titre
Torque celte

C'est dans le travail du métal que ces cultures celtes se sont le mieux exprimées. Epées, bijoux et coupes attestent d'un degré élevé de compétence métallurgique. Le fer est extrait et préparé en grande quantité par les forgerons : certaines épées du deuxième âge du fer ont conservé toute leur souplesse d'origine.

L'or et l'argent sont utilisés dans la fabrication de bijoux, de colliers ou torques, et de broches ornées de motifs stylisés. Des sujets religieux et animaliers sont traités au moyen de courbes élégantes et de figures élaborées formant des dessins admirablement équilibrés. Les motifs ornant les armes et la vaisselle témoignent de l'imaginaire culturel des élites celtes qui se faisaient enterrer avec ces objets, ou qui les jetaient dans le lit des rivières comme offrandes à leurs dieux.
Après la civilisation des «champs d'urnes» (1200-800 avant notre ère), les historiens de l'art ont identifié deux styles qui portent les noms des sites où ils furent découverts pour la première fois.

La civilisation de Hallstatt (du nom d'un village autrichien), nourrie d'influences venues de l'Est et de la Méditerranée et dont l'apogée se situe entre 800 et 500 avant notre ère, est née en Europe centrale avant de se diffuser sur tout le continent. La civilisation de la Tène (du nom d'un site sur les rives du lac de Neuchâtel, en Suisse) s'est développée vers 450 avant notre ère. Ce style a fait son apparition en Rhénanie mais s'est ensuite répandu plus largement encore que la civilisation de Hallstatt, jusqu'en Irlande et en Espagne à l'ouest, et jusqu'en Hongrie à l'est.

❖ Bibliographie

Quelques autres livres pour approfondir ce sujet.


04-Jan-2021
Copyright Le grenier de Clio [https://mythologica.fr]