APOLLON


© Archaeological Museum, Olympia

Apollon, (Gr. Απολλων; Lat. Apollo) l'une des principales divinités grecques était dieu de la lumière, des arts et de la divination. Il est fils de Zeus et de Lèto, nait à Délos, où sa mère, poursuivie par la jalousie d'Héra, avait trouvé refuge.
L'étymologie du nom d'Apollon demeure incertaine. Aucune de celles que l'on a proposées n'est satisfaisante, soit qu'on rattache ce nom à un vieux verbe grec, "Απελλω", signifiant "écarter, repousser", ou à une forme ancienne du verbe "Απολλυμι", "détruire".
On n'est pas plus d'accord sur l'origine du culte. Les uns le font venir d'Orient:
- soit une divinité hittite,
- soit un double hellénique du dieu d'arabie Hobal;
D'autres le considèrent comme une divinité nordique, et s'appuient sur ses relations étroites avec les Hyperboréens.
D'autres enfin le croient purement grec.
D'ailleurs les anciens eux-mêmes connaissaient plusieurs Apollon. Cicéron (De natura Deorum III, 23,23) en dénombre quatre.
Aujourd'hui, on tend à distinguer un Apollon dorien et un Apollon ionien plus oriental, ancienne divinité solaire primitive comme semble l'attester certains de ses surnoms comme Phoibos ou Xanthos (couleur de feu); mais leurs légendes se sont mêlées au cours des siècles.

ATTRIBUTIONS

Ses fonctions sont très variées.
Il est le dieu de la lumière, et conduit parfois le char du Soleil (Hélios). A partir du Ve siècle avant notre ère, les Grecs ont de plus en plus tendance à l'identifier avec Hélios (le Soleil).
C'est aussi un dieu agricole: à Amyclées (Apollon Carneios), en Arcadie (Apollon Nomios).
C'est le dieu des purifications, le dieu vengeur qui déchaîne les épidémies, le dieu protecteur, le dieu médecin avant son fils Asclépios, le dieu des arts, surtout de la poésie et de la musique.

pythie
Apollon citharède

En référence à ces fonctions, nombreux sont ses surnoms ou ses épiclèses :
• Alexicacos (le secourable),
• Argurotoxos (à l'arc d'argent),
• Citharède (joueur de cithare),
• Hékatébolos (qui frappe de loin),
• Iatromantis (le médecin devin),
• Musagète (le conducteur des Muses),
• Myoctonos (tueur de rats)
• Phoibos (le brillant),
• Pythios ou Pythoktonos (le vainqueur du dragon),
• Sauroctonos (tueur de lézards, dragons),
• Sôter (celui qui sauve),

Il est le dieu du chant et de la musique. Il tente d’apporter le bonheur aux hommes par la musique, spécialement par le phorminx. Une tradition lui attribue l'invention de la flûte; mais cette tradition n'a rien d'antique. Chez Homère, Apollon n'a aucun rapport avec les Muses. L'Iliade nous le montre, il est vrai, jouant du phorminx aux banquets des dieux, et dans l'Odyssée il apparaît comme l’instructeur des aèdes . Du reste, ce n'est point lui, mais toujours la Muse, qu'invoquent les chantres épiques. Plus tard il apparaît comme le chef et le conducteur des Muses (Musagète).



Mots
Quiz
mélés

Callimaque lui attribue l'invention de la lyre à sept cordes; tandis que, suivant la tradition commune, elle aurait eu pour inventeur Hermès, qui en aurait fait présent à Apollon après lui avoir volé ses boeufs. A la naissance d'Apollon, les cygnes de Méonie tournèrent sept fois autour de Délos en saluant au tant de fois de leur chant l'accouchement de Léto, et en mémoire de ce chant Apollon donna (ou fit donner) sept cordes à la lyre.
Quand il bâtit les murs de Troie, c'est au son de sa lyre que les pierres se déplacer d'elles-mêmes. Cette connaissance de la musique lui a valu certaines rivalités qui ont entrainé des luttes musicales (Pan, Midas et Marsyas).

