Croyances

Il est certain que l’Homme de Neandertal enterrait ses morts. Est-ce à dire qu’il avait organisé un système religieux ? André Leroi-Gourhan fait remarquer que les pratiques funéraires ne sont pas la preuve absolue de croyances métaphysiques. Il écrit : « Le mort, tant qu’il conserve (parole et geste retranchés) son aspect ordinaire, appartient encore au monde des vivants et sa mise en sommeil dans la terre n’implique pas directement son réveil ultérieur. »

De telles pratiques pourraient donc constituer des réactions affectives comparables à celles de certains animaux supérieurs. Par contre, d’après le même préhistorien, la présence d’épieux d’ivoire dans une tombe du Paléolithique supérieur « suggère le dépôt d’un armement en prévision d’un futur ».

Nous ne restituerons sans doute jamais les arrière-pensées de l’Homme du Paléolithique. Nous pouvons cependant, en vertu des schémas universels de comportement, poser le postulat suivant : l’art préhistorique contient des symboles religieux. Dès lors, nous rechercherons ces symboles pour les analyser et en découvrir peut-être le contenu. Si on constate effectivement une certaine organisation des thèmes dans l’art pariétal, cette dernière étape nous échappe encore.