Palamède

Palamède est l'un des trois fils de Nauplios (fils de Poséidon et Amymoné) roi d'Eubée et de Clymène, (fille de Catrée). Mais on lui donne aussi comme épouse Philyra ou Hésione. Ses deux frères sont Oeax et Nausimédon.
Il figure parmi les élèves du sage et savant centaure Chiron, aux côtés d'Achille, Ajax et Héraclès. Il est célèbre pour son esprit inventif et à sa participation aux préliminaires de la guerre de Troie.

La tradition faisait honneur à Palamède en lui attribuant de nombreuses inventions comme l'ordre des lettres de l'alphabet ou la lettre Y (en observant un vol de grues). Il aurait aussi inventé, les nombres, la monnaie, la durée des mois ainsi que des jeux comme les dès, les osselets ou les dames afin de distraire ses concitoyens frappés par une disette.

❖ Légendes

Sa légende se développe indépendamment des poèmes homériques. Lors de l'enlèvement d'Hélène, Palamède console Ménélas et tente de le calmer (par sa mère, Palamède était en effet apparenté à Ménélas, dont il était le cousin germain).

• Préparatifs à la guerre.

Puis, selon certains auteurs, il participe à une ambassade à Troie, avec Ulysse et Ménélas, pour obtenir un règlement pacifique de l'affaire. Il aurait même apporté une lettre personnelle de Clytemnestre à Hélène pour l'engager à revenir auprès de son mari. Lors de la seconde ambassade, envoyée de Ténédos, Palamède y figure à côté de Ménélas, Ulysse, Diomède et Acamas.

Palamède devant Agamemnon
Rembrandt, 1626,
Musée municipal de Leyde (Pays bas)

Il démasqua une femme, Epipolè , fille de Trachion de Carystos en Eubée, qui s'était déguisée en homme pour suivre l'armée grecque. Elle fut lapidée.
On disait que Palamède avait participé à la recherche d'Achille, qui se dissimulait à Skyros, à la cour de Lycurgue. De même, il aurait été envoyé comme héraut par Ménélas auprès d'Oenopion et auprès de Cinyras.
Pendant les premiers temps de l'expédition, Palamède rendit un grand nombre de services à l'armée, relevant le moral des soldats inquiétés par des présages défavorables, notamment une éclipse.
Il essaya aussi de détourner la peste qui allait s'abattre sur l'armée, et signala la venue dans le camp grec d'un loup (animal d'Apollon) sorti des forêts de l'Ida.
Il para aussi à une disette en faisant venir les Vigneronnes, les trois filles d'Anios, fils d'Apollon et de la nymphe Rhéo. Œno, Spermo et Elaïs avaient reçu le don de Dionysos de transformer ce qu'elles voulaient en vin, en blé ou en huile d'olive. En apprenant cela Agamemnon voulut les mettre à son service mais elles se plaignirent auprès de Dionysos qui les changea en colombes.
Bientôt, le zèle de Palamède pour la cause de Ménélas devait provoquer sa perte d'autant plus qu'Ulysse lui en voulait.

• La vengeance d'Ulysse.

Au moment où les anciens prétendants d'Hélène se préparaient à aller à Troie reconquérir la jeune femme, Ulysse, bien que lié par le serment qu'il avait prêté à Tyndare, tenta de se soustraire à cette obligation, et lorsque Ménélas et Palamède vinrent le chercher, il simula la folie.

Palamède devant Agamemnon
Palamède devant Agamemnon par Rembrandt

Il avait attelé à sa charrue un âne et un bœuf, accouplés, et il était en train de semer du sel. Mais Palamède ne se laissa pas abuser par ce stratagème, et, pour forcer Ulysse à révéler qu'il n'était pas fou, il plaça le petit Télémaque devant la charrue dont le héros se servait pour labourer. Ulysse ne put résister à l'épreuve, et il arrêta son attelage à temps pour ne pas tuer son enfant, renonçant ainsi à feindre l'inconscience.

Une autre variante voulait que Palamède eût menacé le petit Télémaque de son épée, sous les yeux de son père. Ulysse le secourut alors. De toute façon, c'est Palamède qui avait déjoué la ruse d'Ulysse et l'avait ainsi contraint à se joindre à l'expédition de Ménélas et d'Agamemnon. Ulysse ne le lui pardonna jamais.

Mais, à la fin, Ulysse réussit à se venger de lui. Les versions relatives à cette vengeance diffèrent, mais toutes témoignent de la perfidie dont fut victime Palamède.
On raconte en effet qu'Ulysse, ayant fait un Troyen prisonnier, le contraignit, sous la menace, à écrire une lettre censée venir de Priam, dans laquelle il ressortait que Palamède offrait à Priam de trahir les Grecs. Puis, il soudoya un esclave de Palamède, qui dissimula de l'or sous le lit de son maitre. Enfin, il laissa trainer la lettre dans le camp. Cette lettre fut trouvée par Agamemnon, qui fit arrêter Palamède et le livra aux Grecs qui le lapidèrent.
Une autre version racontait comment Ulysse et Diomède persuadèrent Palamède de descendre dans un puits, et précipitèrent sur lui des rochers et de la terre, sous lesquels il périt écrasé.

Son père Nauplios le vengea en attirant la flotte grecque, de retour de Troie, sur le promontoire rocheux de Capharée, où elle fit naufrage. On dit aussi qu'il poussa Ægialé, l'épouse de Diomède, à tromper son mari avec le fils de son lieutenant Sthénélos.

La mort de Palamède était devenue proverbiale, comme la mort injuste par excellence, résultant des intrigues des méchants contre quelqu'un qui valait mieux qu'eux.

Son frère Oeax, bien qu'il détestât Agamemnon, poursuivit Oreste pour le meurtre de Clytemnestre devant le tribunal de Mycènes où Tyndare l'avait fait comparaître.

Sinon, qui devait convaincre les troyens de laisser le cheval de bois pénétrer dans la ville, se disait de la famille de Palamède pour apitoyer Priam.

❖ Filiation

Clymène
Nauplios
PALAMEDE
Epouse* / amante Enfants
   
❖ Sources antiques
❖ Bibliographie

Quelques livres de librairie pour approfondir le sujet.

Bibliothèque virtuelle
Copyright Le grenier de Clio [https://mythologica.fr]