CASSANDRE

Cassandre (Gr. Κασσάνδρα; Lat. Cassandra) est la fille de Priam, roi de Troie, et d'Hécube et comme son frère jumeau, Hélénos, elle avait de remarquables dons de voyance.

 Cassandre par E. de Morgan
Cassandre par Marc Burckhardt

Cassandre (parfois Alexandra qui signifie "celle qui repousse" ou "protège les hommes") était réputée pour sa grande beauté, "semblable à la blonde Aphrodite" elle eut de nombreux soupirants comme Othryonée de Cabésos en Thrace qui fut tué par Idoménée (Il. XIII, 363) ou le prince phrygien Coroebos, fils de Migdon, le roi des Bébryciens (Paus. X, 27, 1; Virg. En. II, 344, 425) tué sous ses yeux lors du siège de Troie. Ils avaient apporté leur soutien à Priam à condition toutefois de pouvoir l'épouser un jour. Priam utilisa sa beauté pour convaincre Eurypyle, fils de Télèphe, de venir combattre à ses côtés en lui promettant sa fille en mariage.

Devineresse 

On raconte que, très jeunes, alors que leurs parents donnaient une fête en l'honneur d'Apollon Thymbréen, Cassandre et Hélénos s'endormirent dans le temple où ils ne furent retrouvés que le lendemain entourés de deux serpents qui leur léchaient les oreilles et la bouche. Cet épisode expliquerait le don de divination qui toucha les deux enfants lorsqu'ils grandirent. Le don est sensible différent pour chacun. Si Hélénos était capable d'interpréter des signes pour lire l'avenir, Cassandre était habitée par le dieu qui rendait l'oracle par sa bouche.

Elle fut aussi aimée d'Apollon et elle se promit à lui en échange de l'apprentissage de l'art de la divination. Mais une fois instruite, elle n'accorda Apollon qu'un simple baiser en se moquant de sa naïveté. Le dieu lui cracha dans la bouche et l'empêcha ainsi d'être crue.

Dans une autre version elle passa une nuit dans le temple et elle fut surprise par Apollon qui voulut la séduire mais elle lui résista et Apollon se vengea. (Hygin Fab. 93)

Cassandre
Ajax enlève Cassandre (Pompéi)

Le dieu, qui ne pouvait reprendre le don qu'il avait octroyé, lui retira le pouvoir de persuasion et malgré l'exactitude de ses prédictions, on ne la crut jamais sauf quand elle identifia Pâris, bébé, comme le futur responsable de la chute de Troie. "Tuez le, tuez le destructeur de la cité de Priam, tuez cet enfant." (Euripide, Andromaque). Pâris ne fut pas tué mais ses parents l'exposèrent sur le mont Ida où il aurait dû trouver la mort mais des bergers l'élevèrent. Très curieusement c'est elle qui va lui offrir la possibilité d'être reconnu par ses parents lors des jeux funèbres. Alors qu'elle prophétise que ce jeune homme inconnu de tous apportera la ruine de Troie et qu'il est sur le point d'être mis à mort, elle le reconnait comme étant son frère et lui sauve ainsi la vie.

De plus Cassandre était sujette à de terribles crises d'épilepsie avant ses prophéties. Elle est d'ailleurs parfaitement consciente de ses malaises "Le travail prophétique, qui est un fardeau de souffrance, me fait tournoyer sur moi-même". Mais on la croyait folle et ses prédictions n'étaient pas prises au sérieux depuis qu'Apollon lui avait ôté le don de persuasion. Même son père la considérait comme un peu folle allant jusqu'à la faire surveiller, voire enfermer dans un bâtiment pyramidal construit sur l'Atès comme le raconte Lycophron dans son poème intitulé "Alexandra". Mais le roi a toutefois fait placer un messager pour lui rapporter les paroles mêmes des prophéties.

Cette partie de la légende n'est pas relatée chez Homère qui ne mentionne pas ses dons de prophétie et raconte seulement qu'elle était la plus belle des filles de Priam mais elle est intégrée dans les traditions plus tardives comme par exemple dans l'Orestie d'Eschyle ou dans Les Troyennes d'Euripide.

 Cassandre par E. de Morgan
Cassandre par G. BUSSIERE

Pourtant ses visions furent remarquablement précises et exactes :
• Elle réussit à convaincre ses parents que Pâris est un danger pour Troie.
• Elle reconnut Pâris, son frère revenu à Troie, lors des jeux funèbres.
• Le malheur résultant du voyage de Pâris à Sparte.txt
• L'inanité de l'amour d'Oenone pour Paris (Ovide, Héroïdes V). txt
• Le malheur qui allait suivre l'arrivée d'Hélène; elle lui arracha son voile d'or et une touffe de cheveux.
• Quand Priam ramène le corps d'Hector, elle est la première à l'apercevoir et avertit aussitôt les troyens. txt
• La destruction totale de Troie.txt
• Le danger du cheval de Troie qu'elle voulut détruire avec une hache et une torche sous les quolibets de ses concitoyens. txt
• La fuite d'Enée pour aller fonder une nouvelle nation. (Lycophron, Alexandra v. 1226-1235 et 1261-1272)
• Les difficultés pour les grecs de revenir dans leur patrie.
• La mort d'Agamemnon txt
• Sa propre mort.
• La mort de certaines troyennes.
• Le sort de sa mère, Hécube. Et toi, mère trop féconde, d'autres humiliations te sont réservées. Après avoir vu massacrer tes enfants, les dieux t'ôteront la figure humaine, pour te changer en une bête furieuse. (Tryphiodore - La Prise de Troie)

Ces terribles prophéties sont une véritable torture car non seulement elle les proclame en transes devant une ville incrédule mais encore elle en garde le souvenir vivace lorsqu'elle redevient lucide.

« Pourquoi m’as-tu chargée de proclamer tes oracles avec une pensée clairvoyante dans une ville aveugle ? Pourquoi me fais-tu voir ce que je ne puis détourner de nous ? Le sort qui nous menace doit s’accomplir, le malheur que je redoute doit arriver.
« Faut-il soulever le voile qui cache une catastrophe prochaine ? l’erreur seule est la vie ; le savoir est la mort. Reprends, oh ! reprends le don de divination sinistre que tu m’as fait. Pour une mortelle, il est affreux d’être le vase de la vérité.
« Rends-moi mon aveuglement ; rends-moi le bonheur de l’ignorance. Je n’ai plus chanté avec joie, depuis que tu as parlé par ma bouche. Tu m’as donné l’avenir, mais tu m’enlèves le présent, tu m’enlèves la félicité de l’heure qui s’écoule. Oh ! reprends ta faveur trompeuse.
Cassandre de Friedrich Schiller

page 2 page suivante

https://mythologica.fr