Création
Création d'Hermopolis

Spécialement archaïques et énigmatiques paraissent les huit dieux et déesses primordiaux qui, à Hermopolis, ont participé à la création du monde :

Cette forme abstraite de quatre couples divins se trouve en fait à la limite entre le chaos obscur et l'univers éclairé et organisé. Après la création du cosmos, le tertre primordial s'élève pour porter la ville d'Hermopolis.

Les divinités masculines sont représentées en tant que grenouilles ou avec une tête de grenouille. Leurs équivalents féminins — les noms sont simplement pourvus de la terminaison féminine — en tant que serpents. Depuis l'accomplissement de leur oeuvre de création, ces dieux primordiaux vivent dans le monde souterrain, mais ils se chargent encore de certaines nécessités élémentaires, comme le lever quotidien du soleil et le cours du Nil.
Le mythe hermopolitain, quelque peu schématiquement construit, ne nous est transmis qu'à la Basse Epoque, il est vrai, mais déjà sous l'Ancien Empire Hermopolis est appelée « la ville de l'Ogdoade ». Les noms des dieux ont dû toutefois changer au cours du temps. En tout cas, Amon a été ajouté plus tard au détriment d'une autre divinité, Ténémou.

Ogdoade de Dendérah

D'autres mythes de création sont reliés à la doctrine de l'Ogdoade. L'un d'eux cite une oie céleste, « le grand caqueteur », qui pour la première fois a rompu le silence d'avant le temps et qui sur la colline primordiale a pondu un oeuf duquel est sorti Rê, « l'oiseau de la lumière ». Pour les pèlerins d'Hermopolis, des coquilles d'oeuf vides comptaient parmi les plus grandes attractions. Il faudrait examiner si la liaison entre l'oeuf et le lièvre de Pâques "Osterhas" , « emblème » du quinzième nome de Haute Egypte, dont la capitale était Hermopolis, survit dans les symboles pascaux de l'Est de la France et en Allemagne. Au lieu de l'oie, on cite également l'ibis comme créateur de l'oeuf originel. Par là, Thot, le dieu de la sagesse et le dieu scribe, qui est au fond le véritable maître de l'antique Shmounou, entre en jeu. Les Grecs l'ont assimilé à Hermès, ce qui a donné son nom à la ville.

Une variante poétique de la théorie de la création parle d'un bouton de lotus au milieu du lac sacré d'Hermopolis. Il contenait Rê, l'enfant divin, et le libéra tôt le matin, quand les pétales de la fleur s'ouvrirent.
Ailleurs aussi, la fleur de lotus, qui s'ouvre le matin pour se refermer le soir, a été mise en relation avec le soleil. Le mythe de Néfertem (« parfait d'être et de non-être ») présente le plus d'affinités avec la légende hermopolitaine. A Memphis, Néfertem fut vénéré comme le fils de Ptah.

Aspect Liquide Infini Obscurité Caché
Dieu Noun Héhou Kékou Amon
Déesse Nounet Héhèt Kéket Amonet
❖ Bibliographie

Quelques autres livres pour approfondir ce sujet.


04-Jan-2021
Copyright Le grenier de Clio [https://mythologica.fr]