Shango
Shango

Dans le panthéon Yoruba, Shango est l’orisha de la foudre et du tonnerre, il est étroitement associé avec les éléments naturels ; il est généralement représenté avec une double hache, symbole de la foudre, sur la tête, six yeux, et parfois trois têtes. Son animal familier était le bélier, dont le cri ressemble au bruit du tonnerre. Ses serviteurs étaient Afefe, le vent et Oshumare, l'arc en ciel dont le travail est de transporter l'eau de la Terre vers le palais de Shango au ciel. Ses épouses étaient les Orisha des fleuves Niger (Oya), Oshun (Oshun) et Obba (ou Oba).

Selon le mythe, Shango créa le tonnerre et la foudre en lançant des pierres-tonnerre vers la Terre. Partout où la foudre frappait, les prêtres de Shango essayaient de les retrouver car ces pierre-tonnerre passaient pour avoir des pouvoirs spéciaux et étaient installées dans les temples du dieu.

Dans les temps anciens Shango a régné sur la ville d'Oyo en tant que quatrième roi. On raconte que le Shango historique était un roi puissant, tyrannique, et redouté par son peuple. Quand il parlait du le feu et de la fumée jaillissaient de sa bouche. Shango a découvert un charme qui permettait d’attirer la foudre et c’est comme cela qu’il a involontairement détruit son propre palais. Lors de l’incendie qui suivit, la plupart de ses femmes et de ses enfants furent tués. Shango fut tellement accablé par leur perte qu’il est allé dans la forêt se pendre à l’arbre « ayan », dont le bois est utilisé pour fabriquer les manches des haches et qui est si dur qu’on ne peut le couper à coup de hache. Il a été divinisé à son décès.

Dans un autre mythe Shango était jaloux de deux seigneurs de guerre nommé Timi et Gbonka qui devenaient plus importants que lui. Pour s’en débarrasser Shango envoya Timi conquérir la ville d’Ede, certain que Timi serait défait.
Au contraire, Timi et son armée furent vainqueurs Timi prit le commandement de la ville qui s’agrandit et devint plus riche. Contrarié par les succès de Timi, Shango ordonna Gbonka de lutter contre Timi. Gbonka fut vainqueur de Timi qu’il ramena à Oyo où Shango ordonna aux deux hommes de se battre jusqu'à la mort. Encore une fois Gbonka l’emporta sur Timi, mais il refusa de tuer son ami. Shango à nouveau commanda à Gboka pour combattre Timi. Gbonka averti que Shango s'il battait Timi à nouveau, la lutte serait entre Shango et lui, et l'un d'entre eux serait obligé de partir d’Oyo pour toujours. Gbonka battit Timi et lui coupa la tête, qu'il jeta dédaigneusement sur les genoux de Shango. Exaspéré, Shango condamna Gbonka à périr par le feu. Cependant, les flammes ne firent aucun mal à Gbonka qui sortit indemne du feu et chassa définitivement Shango d’Oyo.
Shango se pendit à un arbre « ayan ». Alors une terrible tempête est tombée sur Oyo, et on a entendu la voix de Shango venue du ciel déclarait qu'il n’était pas mort mais était retourné au ciel. Shango continue de veiller sur Oyo et à punir les gens qui parlent en mal de lui en les frappant de sa foudre.

❖ Bibliographie

Quelques livres de librairie pour approfondir le sujet.

Bibliothèque virtuelle
Le grenier de Clio [https://mythologica.fr]