Glaucos

Il existe plusieurs personnages dans la mythologie classique qui portèrent le nom de Glaucos.

Glaucos et Scylla
Glaucos et Scylla
L. de la Hire Paul Getty Museum

Fils de Sisyphe et de Mérope, il épousa Eurynome et engendra Déliadès, Phocos et Bellérophon.
Foncièrement imbu de lui-même, il affirmait que la puissance de ses chevaux venait du fait qu'il les empêchait de s'accoupler.
Aphrodite, exaspérée par cette injure à la nature, rendit les bêtes cannibales : elles montrèrent alors leur puissance en dévorant Glaucos (il ne faut pas confondre ces chevaux avec les cavales de Diomède).

Arrière-petit fils du précédent, il se distingua dans les combats lors de la guerre de Troie et rencontra Diomède, combattant pour les grecs. Tout en croisant le fer, ils se rendirent compte qu'ils étaient unis par les liens sacrés de l'hospitalité : en effet, le grand-père de Diomède, Œnée, avait un jour accueilli Bellérophon, grand-père de Glaucos. Réitérant le geste de leurs aïeux, ils se congratulèrent, échangèrent leurs armes et se quittèrent bons amis.
Glaucos fut tué par Ajax mais, dit-on, fut ressuscité par Asclépios et fonda un nouveau royaume en Lycie.

Fils de Minos et de Pasiphaé, il se noya dans une jarre de miel en suivant une souris.
Ses parents, ne le retrouvant pas, consultèrent l'Oracle, lequel répondit que celui qui parviendrait à dépeindre le prodige venant de s'accomplir dans le pays trouverait l'enfant et lui rendrait la vie.
Or, venait de naître dans le cheptel de Minos une génisse changeant de couleur trois fois par jour : blanche au matin, rouge à midi et noire pendant la nuit. Polyidos, le devin consulté, ayant dit : "Cet animal ressemble à une mûre venant à maturité ! ", Minos l'envoya à la recherche de Glaucos.
Lorsque Polyidos ramena le corps de l'enfant, il fut sommé de lui rendre la vie et fut enfermé dans le tombeau avec le cadavre.
Il s'attendait à une mort lente quand il aperçut un serpent près du corps. Il le tua mais, un autre serpent surgit, tenant dans sa gueule une herbe qu'il posa sur son congénère, lequel ressuscita. N'osant y croire, Polyidos s'empara de l'herbe, la déposa sur l'enfant et la même chose se produisit. Tous deux crièrent et ils furent extraits de la tombe.

Glaucos et Scylla
Glaucos et Scylla
J. Dumont © Musée des BA de Troyes

Minos, n'eut pas la gratitude de rendre la liberté au devin, mais exigea encore qu'il initie Glaucos à son art. Polyidos, à contrecœur, dut obéir mais ne désespérait pas d'avoir un jour la possibilité de se venger de l'intransigeance de Minos.
Sa mission exécutée avec succès, Polyidos eut enfin droit à sa liberté. Il s'apprêtait à embarquer sur le navire qui le ramènerait chez lui quand il demanda à Glaucos de lui cracher dans la bouche ; le jeune garçon oublia tout ce qu'il avait appris.

Avant de devenir immortel, Glaucos, fils de Poséidon et de la Nymphe Naïs, n'était qu'un simple pêcheur.
Ayant un jour déposé le produit d'une journée de pêche sur l'herbe du rivage, il eut la surprise de voir les poissons ressusciter et retourner à la mer en frétillant. Glaucos mangea quelques brins d'herbe et se sentit lui aussi irrésistiblement attiré par la mer dans laquelle il plongea.
Au fond de l'eau, les Néréides l'accueillirent et le débarrassèrent de son enveloppe mortelle : Glaucos eut désormais l'apparence d'un vieillard au torse recouvert d'algues et au corps se terminant par une queue de poisson.
Bienveillant, il conseillait les marins venant le consulter.

Glaucos fut l'instrument de la vengeance de Circé et la cause du malheur de Scylla. Ces amours furent bien malheureuses car toutes les femmes repoussèrent ses avances à l'exception de Symé qu'il transporta dans une île voisine de Rhodes.
Il tenta de réconforter Ariane mais survint Dionysos qui l'attacha avec des pampres et lui ravit Ariane.
Mais l'histoire la plus connue est liée à la métamorphose de Scylla en monstre.

Fils d'Anténor, il fut sauvé, ainsi que son frère Héliacon, par Ulysse lors du sac de Troie.

❖ Bibliographie

Quelques livres de librairie pour approfondir le sujet.

Bibliothèque virtuelle
Le grenier de Clio [https://mythologica.fr]