SEDNA

La légende de Sedna est très connue chez les Inuits mais il existe une grande variété de récits selon la provenance. Sedna est également connue sous le nom d'Arnakuagsak ou Arnarquagssaq (Groenland) et Nerrivik ou Nuliajuk (Alaska). Bien que Sedna soit considérée comme une divinité très importante dans tout l'Arctique canadien, elle est aussi connue sous d'autres noms par des groupes inuits différents. Les Inuits Copper de Gulf Coronation l'appellent Arnapkapfaaluk (grande méchante femme) qui apparait plus malveillante que Sedna.


Sedna par © Geneviève CSEH

Sedna était une jolie jeune fille qui refusait de se marier. Plus d'un chasseur était venu la demander en mariage mais elle repoussait tous ses prétendants. Son père veuf, qui aurait aimé qu'elle choisisse un bon chasseur, descendant de parents habiles et bon pourvoyeur de gibier, déplorait la perte de ces gendres talentueux. Quant aux pères des jeunes gens des villages avoisinants, ils regrettaient de ne pouvoir avoir dans leur famille une bru si belle et si douée.

Il faut préciser que dans certains récits, Anguta, le père de Sedna n'apparait pas comme un simple mortel mais il est le créateur du ciel, de la terre et de la mer. Anguta n'a qu'un oeil et il lui manque quelques doigts.

Excédé, le père s'écria : - "Autant te marier avec un animal puisque tu rejettes tous tes prétendants !" Pour la punir, son père l'envoya avec son chien vivre tous deux sur un îlot proche. Un jour, un homme arriva dans un canot et invita Sedna à se joindre à lui. La jeune femme profita de l'occasion pour quitter l'île et prit place dans le bateau de l'inconnu.

À l'issue d'un long voyage, ils arrivèrent à son village et Sedna l'épousa. Elle comprit rapidement que ce n'était pas un homme mais un pétrel capable de prendre forme humaine. Sedna avait maintenant très peur et souhaitait échapper à ce mari.

Entre-temps, son père, qui la cherchait, la vit et se cacha derrière des rochers en attendant le départ de l'oiseau. Le pétrel parti, le père et sa fille quittèrent rapidement le village. Le pétrel revint juste à temps pour voir leur embarcation disparaître derrière un cap. Il s'envola à leur poursuite et provoqua une énorme tempête qui mit à mal le frêle esquif. Pour se sauver, le père de Sedna la jeta à la mer.
Accrochée au rebord du bateau, Sedna le supplia de la sauver.
La tempête redoubla et, un par un, son père lui coupa les doigts qui se transformèrent au contact de l'eau en poissons, les pouces et les mains devinrent des phoques, des baleines et toute sorte d'animaux marins. Avant qu'elle ne disparaisse complètement dans les vagues, son père lui creva un oeil d'un coup de pagaie.
Sedna descendit vers le monde inférieur, au fond de la mer, où elle devient la maîtresse et la gardienne des animaux marins qui étaient nés de ses doigts et de ses mains.
Le père de Sedna regagna finalement son village. Il se reposait tranquillement dans son abri quand les flots montèrent et l'emportèrent. Il est désormais captif dans la demeure de Sedna la borgne dont le chien garde la porte.

Dans une autre version de la légende Sedna était la fille du dieu créateur Anguta. Elle était tellement grande et affamée qu'elle mangeait tout dans la maison de ses parents, et même un jour elle rongea un des bras de son père pendant qu'il dormait.

A condition de respecter les règles, Sedna fait généralement preuve de générosité envers les humains et libère les animaux dont elle a la responsabilité. Il arrive qu'elle les retienne parce que des chasseurs ont blessé l'âme d'un animal. Quand les animaux se font rares, un chaman doit lui rendre visite pour la supplier de les laisser partir. Parfois, les mammifères se réfugient dans sa chevelure toute sale et emmêlée tant que les humains violent les tabous. Quand cela se produit, le chaman doit venir voir Sedna et lui peigner les cheveux, délivrant ainsi les phoques, les baleines et les autres mammifères marins.

Les éditions Les Enfants Rouges vous proposent de découvrir cette légende dans l’album Nerrivik de Thierry Lamy et Ana Rousse.

❖ Bibliographie

Bibliothèque virtuelle
https://mythologica.fr