ses adieu il entra seul dans le bois des Euménides, où il disparut. On dit que sa tombe était sacrée pour les dieux.

Une autre tradition dit qu'Œdipe fut enterré à Céos mais un fléau s'abattit sur la région. Il fut alors transporté à Itone. Les Itoniens, peu désireux de l'avoir chez eux, consultèrent l'Oracle de Delphes qui les rassura. Œdipe était l'hôte de Démèter qui lui réserverait un accueil dans son bois sacré.

page 2 page suivante

❖ Filiation
Jocaste Laïos
OEDIPE
Epouse Enfants
Jocaste Etéocle
Polynice
Antigone
Ismène
Euryganie  
❖ Sources antiques

25-Nov-2022
Copyright Le grenier de Clio [https://mythologica.fr]