Lilith

Démon femelle. Les démons soumis à Lilith portent le même nom que leur chef, et, comme les Lamies, cherchent à faire périr les nouveau-nés


Lilith par John COLLIER

Issue probablement du polythéisme assyro-babylonien, Lilitou et Ardat Lili, Litith est traduite (Isaïe 34, 14) par « Spectre de la nuit », « onocentaure » ou « couette ». Dans la doctrine rabbinique, elle est le démon nocturne par excellence. Une tradition en fait la (première) femme d'Adam, mère de mauvais esprits : Lilin, Shedim et Rôudin (voir Lamia). Le Psaume 91, 5, l'associe à Deber (la Peste) et Keteb (le Fléau de midi).

La Genèse n'est pas explicite quant à la création de la première femme, surtout si l'on compare Genèse I & Genèse II, & c'est cette divergence qui a donné corps à la présomption de création d'une première femme antérieure à Eve. On peut supposer que l'origine provient d'une influence du culte de la déesse cananéenne Anat, culte féminin qui autorisait les femmes à avoir des rapports sexuels avant le mariage.

Le nom même de Lilith semble dériver du mot assyro-babylonien "lilitu" qui signifie "démon femelle" ou "esprit du vent". Toutefois, Lilith apparaît déjà plus tôt sous la forme de "Lilake" dans des tablettes sumériennes d'Ur de 2000 ans avant notre ère, dont la fameuse tablette de l'épopée de Gilgamesh. L'étymologie hébraïque populaire fait dériver Lilith du mot "layil", la nuit, et c'est pourquoi elle apparaît souvent sous les traits d'un monstre de la nuit.

❖ Bibliographie

Quelques livres de librairie pour approfondir le sujet.

Bibliothèque virtuelle
Le grenier de Clio [https://mythologica.fr]