Vallée des Reines
Reines

La Vallée des Reines (Biban el-Harim) regroupe prés de 80 Tombes, dont la majorité sont très endommagées. - La Tombes de la reine Thiti, épouse d'un pharaon de la XX ème dynastie, présente de très belles peintures dans les tons roses. Cette tombes fut utilisée, il y a quelques années en écurie pour les ânes !!!

Comme la Vallée des Rois, ce site se trouve sur la côte rocheuse qui surplombe la plaine, à l'ouest de Thèbes, mais dans un autre vallon. Les ouvriers y accédaient par un sentier à partir du même village de Deir el- Medineh, bien situé par rapport à leur lieu de travail. On y a dénombré environ quatre-vingts tombes. Beaucoup sont inachevées et certaines autres sont très dégradées. Elles datent toutes plus ou moins des XIXe et XXe dynasties, les deux dernières du Nouvel Empire.

Visite.

Parmi les plus intéressantes, citons celles de quelques enfants de Ramsès III, le dernier des grands pharaons, qui n'ont jamais régné parce qu'ils sont morts tout jeunes. Au moins trois autres de ses fils semblent avoir occupé le trône, dans cette série de six Ramsès, dont la fin marque le déclin définitif de la XXe dynastie et de l'égypte. Mentionnons les sépultures de Pra-her- Oumenef (42), de Khaemouast (44) et d'Amon- her-Khopechef (55). La dernière est considérée comme la plus remarquable pour l'intensité des couleurs de ses bas-reliefs. Dans toutes on trouve des scènes montrant le jeune prince en face de différents dieux, très souvent accompagné de son père, comme dans celle où Ramsès III présente Khaemouast aux divinités gardiennes des régions d'outre-tombe. Des scènes d'adoration et d'offrande aux différentes divinités ornent aussi la tombe de la reine Thiti, probablement l'épouse d'un Ramsès de la XXe dynastie. Dans l'une d'elles, la jeune femme apparaît coiffée de tresses comme une enfant, détail qui a fait penser que la souveraine était peut-être morte avant que son mari ne montât sur le trône.

La sépulture la plus belle et la plus célèbre de la Vallée est celle d'une des reines d'égypte les plus connues, Néfertari (66), deuxième des « grandes épouses» de Ramsès Il (XIXe dynastie). On sait que Ramsès Il avait aussi de très nombreuses concubines et une multitude d'enfants dont il fut toujours très fier. Il avait fait graver la liste de ses descendants dans beaucoup d'endroits, entre au- tres dans le temple d'Ouadi es-Sébouah, en basse Nubie. On y compte une centaine de princes et de princesses et seules les lacunes dans les inscrip- tions nous empêchent d'en connaître le nombre exact. La tombe de Néfertari est actuellement fermée et en cours de restauration: les peintures des bas-reliefs, exécutées sur une couche de stuc, avaient beaucoup souffert après sa découverte. On trouve de nombreuses reproductions de la scène où la reine, vêtue d'une robe blanche, transparente et plissée, est assise devant l'échiquier du senet, jeu à trente cases considéré comme l'ancêtre du tric- trac. Ce motif iconographique se retrouve dans d'autres sépultures de Thèbes; il est interprété comme un symbole de renaissance.

❖ Bibliographie

Quelques autres livres pour approfondir ce sujet.


04-Jan-2021
https://mythologica.fr