Te Ao-marama

Le récit le plus complet sur la création du Te Ao-marama (le monde de lumière) avec la séparation de  Ranginui (Père-ciel) et Papatuanuku (Terre-mère) vient des tribus te awaras du centre de l'île du Nord d'Aotearoa, la Nouvelle-Zélande.

Ranginui et Papatuanuku enlacés

Selon leur tradition, Rangi et Papa établirent l'obscurité en serrant leurs corps très étroitement l'un contre l'autre lors de la procréation et après. Cependant, leurs soixante-dix enfants, tous males, désiraient voir la lumière pénétrer le monde pour leur permettre de prospérer et d'acquérir des connaissances.

Des noms différents peuvent remplacer le nom de Rangi par un autre nom, comme Atea, Vatea ou Wakea, selon l’origine géographique de la légende.

Les enfants complotèrent contre leurs parents, et Tu (dieu de la Guerre) suggéra de les tuer mais Tane (dieu des forêts) refusa ce meurtre et proposa une autre solution: il convainquit les autres de ne pas les tuer, mais seulement les séparer. Tous furent d'accord sauf Tawhirimatea (dieu du vent et de la tempête) qui rugit son désaccord. Chacun leur tour, Rongo (dieu des aliments cultivés), Haumia (dieu des aliments non cultivés), Tangaroa (dieu des océans) et Tu (dieu de l'esprit guerrier humain) tentèrent sans y parvenir de séparer leurs parents. Mais ils durent constater qu'ils n’y parvenaient pas.

Alors Tane (dieu des forêts) se coucha sur le dos et poussa de toutes ses forces vers le haut avec ses pieds jusqu'à les écarter petit à petit. Poussant Père-ciel vers le haut et Terre-mère vers le bas, il créa bientôt un espace suffisant. Par cet acte, Tane, aux nombreux noms, est aussi connu sous le nom de Tane-te-toko-o-te-Rangi (Tane-l'étai-des-cieux).

La séparation inaugura le  Te Ao-marama (le monde de lumière). Enfin libres, les enfants de Rangi et Papa ne tardèrent pas à se quereller entre eux, en particulier Tane et Tangaroa. Les Polynésiens pensent que les conflits entre les dieux engendrent des choses telles que la croissance des mauvaises herbes dans les champs, les différences entre les humains et les animaux, ou les tempêtes qui menacent les bateaux en mer.

De plus le dieu du vent Tawhiri libéra sa colère contre ses frères en envoyant les tempêtes et les vents à battre la terre, provoquant la destruction massive des forêts et des champs et la furie de la mer déchaînée. Seul le dieu de la guerre Tu put résister à son frère, mais leur lutte inonda la terre, ne laissant apparaître que les îles de la Polynésie.

Mais cette séparation causa aussi une grande peine aux deux parents amoureux.

En Nouvelle-Zélande, divers phénomènes atmosphériques sont considérés comme les manifestations de la douleur de Rangi et de Papa à cause de cette séparation. Cette explication est présentée sous la forme d'adieux que s'adressent mutuellement les deux époux au moment de se quitter.
Rangi dit à Papa : « Papa, reste ici. Voici quel sera le signe de mon amour pour toi. Au huitième mois, je pleurerai sur toi », et ces larmes du Ciel pleurant sur la Terre sont la rosée.
Et Rangi dit encore : « Chère femme, reste où tu es. En hiver je soupirerai à cause de toi », et c'est l'origine de la glace.
Alors Papa dit à Rangi ces mots d'adieu : « Va, mon cher mari, et en été je me lamenterai sur toi », et les soupirs de son coeur aimant qui montent vers le ciel sont les brouillards.

❖ Bibliographie

Quelques autres livres pour approfondir ce sujet.


04-Jan-2021
Copyright Le grenier de Clio [https://mythologica.fr]