Les enfers

De nombreux textes traitent du monde des morts ou Irkalla (on trouve aussi la graphie Irkilla) en sumérien comme par exemple l'épopée de Gilgamesh ou le mythe d'Enlil et Ninlil. Mais le plus célèbre est sans contexte la descente d'Ishtar / Inanna aux Enfers. Irkalla est aussi un des noms d' Ereshkigal.

Elle, la fille de Sin, décida de se rendre
Dans la demeure de l’obscurité, le séjour d’Irkalla,
Vers la demeure où ceux qui entrent ne sortent jamais,
Sur le chemin dont l’aller est dans retour,
Vers la demeure où ceux qui entrent sont privés de lumière,
Là où la poussière est leur nourriture, là où le pain est poussière.
Ils ne verront plus le jour, ils séjournent dans l’obscurité,
Ils sont vêtus comme les oiseaux d’un vêtement de plumes,
Sur la porte et le verrou s’accumule la poussière.
Descente d'Ishtar aux Enfers; 3-11

Comme on vient de le lire les Enfers n'avaient rien de joyeux mais il ne faut pas confondre l'Au-Delà mésopotamien avec l'Enfer chrétien, même si dans les fiches ce terme sera utilisé.

Dans leur conception du monde, les Mésopotamiens, plaçaient en haut le ciel, puis la terre, monde des vivants, au-dessous l'Apsu et tout en bas l'autre monde, les Enfers, le lieu où résidaient les démons et les morts sous la domination de dieux infernaux. Dans ce monde beaucoup de choses étaient interdites

Gilgamesh a répondu à Enkidu :
"Si aujourd'hui vous allez descendre au monde des morts,
laissez-moi vous conseiller ! Mes instructions devront être suivies.
Laissez-moi vous parler ! Prêtez l'attention à mes mots !

Vous ne devrez pas mettre de vêtements propres :
ils montreraient immédiatement que vous êtes étranger.
Vous ne devrez pas vous oindre avec de l'huile fine d'une cuvette :
ils vous entoureraient à cause de votre parfum.
Vous ne devrez pas lancer de bâtons de jet dans le monde des morts :
ceux heurtés par les bâtons de jet vous entoureraient.
Vous ne devrez pas tenir un bâton de bois dans votre main :
les esprits se sentiraient offensés par vous.
Vous ne devrez pas mettre des sandales à vos pieds.
Vous ne devrez pas crier dans le monde des morts.
Vous ne devrez pas embrasser votre épouse aimée.
Vous ne devrez pas frapper votre épouse détestée.
Vous ne devrez pas embrasser votre enfant aimé.
Vous ne devrez pas frapper votre fils détesté.
L'abîme réveillé vous retiendrait dans le monde des morts."
Inanna et l'arbre Huluppu

Le gouffre de la terre est habituellement atteint par sept étapes sur une échelle, puis un chemin descendant qui se termine à la première des sept portes. Les sept portes sont gardées et personne n'est autorisé à passer.

Les mésopotamiens concevaient la mort comme la séparation du corps physique appelé esemtu qui devait être enterré le plus souvent dans une chambre souterraine sous la maison du défunt et de l'etemmu (gidim ou gedim en sumérien) qui se rendait dans l'Au-delà pour y retrouver les autres défunts et les entités qui peuplaient ces tristes lieux comme Ereshkigal et Nergal.
Les etemmu recevaient de la part de la famille du défunt des sacrifices (kispu) et si ces sacrifices n'étaient pas accomplis ils pouvaient revenir sur terre sous la formes de mauvais esprits pour hanter les vivants.

Il y avait une sorte de hiérarchie parmi les etemmu: ceux qui avaient eu de leur vivant une famille nombreuse étaient mieux lotis que ceux qui avaient eu peu ou pas d'enfants.

Parmi les résidents du monde des morts, outre les défunts, figurent aussi des dieux et des démons. Selon certaines sources, il y aurait eu davantage de divinités en enfer que dans le ciel. Pas moins de  600 divinités seraient localisées dans le Grand-en-Bas alors qu'on n'en dénombre que 300 dans le Grand-en-Haut. Le domaine infernal était également perçu comme le repaire d'une multitude de démons.
Ces démons totalement dépourvus de sentiments rivalisent de monstruosité et de cruauté. Les démons-gallû, qui accompagnent Inanna lors de sa sortie des enfers,  n'hésitent pas à torturer Gestinanna, la soeur de Dumuzi, pour parvenir à lui faire avouer où se cache son frère.

Outre les etemmu, on trouve aussi dans les Enfers les « dieux captifs », Qingou et ses complices, qui, dans le grand combat primitif des dieux, s'étaient rangés aux côtés de Tiamat et avaient été vaincus par Marduk.

Le Grand-en-Bas règnait la déesse Ereshkigal, « princesse de la grande terre ». A l'origine elle était l'unique souveraine.
Mais, un jour, le dieu Nergal, « le seigneur de la grande demeure », marcha à l'assaut des enfers. Il avait avec lui quatorze démons, qu'il posta par paire auprès des sept différentes portes. Pour obtenir la paix, Ereshkigal consentit à prendre Nergal pour époux :

« Tu seras mon époux, lui dit-elle, et je serai ta femme ; je te ferai posséder la royauté dans la vaste terre, je placerai dans ta main la tablette de la sagesse. »

Dans la légende de la descente d'Inanna / Ishtar aux enfers, la libération de la déesse est conditionnée par son remplacement; Alors que tout le monde est en deuil de la disparition de la déesse, son amant Dumuzi / Tammuz mène une joyeuse vie. Sans pitié elle le désigne pour le remplacer malgrès les supplications de Geshtinanna qui refuse de voir partir son frère. En fait Dumuzi et Gestianna passeront chacun la moitié de l'année en enfers

❖ Bibliographie

Quelques livres de librairie pour approfondir le sujet.

Bibliothèque virtuelle
Le grenier de Clio [https://mythologica.fr]