Adonis

Adonis (gr. 'Aδωνις; lat. Adonis) était un jeune homme d'une grande beauté originaire de la Syrie dont Aphrodite tomba amoureuse.

❖ Naissance.

Adonis, dont la racine "adon" signifie "seigneur", est né de la relation incestueuse d’un père et de sa fille. Il existe plusieurs versions sur l’identité des parents.

Naissance d'Adonis
Naissance d'Adonis
par Nicolas André MONSIAU

D'après Apollodore, il est le fils de Cinyras et de Métharmé.

… Sandocos de Syrie vint en Cilicie, où il fonda la ville de Célendéris. Il épousa Pharnacé, la fille de Messagaros, roi d'Hyriée, et il eut un fils, Cinyras. Cinyras gagna Chypre, avec une partie de son peuple, et fonda la cité de Paphos ; il y épousa Métharmé, la fille de Pygmalion, le roi de Chypre, et il eut des fils, Oxyporos et Adonis, puis des filles … (III, 14, 3)

D'après Hésiode cité par Apollodore, (III, 14, 4), il est le fils de Phoenix et Alphésibée.

Dans une autre version, le père de Smyrna se nomme Thias ou Théias, roi d'Assyrie fils de Bélos et de la nymphe Orithye

Mais, aux dires d'Hésiode, Adonis était le fils de Phénix et d'Alphésiboéa ; selon Panyassis, il était le fils que Thyas, le roi d'Assyrie, eut de sa fille Smyrna. (III, 14, 4)

La version la plus complète du mythe est celle d'Ovide (Métamorphoses: X, 298 sqq); le père se nomme Cinyras, Il est fondateur de la ville de Paphos dans l’île de Chypre. Il avait promis d’envoyer cinquante navires contre Troie mais en réalité il n’en envoya qu’un seul. Le roi Cinyras et son épouse Cenchreis eurent une fille appelée Myrrha.

Cinyras (?) par Pietro LIBERI
Musée national de Ljubljana

Le mythe subit quelques modifications en Egypte et à Chypre avant de parvenir en Grèce.

• Un jour, la femme du roi se vanta imprudemment que sa fille, Myrrha était plus belle qu'Aphrodite elle-même. (Hyginus, Fab. 58, 164, 251, 271)

• Mais dans une autre version de la légende, c'est Myrrha elle-même qui négligea d'honorer la déesse de l'Amour.

Toujours est-il que la déesse se vengea de l'insulte en faisant naître dans le cœur de Myrrha un amour incestueux. Quand elle réalisa l'horreur de cet amour interdit elle voulut se suicider mais sa nourrice, Hippolité, réussit à l'en dissuader et par une nuit très sombre elle la fit entrer dans lit de son père qu'elle avait enivré au point de ne plus savoir ce qu'il faisait. Ce scenario se renouvela plusieurs fois jusqu'à ce que le père voulut connaitre l'identité de son amante inconnue.

Quand Cinyras s'aperçut qu'il était à la fois le père et le grand-père de l'enfant à naître de Myrrha, fou de colère, il saisit une épée pour tuer sa fille qui s'enfuit en suppliant les dieux de la rendre invisible. Prise de pitié, Aphrodite changea promptement Myrrha en arbre à myrrhe.

Indignée de l’indifférence de la jeune fille, Aphrodite lui inspira un amour passionné pour son père, le roi Théias. Smyrna eut recours à la complicité de sa nourrice et parvint, en abusant son père, à partager sa couche douze nuits consécutives. Mais quand il s’aperçut du crime de sa fille, le roi dégaina son poignard et la poursuivit. (Apol., Bibl., III, 14, 4)

L'épée du roi, en s'abattant, fendit le tronc en deux et le bébé Adonis en sortit.

Neuf mois plus tard l'arbre se fendit tout seul et Lucina (la déesse romaine des naissances) l'aida à accoucher et les Naïades lavèrent le bébé avec la sève de l'arbre qui représentait les larmes de sa mère.

Un sanglier, traqué, fuyant droit devant lui, fendit le tronc avec ses défenses et dans l'anfractuosité les chasseurs découvrirent un bébé préfigurant peut-être la mort qui l'attendait.

❖ Amours d'Adonis.
Adonis partant à la chasse
par J. NORTHCOTE

Touchée par la beauté du bébé, Aphrodite le cacha dans un coffre et le confia à Perséphone, reine des Enfers. Perséphone eut la curiosité d'ouvrir le coffre et trouva Adonis à l'intérieur. Il était si charmant qu'elle le sortit, le prit dans ses bras et l'éleva dans son propre palais. Un jour, Aphrodite qui se rendit aux Enfers pour réclamer Adonis. Perséphone refusa de le laisser partir car elle en avait fait son amant, Aphrodite en appela à Zeus tout puissant.

Ce dernier sachant fort bien qu'Aphrodite aussi avait des vues sur Adonis, refusa d'être juge dans une querelle aussi déplaisante aussi transféra-t-il l'affaire à un tribunal inférieur, présidé par la Muse Calliope. Le verdict de la muse fut que Perséphone et Aphrodite avaient sur Adonis des droits égaux; mais il fallait aussi lui accorder de petites vacances chaque année afin de lui permettre de se reposer des sollicitations amoureuses des deux insatiables déesses.
En conséquence, elle divisa l'année en trois parties égales:

Adonis devait passer quatre mois avec Perséphone, quatre autres mois avec Aphrodite et le reste de l'année seul pour se reposer. Mais Aphrodite tricha: elle porta sa ceinture magique tous les jours et elle persuada Adonis de ne pas respecter l'arrêt du tribunal et de lui consacrer sa part personnelle; il n'accorderait qu'à contrecoeur à Perséphone le strict temps qui lui était dû.

Aphrodite pleurant Adonis
par Alice Pheles

Perséphone, justement affligée, se rendit en Thrace où elle raconta perfidement à Arès, qu'Aphrodite lui préférait à présent Adonis. Arès devint fou de jalousie.

Ou bien c'est Apollon qui voulut se venger d'Aphrodite qui avait rendu aveugle son fils, Erymanthos, qui l'avait aperçue entièrement nue.

Dans une autre version (Apol. III, 183) c'est Artémis, peut-être jalouse de son habileté de chasseur, qui lança contre lui un sanglier furieux.

page 2 page suivante

Le grenier de Clio [https://mythologica.fr]