Agdistis

Agdistis ou Adestis (Gr. Άγδιστις) est un divinité violente et caractérielle originaire de Phrygie.

Ce mythe est rapporté par Arnobe (IIIe S.) qui se fonde sur le témoignage de Timothée l'Eumolpide. Pausanias donne une version qui diffère un peu, en particulier dans la relation entre Cybèle et Agdistis.

Zeus éprouva un désir ardent et incestueux pour Cybèle qu'il poursuivait en vain de ses avances. N’en pouvant plus il finit par répandre sa semence sur le rocher Agdos (Pour Pausanias c’est Gaïa, la Terre) qui accoucha d'un être monstrueux, féroce, animé d'une libido débridée, Agdistis. Sa violence et son appétit de puissance démesuré inquiétèrent les dieux qui décidèrent de l’assagir.

Agdistis / Cybèle
Statuette phrygienne du VIe S.

Le dieu Liber (ou Dionysos) fut chargé de cette opération et il versa du vin dans la source où Agdistis avait l’habitude de boire. Assommé par cette boisson inhabituelle, Agdistis s'endormit profondément. Le dieu lui lia le verge à une corde qu'il attacha aux pieds du dormeur ; Lorsque celui-ci se réveilla il se leva et il s'émascula. Un grenadier (un amandier pour Pausanias) poussa sur le sol rougi par son sang.

Nana, fille du dieu-fleuve Sangarios, trouva cet arbre si beau qu’elle en cueillit un fruit et le plaça sur son sein. Elle se trouva enceinte Son père, outrée de l’inconduite présumée de sa fille la condamna à mourir de faim. Heureusement que Cybèle lui apporta elle-même des grenades et d'autres fruits. Elle accoucha d'Attis. Dans certaines versions, Attis est né directement du fruit. Mais le roi le fit exposer. Sauvé et nourri par un bouc qui lui donna son lait (?), Attis devient un bel adolescent chéri par Cybèle et qui inspira un amour passionné à Agdistis devenu femme après sa castration. Ce dernier l'entraîna dans les bois où il lui fit connaître les plaisirs de la vie sauvage et du vin.

Le roi de Pessinonte, Midas, pour mettre fin à cette relation incestueuse accorda à Attis la main de sa propre fille. Afin que rien de fâcheux ne vienne troubler la cérémonie, le roi fit fermer les portes de la ville. Mais Cybèle voulu assister au mariage et elle souleva de sa tête les murailles. Aussitôt Agdistis fit irruption dans la salle du festin, fou de jalousie, pour arracher Attis à sa jeune épouse. La peur et la folie se communiqua à tous : la jeune mariée se coupa les seins, tandis que son père et Attis s’émasculèrent. Des violettes naquirent du sang répandu. Mêlant ses pleurs à celles d'Agdistis l'épouse se tua. Agdistis / Cybèle, obtint de Zeus que le corps d'Attis reste incorruptible, que ses cheveux continuent de pousser et son petit doigt de bouger.

❖ Sources antiques
❖ Bibliographie

Quelques autres livres pour approfondir ce sujet.


26-Mar-2021
Copyright Le grenier de Clio [https://mythologica.fr]