Apollon est le dieu de la divination et celui des oracles. Le passé et l’avenir sont connus de lui, et il les fait connaître aux hommes.

« il existe  trois sœurs vierges, ce sont les Thries, qui se complaisent à voler de leurs ailes rapides. La tête poudrée de farine blanche, elles ont leur demeure au fond du vallon du Parnasse : en ce lieu retiré, elles m'ont enseigné, sans que mon père s'en inquiétât, la science divinatoire dont j'étais avide, enfant encore et gardant mes bœufs. Depuis lors, elles voltigent çà et là, et elles se repaissent de rayons de miel et accomplissent chaque chose. Or, lorsque, rassasiées de miel nouveau, elles entrent en délire, elles consentent, avec complaisance, à dire la vérité. Mais lorsqu'elles sont privées de la douce nourriture des dieux, elles trompent et égarent en sens divers. »
(hymne homérique à Mercure)
Il annonce la volonté de Zeus, comme Zeus l'annonçait lui-même autrefois à Dodone; il est, ainsi que le nomme Eschyle, le "prophète de Zeus". C'est de Zeus qu'il a reçu ce don de la divination ; il l'a communiqué ensuite à Hermès (lire ci-contre), et à plusieurs autres; ainsi à Branchos, à Calchas, à Cassandre, Iamos etc. Il s'est emparé de l'oracle de Delphes (l'ancien oracle de Gaia ou de Thémis), après en avoir tué le gardien, le serpent Python. Il est le dieu qui illumine l'esprit; toutefois ses réponses sont souvent obscures et absconses (d'où, le surnom de Loxias, l’oblique), car il ne convient pas que l'avenir soit révélé trop facilement aux hommes.

Après Delphes (autrefois Pytho, d'où le surnom de Pythien), les plus célèbres de ses oracles étaient celui d'Abae en Phocide, celui des Branchides à Didyme, près de Milet; ceux d'Ichnae en Macédoine, de Claros près de Colophon, de Délos, de Sélinonte en Cilicie, de Patara en Lycie, de Thymbra en Troade, de Larisse en Argolide, d'Orope sur île d'Eubée, de Tégyre en Béotie, d'Eutrésis près de Thespies, et de Thèbes sur les bords de l’Ismène; d'où les surnoms qui en découle de Clarios, Larissaeos, Tégyraeos, Thymbraeos, Pataréus, Eutresités, Ismoénios.

Le dieu rendait ses oracles, soit, comme à Delphes, par l'intermédiaire d'une prêtresse, nommée la Pythie (voir Xénoclée), qui était assise sur un trépied couvert de la cortina, la peau de Python, placé au-dessus d'une cavité d'où sortaient des vapeurs sulfureuses, soit, comme à Délos, par le bruissement des arbres; ailleurs, comme à Claros, par des sources dont l'eau inspirait ceux qui en buvaient, ou bien encore au moyen de farine sacrée, d'où le surnom d'Aleuromantis.

ATTRIBUTS

pythie
Pythie sur son trépied

La lyre, l'arc et les flèches, le trépied sont les attributs les plus communs d'Apollon. Il y faut adjoindre aussi les arbres et les animaux qui lui étaient consacrés, le laurier principalement, et aussi le palmier et l'olivier. Ces arbres sacrés racontaient à leur manière sa naissance et les origines de son culte; les animaux exprimaient l'essence et le génie du dieu sous une forme vivante et symbolique. Le cygne lui était consacré, comme oiseau chanteur ou comme emblème du soleil. Le cygne, qui passait chez les anciens pour doué d'un vol infatigable, était le compagnon des voyages d'Apollon; le dieu revenait du pays des hyperboréens dans un char traîné par des cygnes, ou bien un cygne le portait vers Délos. Un autre oiseau consacré à Apollon comme emblème lumineux, était le coq. C'est aussi comme animaux divinatoires qu'on consacrait à Apollon le rat et le serpent: le rat est le symbole d'Apollon Sminthien qui le porte dans la main sur des médailles; le serpent, symbole d'Apollon Pythien, avait sa place à Delphes sous le trépied de la pythie. Ces animaux étaient censés avoir, en respirant les exhalaisons de la terre, une vision prophétique. Le dauphin était l'emblème d'Apollon Delphinien Apollon prend sa forme, dans l'hymne homérique, pour aller fonder Delphes.

