Echo

Echo (Gr. Εχω) était une oréade, nymphe des forêts et des montagnes du Cithéron en Béotie; elle est la personnification de l'écho. Elevée par les nymphes, instruite par les Muses, Echo est la malheureuse héroïne de deux légendes.

❖ Légendes

Echo et Narcisse
Echo et Narcisse (1903)
par J.W. WATERHOUSE
© Walker Art Gallery, Liverpool

Repoussé par Echo et jaloux de ses talents, Pan excita contre elle, les bergers du pays, qui la mirent en pièces et dispersèrent ses membres sur toute la terre. Gaïa, la Terre, la recueillit dans son sein et tous ses membres disjoints gardèrent le pouvoir de répéter les derniers mots d'une phrase. Depuis ce temps, Écho est partout, et même morte elle fait entendre sa voix. (Nonnos et Longus).

D'après un récit le plus connu, Ovide, raconte qu'une nymphe, nommée Écho, avait la coupable habitude de retenir l'attention d'Héra par d'incessants bavardages lorsque Zeus trompait son épouse légitime et folâtrait avec les belles mortelles. Un jour, Héra s'aperçut de la ruse et punit Echo en la condamnant en ces termes : « Tu auras toujours le dernier mot, mais jamais tu ne parleras la première. »

Mais un jour, la nymphe tomba amoureuse du beau et solitaire Narcisse. Le sort jeté par la déesse jalouse se réalisa: Narcisse parla à Écho, et la malheureuse ne put que répéter les dernières paroles de celui qu'elle aimait. Le jeune homme, lassé, abandonna bien vite la nymphe. Désespérée, elle se réfugia dans sa grotte et s'abîma dans une profonde prostration; elle maigrit tant qu'il ne resta plus d'elle que ses os qui se transformèrent en rochers et cette voix qui répète inlassablement les derniers mots d'une phrase.

Cachée dans l'épaisseur des forêts, la voix d'Écho répond toujours à la voix qui l'appelle; mais nul ne peut voir cette Nymphe infortunée, et ce n'est plus maintenant qu'un son qui vit encore en elle. Les autres Nymphes qui habitent les monts ou les fontaines éprouvèrent aussi les dédains de Narcisse. Mais enfin une d'elles, élevant vers le ciel des mains suppliantes, s'écria dans son désespoir : "Que le barbare aime à son tour sans pouvoir être aimé" ! Elle dit; et Rhamnusie (Némésis) exauça cette juste prière. Près de là était une fontaine dont l'eau pure, argentée, inconnue aux bergers, n'avait jamais été troublée ni par les chèvres qui paissent sur les montagnes, ni par les troupeaux des environs.
OVIDE, Métamorphoses III, 400

Pausanias raconte (Périégèse II, 35, 10 et II, 21, 7) qu'il y avait en Grèce des portiques qu'on appelait les "portiques d'Echo" qui renvoyait trois fois le son; celui d'Olympie renvoyait jusqu'à sept fois le son.

❖ Arts

Tableaux Echo et Narcisse
Cliquez ci-dessus pour voir d'autres œuvres

❖ Filiation

Nymphe un mortel
ECHO
Amoureux Enfant
Narcisse -
Pan -

❖ Sources antiques

❖ Bibliographie

Bibliothèque virtuelle
http://mythologica.fr