Astarté

Astarté est l’un des nombreux noms associés à la grande divinité féminine des peuples du Proche-Orient ancien.

Astarté, Musée du Louvre
Nécropole d'Hillah

Son nom connait de nombreuses variations selon la langue ou la ville dans laquelle elle était vénérée. Elle porte en akkadien le nom d'Asdartu, une forme d'Ishtar qui est parfois considérée comme un dieu. Le nom apparaît en ougaritique comme Athtart, en hébreu comme Ashtoret, en phénicien comme Ashtart, elle est Tanit, chez les carthaginois et donc sous la forme hellénisée la plus connue, Astarté.

Astarté était la déesse de la Guerre, de la Sexualité et à la Fertilité. Elle était identifiée à la planète Vénus et la déesse tutélaire des villes Tyr, Sarepta, Sidon et Byblos.

Dans la Bible le culte d’Astarté était interdit par la loi de Moïse où il était dit qu’il ne devait pas y avoir de « poteau sacré en bois » à côté de l’autel de Jéhovah (Deutéronome 16.21). Malgré cette interdiction stricte, le culte d’Astarté était toujours présent ; ainsi quand Salomon, qui avait des épouses étrangères, tomba dans l’idolâtrie, il rétablit le culte d’Astarté dans son royaume.

Salomon alla après Astarté, divinité des Sidoniens, et après Milcom, l'abomination des Ammonites. (1 Rois 11.5)

Et cela, parce qu'ils m'ont abandonné, et se sont prosternés devant Astarté, divinité des Sidoniens, devant Kemosch, dieu de Moab, et devant Milcom, dieu des fils d'Ammon, et parce qu'ils n'ont point marché dans mes voies pour faire ce qui est droit à mes yeux et pour observer mes lois et mes ordonnances, comme l'a fait David, père de Salomon. (1 Rois 11.33).
Puis  le culte d’Astarté s’est davantage répandu sous l’influence de la reine Jézabel, avec les 400 prophètes d’Astarté qui mangeaient à la table royale
Fais maintenant rassembler tout Israël auprès de moi, à la montagne du Carmel, et aussi les quatre cent cinquante prophètes de Baal et les quatre cents prophètes d'Astarté qui mangent à la table de Jézabel. (1 Rois 18.19).
De nombreuses luttes contre le culte d’Astarté ont été menées par Gédéon (Juges 6.25-30), le roi Asa (1 Rois 15.13) et le roi Josias (2 Rois 23.1-7).

Asa fit ce qui est droit aux yeux de l'Éternel, comme David, son père.
Il ôta du pays les prostitués, et il fit disparaître toutes les idoles que ses pères avaient faites.
Et même il enleva la dignité de reine à Maaca, sa mère, parce qu'elle avait fait une idole pour Astarté. Asa abattit son idole, et la brûla au torrent de Cédron. (1 Rois 15.11-13)

Astarté (British museum)

Elle jouit d'un culte dérivé de l'ancienne tradition sémitique syro-palestinienne et répandue dans toute la Phénicie. Connue comme la "maîtresse des batailles", la Bible lui attribue les liens avec la fertilité et l'amour, et elle sera plus tard assimilée à l'Aphrodite des Grecs.

Astarté, Musée du Louvre
Nécropole d'Hillah

"Quand Salomon fut vieux, ses femmes détournèrent son cœur vers d'autres dieux et son cœur ne fut plus tout entier à Yahvé son Dieu comme avait été celui de son père David. Salomon suivit Astarté, la divinité des Sidoniens, et Milkom, l'abomination des Ammonites. (I Rois 11:4 et 5).

Plus tard, les lieux de culte à l'Astarté ont été détruites par Josias. Astarté est la Reine du Ciel à qui les Cananéens avaient brûlé de l'encens et libations (Jér. 44). Astarté, déesse de l'amour et la guerre, partagé tant de qualités avec sa sœur, Anath, qu'ils aient été initialement considérée comme une divinité unique. Leurs noms sont la base même de la déesse Atargatis araméen. Astarté était adoré comme Astarté en Egypte et Ougarit et chez les Hittites, ainsi que dans Canaan. Son homologue Akkadien était Ishtar. Plus tard, elle est devenue assimilée à l'égyptienne Isis et Hathor divinités, et dans le monde gréco-romain avec Aphrodite, Artémis, et Junon, tous les aspects de la Grande Mère. "

 

❖ Bibliographie

Quelques autres livres pour approfondir ce sujet.


04-Jan-2021
Copyright Le grenier de Clio [https://mythologica.fr]