DÉMÉTER ⑴

Cérès (1660)
Giovanni Francesco Romanelli (CP)

Déméter (Δημητηρ) dont le nom, sans doute une altération d'un mot grec qui signifie de "Terre-mère", était la déesse de l'agriculture et des moissons.

Elle représentait la terre cultivée et féconde contrairement aux autres déesses comme Gaia ou Rhéa qui personnifiait la terre en tant que matière. C'est elle qui facilitait la germination et la pousse des plantes.

Elle était la fille de Cronos et Rhéa. Elle fait partie des douze Olympiens même si elle préférait résider à Eleusis au contact de la terre que sur l'Olympe.

Elle fut assimilée par les romains sous le nom de Cérès qui était une divinité latine très ancienne associée aux moissons.

ATTRIBUTIONS

La base de l'économie grecque reposait principalement sur la culture des céréales (orge et blé) c'est pourquoi elle était particulièrement vénérée en assurant l'abondance et l'épanouissement des cités. Elle resta toujours très proche des Hommes qui construisirent en son honneur un grand nombre de temples à travers toute la Grèce.
En tant que déesse de la terre elle avait aussi un caractère chthonien qui fut par la suite dévolu à sa fille Perséphone.

ATTRIBUTS

La truie, le bélier, la grue et la tourterelle ainsi que la couronne d'épis de blé, le flambeau, et la gerbe de blé sont ses emblèmes.

AMOURS

Cérès de Jean-Antoine Watteau (CP)

Sa beauté sévère attira toutefois quelques prétendants à qui elle tenta de résister.

POSEIDON
Alors qu'elle était en Arcadie, Poséidon la convoita mais elle se transforma en cavale et se mêla aux juments du roi Oncos. Cependant il en fallait plus pour décourager le maitre des eaux qui à son tour prit la forme d'un fougueux étalon et la rendit mère du cheval Arion (ou Areion) qui était immortel, doué de parole. et avait une magnifique crinière verte.
♳ Pausanias donne une autre version en faisant Gaia la mère d'Arion; il existe aussi une filiation par Zephyr et Podarge.
Héraclès, l'avait chevauché quand il fit la guerre aux Eléens et il le donna par la suite à Adraste.
Ils eurent aussi une fille que l'on connait seulement sous le nom de Despoina ou Despina, "la maîtresse" , car son nom réel n'était révélé qu'aux seuls initiés.

ZEUS
Déméter se refusa pareillement à Zeus qui, lui aussi, arriva à ses fins en se transformant en un puissant taureau et la rendit mère de Perséphone.

MACRIS
Déméter tomba amoureuse de Macris, une nymphe de Corcyre et par amour pour elle, elle enseigna l'art des semailles et de la moisson aux Titans sur son île appelée Drépané (la faux).

IASION
Cérès et sans doute Ploutos

Elle fut aussi mère de Ploutos par Iasion, "le laboureur", fils de Zeus et de la Pléiade Electre. Ils se rencontrèrent lors du mariage de Cadmos et d'Harmonie. Echauffés par le nectar qui coulait à flots les amoureux se glissèrent hors de la maison et s'unirent dans un champ trois fois labouré. A leur retour, Zeus comprit ce qui venait de se passer entre eux, jaloux à l'idée que Iasion ait osé toucher Déméter, il le frappa à mort de sa foudre ou l'estropia gravement.
Selon d'autres sources il vécut auprès de Démeter et introduisit son culte en Sicile.
Cette union donna naissance à Ploutos et Philomélos.

CULTE

Déméter et le serpent d'Eleusis

Le culte était basé sur le rythme des saisons; il était à la source des Mystères d'Eulésis. Le secret de ses Mystères était très bien gardé et sa divulgation était punie de la peine de mort; Eschyle faillit être condamné. Ses temples appelés Mégara se trouvaient souvent dans les forêts.
Elle était aussi particulièrement vénérée par les femmes, par exemple lors des Thesmophories à Athènes, cérémonie qui reçut son nom de l'épithète de la déesse «Thesmophoros» (la Législatrice) et qui était réservée aux femmes ; celles-ci rendaient un culte à la fertilité aussi bien pour elles-mêmes que pour la cité : Aristophane en fait le sujet de sa comédie, "Les Thesmophories".
Les Phigaliens adoreraient une Déméter à tête et crinière de jument, entourée de dragons et de serpents. Cette statue ayant été incendiée par accident, les Phigaliens oublièrent le culte de la déesse, qui se serait venger par une grande sécheresse. Cette calamité les aurait conduits jusqu'à manger leurs propres enfants, s'ils ne l'avaient arrêtée en rétablissant le culte de Déméter la noire.

http://mythologica.fr