Création

Le poème de la Création de l'univers qui porte le nom de Enuma Elish, les deux premiers mots du récit (lorsque là-haut), a été retrouvé sous forme de 7 tablettes pratiquement intactes de 100 à 200 lignes de caractères cunéiformes dans la bibliothèque de Ninive et date sans doute du XIIe siècle avant notre ère. Un texte similaire, dans lequel Marduk était remplacé par Ashur, dieu tutélaire assyrien, existait en Assyrie.

Lorsque Là-haut le ciel n’avait pas encore de nom,
Et qu'Ici-bas la terre n'avait pas de nom,
Seuls, Apsu, le primordial, le géniteur,
Et Tiamat, la génitrice qui les enfantera tous,
Mêlaient en un seul tout leurs eaux :
Ni bancs de roseaux n'y étaient encore agglomérés,
Ni cannaies n'y étaient discernables.
Des dieux nul n'était encore apparu,
Ils n'étaient ni nommés ni dotés de leur destin.

Ce texte était récité lors des cérémonies ou des fêtes comme par exemple celle du nouvel an et raconte la prise de pouvoir de Marduk sur Apsu et Tiamat.

❖ Légendes

A l'aube des temps, avant l'existence de la terre et des cieux, les eaux primordiales étaient entremêlées. D'Apsu, qui représente l'eau douce, et de Tiamat, qui représente l'eau salée émergèrent trois générations de dieux, dont les derniers représentants sont Anu et Ea (équivalent du dieu sumérien Enki).
Les jeunes dieux qui résidaient dans le vaste corps liquide de Tiamat étaient si turbulents qu'ils dérangeaient leur ancêtre, Apsu, qui décida de les détruire sur les conseils de son vizir Mummu.

Tiamat avertit Ea du complot et ce dernier grâce à sa magie plongea Apsu dans un profond sommeil et le tua puis il s'empara des profondeurs liquides où il s'installa en compagnie de son épouse Damkina.
Celle-ci donne naissance à Marduk, qui adorait jouer avec le vent et créer des tempêtes ce qui troubla Tiamat. Encouragée par les autres divinités, qui n'avaient pas digéré le meurtre d'Apsu Tiamat se prépara à combattre Marduk et rassembla une horde de onze monstres et serpents conduite par son fils Kingu qu'elle avait pris comme nouvel époux.

Le combat de Marduk et de Tiamat.
(J. Murray)

Ea demanda à Marduk de relever le défi. Celui-ci accepta à la condition d'obtenir, en cas de victoire, le titre de chef suprême des dieux. Marduk fut doté d'armes au pouvoir irrésistible dont les sept vents. Il souleva une tempête et emprisonna Tiamat dans ses filets. Puis il mit l'armée en fuite et fit prisonnier Kingu, à qui il déroba les tablettes du Destin.

Plus tard, Marduk divisa le corps de Tiamat. De la partie supérieure, il forma la voûte céleste avec étoiles et planètes, de la partie inférieure, la terre. De ses yeux, il fit couler le Tigre et l'Euphrate, et se servit de sa queue comme d'un bouchon pour empêcher les eaux de l'Apsu d'inonder la terre.
Marduk confia les tablettes du Destin à Anu afin qu'il les mette en lieu sûr, puis il fut intronisé par l'assemblée des dieux.

Accusé d'avoir provoqué la révolte, Kingu fut exécuté. Ea crée l'homme en mélangeant le sang de Kingu à de l'argile : désormais les dieux Annunanki furent délivrés des labeurs. Pour remercier Marduk, ils érigèrent un sanctuaire en son honneur et donnèrent à celui-ci le nom de Babylone.

❖ Bibliographie

Quelques livres de librairie pour approfondir le sujet.

Bibliothèque virtuelle
Le grenier de Clio [https://mythologica.fr]