NAISSANCE

En butte avec la jalousie d'Héra, Léto ,fille de Coios et de Phoebé, a beaucoup de mal à trouver un refuge pour mettre au monde les jumeaux Apollon et Artémis. Et même après l'accouchement leur mère fut persécutée.
Une tradition le fait naitre en Lycie (Iliade IV,101), une autre à Délos (Hymne homérique à Apollon), une autre dans le bois sacré d'Ortygie, près d'Ephèse (Tacite, Annales III,61); une autre à Tégyre en Béotie, et une autre à Zoster dans l'Attique (Etienne de Byzance).
Le culte de Délos ayant pris une importance considérable, la tradition qui rattache à cette île la naissance du dieu devint par la suite dominante.

Naissance d'Apollon et de Diane
Naissance d'Apollon et de Diane
par Marcantonio FRANCESCHINI
Liechtenstein Palace, Vienne

L'hymne homérique les fait naître sur le mont Cynthus, non loin de la rivière Inopos. D'après la légende éphésienne, rapportée par Tacite (annales III,61) Apollon et sa soeur naissent dans le bois sacré d'Ortygie, près d'Éphèse; l'Inopos est remplacé par le Cenchrius et le palmier par un olivier. L'île de Délos s'appelait d'abord Ortygie selon Hygin ou Astérie selon Callimaque. Elle prit le nom de Délos (la claire, la brillante), après la naissance d'Apollon et de flottante elle devint fixe, (Métamorphoses, VI,333) au moyen de quatre colonnes qui s'élevèrent du fond de la mer pour la soutenir.
La tradition la plus répandue est celle qui le fait venir au monde sur l'île de Délos, où Léto, sa mère, qui n'avait pu trouver asile nulle part pour ses couches, put enfin terminer sa course errante et mettre au monde deux jumeaux, Apollon et Artémis. Héra, qui avait résolu d'exterminer sa rivale, l'envoya contre Léto, au moment de la naissance d'Apollon, mais, grâce à Poséidon, qui dissimula dans les flots la retraite de Léto, celle-ci fut préservée, et le serpent Python dut regagner son repaire, sur les pentes boisées du Parnasse.

Rhéa, Thémis, Dioné, Amphitrite et les autres déesses vinrent assister à sa délivrance; seules Héra et Illithie, la déesse des accouchements ne paraissaient pas. Enfin cette dernière, à force de promesses et d’un collier en or, se décida à venir, et Léto, après une attente de neuf jours, fut délivrée.
Apollon naquit à sept mois, le septième jour du mois. C'est pourquoi le nombre sept lui fut consacré. De là aussi le surnom de Heptaménœos, enfant né à sept mois, et de Hebdomagènès, né le septième jour, ou plutôt Hebdomagétès, celui auquel on sacrifie le 7 de chaque mois.

Les déesses baignèrent le jeune dieu et l'enveloppèrent de  langes. Contrairement aux autres enfants, Apollon ne fut pas nourri du lait maternel. Thémis déposa sur ses lèvres le nectar et la douce ambroisie. Tout aussitôt le nouveau-né rejeta ses langes et fut doué d'une vigueur virile, dont il usa sans tarder contre le serpent Python. Il déclara «J'aimerai l'agréable cithare et l'arc recourbé, et j'annoncerai aux mortels les véritables desseins de Zeus.»
http://mythologica.fr