titre

Pour les Aztèques le monde était réparti sur trois niveaux: le ciel, la terre et l'infra monde (Mictlan).

❖ Le ciel.

Le ciel, énorme dôme composé de treize degrés superposés, s'élevait à partir de la surface de la terre. Au plus haut niveau résidait Ometeotl, l'être suprême, le créateur de toutes les dualités, aucun autre dieu ou mortel ne pouvant accéder à ce royaume supérieur.
Venaient ensuite les niveaux réservés à la vie future, niveaux de qualité différente selon le bilan de vie spirituelle du défunt au moment de sa mort. La maison du Soleil, à l'est, la récompense ultime, accueillait les âmes pour l'éternité, exemptées dans ce cas d'un retour sur la terre. À l'ouest se trouvait le lieu de l'éternité paisible réservé aux morts au combat ou aux femmes mortes en couches. Les autres âmes vertueuses séjournaient en des endroits aussi sublimes et troublant que le "pays des Nuages", le "pays des Écorchés" ou celui de l'Eau et de la Brume.

Les Aztèques avaient une structure de base de l'Univers; Comme déjà mentionné, tous les corps célestes sont divisés en deux groupes: le Centzon Mimixcoa au nord et le Centzon Huitznahuac au sud; les quatre cents serpents ou quatre cents du sud, c'est-à-dire les innombrables étoiles, et de Coyolxauhqui, la Lune, qui étaient les frères de Huitzilopochtli, qu'il tua à la naissance.

Et treize cieux sont reconnus (le nombre de cieux a été fixé à treize car c'est le grand nombre suprême du calendrier), qui se sont conformés comme suit:

 

    Ilhuícatl-Meztli: ciel des étoiles;

    Ilhuícatl-Tetlalíloc: il est habité par les Tzimime, qui sont des démons célestes ou des étoiles féminines qui tentent d'empêcher le soleil d’apparaitre après les éclipses;

    Ilhuícatl-Tonatiuh: il y a Tezcatlipoca (dieu de la nuit et de toutes les choses matérielles) et ceux qui sont chargés de garder les cieux;

    Ilhuícatl-Huitztlán: il y a les âmes des guerriers sacrifiés qui se transforment en oiseaux précieux;

    Ilhuícatl-Mamaloaco: ciel des serpents de feu (les comètes);

    Ilhuícatl-Yayauhco: le ciel où les vents sont au numéro quatre, un pour chaque point cardinal;

    Ilhuícatl-Xoxoauhco: celui qui montre son visage dans la journée;

    Ilhuícatl-Nanatzcáyan: là où les couteaux d'obsidienne grincent;

    Ilhuícatl-Teoiztac: Ciel de la région blanche;

    Ilhuícatl-Teocozáuhco: Ciel de la région jaune;

    Ilhuícatl-Teotlatláuhco: Ciel de la région rouge;

    Ilhuícatl-Teteocán: c'est le lieu où les dieux prennent des visages;

    Ilhuícatl-Omeyocán: ciel où réside Ometeotl, seigneur de la dualité.

 

Sur le plan symbolique, sa vision du ciel peut être interprétée comme suit: le Soleil né d'un sacrifice traverse le ciel d'Est en Ouest, avec sa cour masculine et féminine, passant par le midi où il règne, atteint l'ouest et s'enfonce dans la demeure des morts, où le monde est livré aux puissances redoutables du crépuscule et aux flèches de Tlahuizcalpantecuhtli; Seule la lune brille comme symbole de fertilité, et l'ancien couple primordial règne au sommet de l'univers.

• Le cinquième soleil.

À l'origine le soleil n'existe pas alors pour éclairer le monde, les dieux, se réunirent à Teotihuacán. Après quatre essais ratés ils allumèrent un grand brasier et demandèrent un volontaire pour devenir le nouveau Soleil.

Naissance du soleil
Naissance du Soleil


Le fils de Tlaloc et de Chalchiuhtlicue, Tecciztecatl ou Teccuciztecatl, « Celui au coquillage marin », se proposa. Il était superbe avec ses armes en obsidienne et ses ornements de jade. Les autres dieux eurent un doute car Teccuciztecatl passait pour un hâbleur et un bavard et le voici qui s'avance devant le brasier, mais effrayé, il reculera par quatre fois.
Alors Nanahuatzin se présenta : il était petit, bossu, pustuleux, ses armes et ses ornements était de pacotille. Sans hésiter il se précipita dans le brasier et le cinquième soleil se mit à briller.
Honteux, Teccuciztecatl se jeta à son tour dans le feu et un nouveau soleil apparut.
Les dieux assemblés hurlèrent de fureur et lui lancèrent un lapin à la face ce qui diminua considérablement sa luminosité. C'est pourquoi, les Indiens voient un lapin dans les taches de la Lune.
Mais ces deux nouveaux astres étaient sans mouvement. Alors, pour animer le monde, les dieux décident d'offrir un sacrifice. Ce fut le premier sacrifice, celui que commémoreront tous les sacrifices humains ultérieurs. (lire la légende plus complète)

❖ La terre.

Au centre de l'univers aztèque, le point de rencontre entre ciel, terre et le monde d’en bas, était la capitale Tenochtitlan. Selon la légende, le peuple des Tenochca rebaptisé par le dieu de la guerre Huitzilopochtli les « Mexicas », fonda ici sa capitale, sur un îlot du lac Texcoco.

Au coeur de la cité s'élevait le somptueux temple Mayor dédié à Huitzilopochtli et à Tlaloc, le dieu de la pluie aztèque.

❖ Mictlan.
mictlantecuhtli

Si les morts au combat ou en couches allaient directement au ciel, tous les autres devaient d'abord passer par le monde inférieur, ou Mictlan (ce qui est au-dessous de nous). Le dieu redoutable de l'inframonde, Mictlantecuhtli, apparaît comme un squelette trapu coiffé d'un chapeau pointu et les yeux exorbités en boule de billard.
À son arrivée au monde inférieur, l'âme était accueillie par le Tezcatlipoca noir qui l'expédiait à travers les neufs niveaux de Mictlan où elle aurait à affronter une série d'épreuves au cours d'une période de quatre ans dans un paysage effrayant agité de tremblements de terre et sillonné de rivières traîtres.
En cas de réussite, les âmes se voyaient accorder le droit de séjourner dans l'un des royaumes célestes, mais en cas d'échec, elles étaient condamnées à demeurer dans la plus basse strate de l'inframonde pour l'éternité.

❖ Bibliographie

Quelques autres livres pour approfondir ce sujet.


04-Avr-2021
Copyright Le grenier de Clio [https://mythologica.fr]