Yarilo

Yarilo ou Jarilo ou Yarovit chez les slaves de l'ouest, est le dieu des forces vitales de la nature. Il avait en charge la germination du blé. C'est une divinité virile, il est aussi le protecteur et inspirateur de l'amour charnel.

Jarilo
Jarilo

Yarilo était l'un des fils du dieu Peroun, né le dernier soir du mois de février, lors de la fête de Velja Noc (la grande nuit), la célébration païenne de la nouvelle année pour les slaves. Cependant, cette nuit-là, Yarilo fut arraché à son père et emmené dans le monde des morts, là il fut élevé par Vélès, ennemi de Peroun, dieu slave des enfers et du bétail.

Les Slaves croyaient que le monde souterrain était un endroit toujours vert couvert de plaines herbeuses et humides avec un printemps éternel, C’est là qu’Yarilo a grandi en gardant le bétail de son beau-père. La terre des morts était censée être située au-delà de la mer, vers où les oiseaux migrateurs s’envolaient chaque hiver.

Avec l'avènement du printemps, Yarilo revenait du monde souterrain, et apportait la fertilité à la terre du monde des vivants.

La première à remarquer la renaissance de Yarilo était Morana, la déesse de la Mort et de l’Hiver qui était la fille de Peroun et la sœur jumelle de Yarilo. Les deux enfants jouaient à se courir après dans les champs et tombaient rapidement amoureux.
Le mariage divin entre le frère et la sœur était célébré lors de la grande fête du solstice d'été. Jusqu'au XIXe siècle, à la fin du printemps, se déroulaient des fêtes appelées jarilo qui étaient sans doute une réminiscence de cette hiérogamie mais qui étaient dédiées à St. Georges.
Cette union sacrée de Yarilo et Morana, les divinités de la végétation et de la nature, assurait l'abondance et la fertilité sur la terre. Elle apportait également une paix temporaire entre les deux grands dieux slaves, Peroun et Vélès.
Comme la vie de Yarilo était liée au cycle des céréales, après la moisson, qu’on peut imaginer comme un sacrifice, il était mis à mort. Il aurait été infidèle à son épouse et Péroun ou les frères de Morana le mettait à mort lors d’un sacrifice rituel. Morana utilisait ensuite les parties du corps de son époux pour construire une nouvelle maison.

Cependant sans son mari, Morana dépérissait et se transformait en une vieille femme acariatre,  la terrible et dangereuse déesse de la Mort, du Froid et de l'Hiver.

❖ Bibliographie

Quelques livres de librairie pour approfondir le sujet.

Bibliothèque virtuelle
Le grenier de Clio [https://mythologica.fr]