Iousâas

Iousâas ou Ioussas ou Iusaas Le nom de la déesse a été traduit de plusieurs manières : "Elle est (ou elle vient) quand elle est déjà grande", "[Quand] elle vient elle est [déjà] grande".

Ioussas et Sethi Ier (Abydos)

La signification sexuelle du nom est évidente quand on sait qu'Atoum porte (entre autres) l'épithète "Le Masturbateur" et que Iousâas est évoquée comme "La Main d'Atoum" qui l'incite à l'acte créateur, c'est à dire à la masturbation, à l'origine du premier couple divin, Shou et Tefnout. Le titre "Main du dieu" est porté, au Nouvel Empire, par certaine reines, et plus tard lors de la Troisième Période Intermédiaires, par les Divines Adoratrices, prêtresses et épouses mystiques d'Amon à Thèbes. Nom Grec/Romain : Saosis

 

C'est une divinité archaïque que l'on trouve dans les Textes des Pyramides. Elle est née des spéculations théologiques des prêtres heliopolitains. En effet à l'origine, on accordait à Atoum l'exclusivité de la conception du monde. Avec Iousâas, les prêtres héliopolitains ont doté Atoum d'une contrepartie féminine, et ainsi la création du monde s'est avèrée être plus réaliste. Ioussâs matérialise son désir de créer le monde, ainsi que "La Main d'Atoum" qui l'incite à l'acte créateur, c'est à dire à la masturbation, à l'origine du premier couple divin, Shou et Tefnout. Nebet-hetepet est une autre déesse, qui lui est étroitement liée, et qui apparaît aussi comme le complément féminin d'Atoum. Mais selon Meunier Iousâas représente plus le désir du créateur et Nebethetepet le résultat de l'acte créateur. Son culte près d'Héliopolis fait d'elle non seulement l'élément stimulant du démiurge, Atoum-Rê, et, incidemment, la mère de Shou et Tefnout, mais aussi sa mère. En effet, dans certains textes, on la mentionne comme “la Mère du Soleil” et dans cet aspect de déesse mère, on l'a identifiée avec Nout et Methyer. Quant à Nebet-hetepet, elle, apparaît comme la fille du démiurge. Dans quelques textes Iousâas apparaît comme la mère de Nebet-hetepet et dans d'autres, comme une transformation de cette dernière. Enfin, par extension, Iousâas fut également considérée comme l'épouse d'Harakhty.

❖ Culte

Elle fut adorée dans une ville près d'Héliopolis, appelée également Iousâas. Fêtée au premier mois de la saison Chesmou (Pakhons) à Edfou, Iousâas était considérée à Dendérah comme une manifestation d'Hathor. Elle est aussi représentée dans les sanctuaires d'Abydos, d'Antinooupolis, de Thèbes et même - à cause de son assimilation à l'oeil solaire - dans certains temples de Nubie (Gerf Hussein, Abou Simbel, Derr Ouadi es-Séboua)

❖ Arts

Son aspect est proche de celui d'Hathor : une femme, la tête surmontée des cornes en forme de lyre qui enserrent le disque solaire. Elle peut aussi porter une couronne d'uraei ou un scarabée sur sa tête. Iousâas sous sa forme habituelle tendant au pharaon le signe "ankh" flanqué de deux spectres "ouas" est visible sur le mur Ouest du second hypostyle à Abydos

❖ Bibliographie

Quelques autres livres pour approfondir ce sujet.


04-Jan-2021
Copyright Le grenier de Clio [https://mythologica.fr]