Bellérophon

Héros corinthien, Bellérophon (Βελλεροφόντης) fils de Glaucos1 (ou de Poséidon) répondait à sa naissance au nom de Hipponoos (qui connait les chevaux); sa mère, qui s'appelait soit Eurymédé soit Eurynome, était la fille du roi de Mégare, Nisos.

Bellérophon
Bellérophon reçoit Pégase des mains d'Athéna

Après le meurtre involontaire de son frère, Déliadès, lors d'un lancer de disque ou suivant d'autres récits, d'un noble Corinthien tyran de son état, nommé Belléros, il dut s'expatrier et il se retira à la cour de Proétos (Proitos ou Praetos), roi de Corinthe qui le purifia de son crime et il prit le nom de Bellérophon, "tueur de Belléros".

Sténébée (ou Antéia chez Homère), épouse du roi, l'accusa faussement d'avoir tenté de la séduire parce qu'il avait refusé ses avances.

Antéia, la femme de Proétos, secrètement amoureuse, veut coucher avec Bellérophon. Mais elle ne réussit pas à persuader le sage et vertueux héros. Alors elle ment à Proitos et l'invective :
— Meurs, Proitos, ou fais mourir Bellérophon, car il a voulu coucher avec moi de force.
A ces mots, la colère saisit le roi. (Iliade chant VI)

Proétos qui ne voulut pas s'attirer le courroux des Erinyes en le tuant lui-même, envoya le héros à Iobatès, son beau-père, roi de Lycie, avec une tablette scellée en lui indiquant de le faire périr.

Bellérophon
Bellérophon et Pégase
par G. TIEPOLO
© Palais Labia à Venise

Iobatès reçut fort bien le jeune homme qu'il invita à sa table et au bout d'une semaine il prit connaissance de la tablette. Ne voulant pas tuer son hôte ni contrevenir à cette très ancienne coutume qui interdisait de tuer celui avec qui on avait partagé un repas, il chercha un moyen où il n'aurait pas directement du sang sur les mains.

Il lui demanda de débarrasser son pays de la Chimère, persuadé qu'il succomberait dans cette lutte. Chimère était un monstre femelle qui soufflait du feu, avait une tête de lion, un corps avec une seconde tête de chèvre et une queue de serpent.

Ne sachant que faire, Bellérophon alla interroger le devin Polyidos qui lui recommanda de sacrifier un taureau à Poséidon et de passer une nuit dans le temple d'Athéna.

Protégé par Athéna, qui lui qui lui donna un mors en or, il dompta le cheval Pégase. Avec une monture au vol puissant et rapide, Bellérophon tua le monstre. En volant au-dessus d'elle, il la cribla de flèches à la pointe en plomb ou bien il lança un bloc de plomb dans la gueule. Le souffle ardent de Chimère fit fondre le plomb qui lui brûla les entrailles.

Iobatès, loin de le récompenser l'envoya combattre les belliqueux Solymes et leurs alliés, les Amazones; Les Solymes étaient un peuple guerrier qui demeurait en Lycie.

Puis il mit en déroute une bande de pirates Cariens. Mais comme Iobatès lui avait envoyé la garde royale, Bellérophon mis pied à terre et demanda à Poséidon d'inonder la plaine à mesure qu'il avancerait.

Chimère
Chimère d'Arezzo
bronze du IVème (Florence)

Les hommes n'ayant pas réussi à l'arrêter, les femmes de la région relevèrent leur tunique par-dessus leur tête et marchèrent vers lui. Bellérophon était si pudique qu'il fit demi-tour, entraînant les vagues à sa suite.

♺ Plutarque dans "Les Vertus des femmes", donne une autre version des faits dans laquelle Chimarrus est un féroce pirate qui écume les côtes lyciennes à bord d'un bateau orné d'une tête de dragon. texte

Après de tels exploits, le roi de Lycie, convaincu de son innocence et émerveillé par sa bravoure, en fit son gendre en lui donnant sa fille, Philonoé, en mariage. Il lui donna aussi la moitié de son royaume en succession. Bellérophon perdit son fils Isandros, tué par Arès. Sa fille Laodamie qui avait été aimée de Zeus et avait conçu Sarpédon, mourut d'une cause inconnue, mort soudaine due à Artémis.

Le roi reconnut alors que cet homme était de la race illustre d'un dieu. Il le retint à sa cour et lui donna sa fille. Il partagea le pouvoir avec lui et les Lyciens lui confièrent un domaine à cultiver, le meilleur de tous, plein de vergers et de champs. Sa femme donna trois enfants au brave Bellérophon : Isandre, Hippoloque et Laodamie. (Iliade, chant VI)

Bellérophon voulut se venger de la reine Sténébée (ou Antéia) ; il revint à Argos et fit semblant de succomber à ses charmes. Il lui proposa un vol sur le dos de Pégase mais quand il fut assez haut il la précipita dans les flots.

Au sommet de sa gloire, Bellérophon entreprit de voler vers l'Olympe sur son cheval ailé. Sa fatale démesure, l'hybris, est suivie d'une cruelle remise en place soit il fut pris de vertige soit Zeus envoya un taon qui piqua Pégase sous la queue et le malheureux inconscient chuta. Tombé dans un buisson d'épines, il devint aveugle et il erra seul dans le désert d'Alèios plein d'amertume jusqu'à sa mort.

❖ Arts

Chimère © Musée du Louvre
Bellérophon
Bellérophon © Paul Getty Museum

❖ Filiation

Eurymédé
ou Eurynomé
Glaucos
(Poséidon)
BELLEROPHON
Epouse Enfants
Philonoé
(Anticlia)
Laodamie
Isandros
Hippolochos

❖ Sources antiques

❖ Bibliographie

Bibliothèque virtuelle
http://mythologica.fr