Ibonia

Iboniamasiboniamanoro fils de Rasoabemanana fait partie de la mythologie malgache

Le mythe d'Ibonia est à l'origine l'objet d'une très long poème épique qui a été mis par écrit vers 1830 sous trois versions différentes et il fut imprimé pour la première fois en 1877. Le texte retrace le parcours initiatique de l'homme et de la femme

Conception et naissance

Les princes de l'est, du nord, de l'ouest et du sud vont visiter leur grand-père Ciel. Le principal visiteur est l'aîné des frères, Andriambahoaka. Leur festin est assombri par la stérilité de la femme du prince, Rasoabemanana.
Pressée par son mari et son beau-père, Rasoa­bemanana (Belle fortunée) consulte le devin Ranakombe, dont la science secrète lui permet de prédire la grandeur future du héros à naître.

Belle-Fortunée alla avec ses dix suivantes et cent hommes armés, chez un grand voyant pour qu'il l'aide à avoir un enfant. Le voyant l'averti que si elle avait un enfant celui-ci serait l'enfant du malheur, qu'il se trournerait contre son père et serait une calamité pour sa mère mais que ce serait le seul qu'elle pourrait avoir.

Belle-Fortunée répondit qu'il n'était pas plus grand malheur que ne pas avoir enfant.

Le voyant reprit que dans ce cas elle aurait bien un enfant mais que la gestation durerait dix ans. Il lui conseilla d'aller à la pierre-aux-mille-angles et d'avaler une sauterelle. Mais une fois encore il l'avertit des difficulés qu'elle allait rencontrées : la foudres, les bêtes, les météores, des guerriers prets à en découdre.

Enfance

Preuve d'humanité
La quête
❖ Bibliographie

Quelques autres livres pour approfondir ce sujet.


04-Jan-2021
Copyright Le grenier de Clio [https://mythologica.fr]