Arès

❖ Légendes

Les légendes dans lesquelles Arès apparait sont peu fréquentes et aussi bien dans ses combats que dans ses amours il n'est pas toujours à son avantage. Arès était sans doute un guerrier redoutable mais sa fougue et son impétuosité mal contrôlée ne le mettaient pas à l'abri de blessures ou de défaites.

• La fondation de Thèbes

Ares a joué un rôle central dans le mythe fondateur de Thèbes, car il est le géniteur du dragon de la source sacrée tué par Cadmos. Des dents du dragon semées dans le sol naquirent les Spartoïs en armes qui furent les premiers ancêtres des Spartiates. Cadmos dut se mettre au service du dieu pendant huit ans pour expier le meurtre du dragon. Pour prouver sa bonne foi Cadmos épousa Harmonie, la fille d'Ares et d’Aphrodite. De cette façon, Cadmos put fonder facilement la ville de Thèbes. Thèbes dominait la grande et fertile plaine de Béotie, qui fut aussi un champ de bataille. Selon Plutarque, la plaine était anciennement décrite comme "La piste de danse d'Arès".

• Arès à Troie.
Arès contre Athéna par J.L. David
© Musée du Louvre

Dans l'Iliade, Homère a présenté Arès comme n'ayant aucun parti pris, récompensant le courage des deux côtés. Puis il promit à Athéna et Héra qu'il combattrait aux côtés des Achéens (Iliade V.830-834, XXI 410-414 ), mais Aphrodite persuada son amant de se ranger du côté des Troyens.
Il joua un rôle peu glorieux. Assisté d'Athéna, Diomède le blessa sérieusement, ce dont le dieu se plaignit à Zeus. Aphrodite fut aussi blessée alors qu'elle tentait de mettre son fils, Enée, à l'abri. Elle alla se plaindre auprès de Zeus qui lui conseilla :"Ma fille, les travaux de la guerre ne te sont point confiés, mais à l'impétueux Arès et à Athéna. Ne songe qu'aux douces joies des hyménées."Athéna affirma qu'Aphrodite avait dû se blesser avec une agrafe en or.

Quand Héra informa Zeus que le fils d'Arès, Ascalaphos, avait été tué, Arès entendit par hasard la nouvelle et il voulut se joindre au combat aux côtés des Achéens, ignorant l'ordre de Zeus qu'aucun dieu ne devrait participer à la bataille, mais Athéna l'arrêta (XV v110-128) l'en empêcha en l'insultant.

Mx

Plus tard, lorsque Zeus autorisa les dieux de se battre à nouveau (XX v20-29), Arès fut le premier à agir, attaquant Athéna pour se venger de sa blessure précédente. Arès attaqua la déesse et lança son javelot vers sa direction mais Athéna réussit à détourner le jet avec son bouclier magique recouvert de l'Egide; Athéna ne fut pas blessée, mais, au contraire, elle étourdit Arès d'un jet de pierre. Comme Aphrodite tentait de le mettre à l'abri, Athéna assomma cette dernière d'un coup de poing qui alla elle aussi se plaindre à Zeus
Ce ne fut pas la seule fois qu'Arès fut vaincu.

• Les combats d'Arès

Lorsqu'Héraclès, sur le chemin de Delphes, au bord du golfe de Pagases, fut défié par Cycnos, le fils d'Arès, le dieu lui-même se mêla au combat. Mais le héros, assisté d'Athéna, tua le brigand Cycnos et blessa Arès à la cuisse ou bien Zeus sépara d'un coup de foudre les deux combattants.
Dans une autre circonstance, devant Pylos, Héraclès blessa Arès à la cuisse et le dépouilla même de ses armes.

• Arès enchaîné.
Zeus séparant Arès et Athéna
c. 540-510 © British Museum

Parfois il semble même un peu stupide; un jour, il fut enchaîné et enfermé dans un pot de bronze pendant treize mois par les géants Otos et Ephialtès, les Aloades (fils de Poséidon), qui avaient décidé de déclarer la guerre aux dieux et d'escalader le ciel en mettant les montagnes les unes sur les autres.
D'après une autre légende, le prétexte de cette séquestration serait le meurtre d'Adonis, l'amant d'Aphrodite, tué à la chasse par Arès, jaloux de son rival.
Arès aurait péri si Hermès n'avait pas été informé de son infortune par Eriboea, la nourrice des géants, prise de compassion pour ce dieu déchu.
Une fois délivré, Arès s'enfuit à Naxos pour cacher sa honte.

• Mission accomplie.

Une autre fois il réussit la mission que lui avait confiée Zeus en libérant Thanatos retenu par Sisyphe, roi de Corinthe qui ne voulait pas mourir.

• Les Amazones.

Arès est le dieu tutélaire des Amazones; il avait confié à leur reine, Hyppolité, sa ceinture symbole de pouvoir. Héraclès vint la chercher plus tard lors de son IX ième travail. Arès participa à leurs guerres et les conduisit dans leurs campagnes contre les Phrygiens, les Lyciens, les Athéniens et les autres royaumes anatoliens. En retour elles fondèrent de nombreux temples en son honneur.

• Meurtre d'Hallirhothios.
Mars et Vulcain
Mars vainqueur de l'Ignorance
Antoon CLAEISSENS (1605)
© Groeninge museum

Pour avoir violenté sa fille Alcippé qu'il avait eu d'Aglauros, fille de Cécrops, il tua de sa main Hallirhothios, le fils de Poséidon. Pour ce meurtre il fut jugé par les dieux réunis en assemblée à proximité de l'Acropole. Lors du jugement les voix se partagèrent de façon équitable et c'est le vote de Zeus (ou d'Athéna) qui fit pencher la balance en sa faveur.

Il fut acquitté mais dut se soumettre à une longue servitude pendant une "grande année" (sept ans). La tradition veut qu'Arès ait donné à cette colline le nom d'Aréopage en souvenir de ce jugement et il y aurait institué un tribunal destiné à juger les meurtres.

Toutefois Eschyle donne une version différente: d'après lui ce seraient les Amazones qui auraient établi sur cette colline un sanctuaire à leur protecteur et père à la fois et lui auraient donné le nom d'Aréopage (la colline d'Arès).


14-Nov-2021
Copyright Le grenier de Clio [https://mythologica.fr]