Kinich Ahau

Kinich Ahau ("celui aux yeux de soleil") ou Kinich Ajau était le dieu maya du Soleil et l'époux de la déesse de la Lune Ix Chel. Il était référencé sous le nom du dieu "G" dans les codex selon le chercheur allemand Paul Schellhas.

Seigneur des yeux du soleil. Dans la mythologie maya, Kinich Ahau était le dieu du soleil et le patron de la musique et de la poésie; il était aussi le dieu de la guerre. Les prêtres de ses temples recevaient le nom d'Ah Kin, (ceux du Soleil et du Temps), et prophétisèrent l'avenir des hommes.

Kinich Ahau (Bélize)
Tête en jade
Musée de Bélize

Étroitement associé à la divinité suprême Itzamna, il était d'une certaine façon considéré comme une manifestation de ce dernier. Kinich Ahau était l'aspect diurne d'Itzamna et, en tant que tel, symbolisait la vie du soleil dans son voyage quotidien à travers le ciel, une métaphore de la vie elle-même. Après le coucher du soleil, alors qu'il voyageait dans le monde souterrain, il était censé se changer en jaguar et voyageait sur le dos d'un caïman. Il était le chef des dieux, et en tant que tel il a résolu de nombreux problèmes et attribué les terres aux différents peuples.

Selon les Lacandons, Kinich Ahau viendra sur terre pour y mettre fin au cycle actuel et ses jaguars dévoreront l'humanité.

Kinich Ahau était adoré par les souverains des cités-états mayas, qui se considéraient comme ses descendants lorsqu'ils ne prenaient pas son identité. Par exemple, il était le dieu tutélaire de la cité de Palenque, où le temple de la Croix, représentant la création du monde et des dieux, lui est partiellement dédié. La date maya inscrite sur le temple fait référence à sa date de naissance mythique.

L’art des périodes classique et postclassique le représente avec de grands yeux carrés et un gros nez. Le glyphe de sa tête était une représentation du chiffre quatre.

❖ Filiation
- -
KINICH AHAU
Epouse* / amante Enfants
Ix Chel Bacabs
❖ Bibliographie

Quelques livres de librairie pour approfondir le sujet.

Bibliothèque virtuelle
Le grenier de Clio [https://mythologica.fr]