Les écuries d'Augias.

Le cinquième Travail d'Héraclès (Hercule) fut de nettoyer, en un seul jour, les écuries (en fait plutôt des étables) d'Augias, qui étaient dans un état de saleté répugnante tant le fumier s'y était accumulé.

Augias
Les écuries d'Augias d'après DAUMIER

Eurysthée avait plaisir à imaginer le dégoût d'Héraclès, obligé de charger le fumier dans des paniers qu'il transporterait sur ses épaules. Augias, roi d'Elis en Elide, était fils d'Hélios, par Naupiadamé, fille d'Amphidamas; ou, selon certains, par Iphiboë. D'autres en font le fils de Poséidon. Il était l'homme le plus riche de la terre, en bétail: en effet, par une grâce divine, ses troupeaux préservés de toute maladie étaient d'une fécondité sans pareille. La plupart du temps les naissances donnaient des femelles, il possédait néanmoins trois cents taureaux noirs à pattes blanches et deux cents taureaux reproducteurs rouges.
En outre, il avait douze taureaux blanc argenté consacrés à son père Hélios.
Ces douze taureaux défendaient ses troupeaux contre les bêtes sauvages, qui, des collines boisées, venaient roder autour d'eux.

Or, le fumier dans les Écuries d'Augias n'avait pas été enlevé depuis trente ans et sa puanteur infecte se répandait à travers tout le Péloponnèse. En outre, les pâturages de la vallée étaient recouverts d'une couche si épaisse de bouse et de crottin qu'on ne pouvait plus guère les labourer pour y planter du grain. Héraclès salua Augias de loin et proposa de curer ses écuries avant la nuit en échange d'un dixième de son troupeau.
Augias se mit à rire; il pensait que la chose n'était pas possible et il appela Phylée, son fils ainé, pour être témoin de l'offre d'Héraclès. Héraclès jura et Augias, de même, prêta serment.

Ecuries d'Augias
Les écuries d'Augias

Sur les conseils de Ménédèmos l'Eléen et avec l'aide d'Iolaos Héraclès fit d'abord une brèche dans le mur des écuries en deux endroits et ensuite dévia le cours des deux fleuves du voisinage: l'Alphée et le Pénée, en sorte que leurs eaux se précipitèrent dans les Ecuries, les nettoyèrent et s'en furent ensuite nettoyer la bouse qui recouvrait les pâturages de la vallée. Ainsi Héraclès accomplit-il ce labeur en une seule journée, et remit en état les terres sans s'être sali le bout du doigt. Mais Augias, qui avait appris par Coprée qu'Héraclès obéissait aux ordres d'Eurysthée en nettoyant les Écuries, refusa de payer le prix convenu et il eut même l'audace de dire qu'il n'y avait jamais eu entre Héraclès et lui aucun marché conclu.

Héraclès proposa que l'affaire fût soumise à un arbitre, mais lorsque les juges furent assis et que Phylée, cité comme témoin par Héraclès, attesta la vérité, Augias se dressa furieux et les bannit tous deux de l'Elide en déclarant qu'Héraclès l'avait trompé car c'étaient les dieux-Fleuves et non pas lui qui avaient effectué tout le travail. Pour aggraver encore les choses, Eurysthée refusa de considérer ce labeur comme un des Travaux valide parce qu'il avait touché un salaire d'Augias.
Héraclès se jura de punir Augias. Il revint plusieurs années après avec une troupe d'Arcadiens. Augias pour se protéger s'allia à Amaryncée, fils d'Alector et aux Molionides Eurytos et Ctéatos, les fils de son frère Actor qui accepteront de s'engager contre une partie du royaume. Ils réussirent dans un premier temps à repousser Héraclès mais le héros tendit une embuscade aux Molionides à Cléones. Cette fois la victoire lui fut acquise. Il tua Augias et mis Phylée sur le trône qui lui revenait de droit.

Dans une autre version Augias donna son royaume à son fils cadet, Agasthénès, déshéritant ainsi son aîné qui retournera à Dulichium.

❖ Sources

http://mythologica.fr