Scipion l'africain

Publius Cornelius Scipio Africanus, surnommé l'Africain, fils du précédent, né vers 235 avant notre ère, mort à Liternum en Campanie en 183.

La continence de Scipion d'après Poussin
La continence de Scipion par Poussin;
Musée de l'Ermitage St Petersbourg

A dix-sept ans, au combat du Tessin, il sauva la vie à son père.
A vingt et un ans, Il obtint l'édilité sans remplir les conditions légales.
A vingt-quatre ans (211), il sollicita le difficile proconsulat d'Espagne, que personne n'osait briguer- il y releva le prestige des armes romaines, prit Carthagène, et par sa douceur gagna le cœur des populations. En 209, il gagna sur Asdrubal la bataille de Braetula. Il ne put cependant l'empêcher de passer en Italie, où celui-ci trouva la mort. Enfin, il acheva de soumettre l'Espagne aux Romains (206).

Elu consul (205), Il proposa de délivrer l'Italie d'Annibal en faisant une diversion en Afrique. Le sénat hésitant ne lui donna que des forces médiocres. Il eut pour questeur Caton, qu’il scandalisa par son luxe. Caton retourna à Rome, où il ne cessa de le décrier. Scipion se justifia par d'habiles négociations avec les princes numides et des victoires. En Afrique, Il prit et incendia en une seule nuit les deux camps des Carthaginois et de leur allié Syphax, puis les écrasa à la bataille des Grandes plaines. Carthage dut rappeler Annibal, qui fut lui-même battu à Zama. Scipion imposa à Carthage un traité fort dur, mit fin à la seconde guerre punique, obtint le triomphe et reçut le glorieux surnom d'Africain.

Nommé censeur en 198, de nouveau consul en 194, prince du sénat, il se fit beaucoup d'ennemis par son orgueil. De la guerre contre Antiochus, où il consentit à servir de lieutenant à son frère de capacité douteuse, il revint trop enrichi pour ne pas exciter les soupçons. On accusa les deux frères d'avoir traité sans l'autorisation du sénat. Scipion se tira d'affaire par une sortie orgueilleuse : « Romains, s'écria-t-il, c'est à pareil jour que j'ai vaincu Carthage. Montons au Capitole pour rendre grâces aux dieux et leur demander de vous donner toujours des chefs qui me ressemblent! »  Le peuple, subjugué, le suivit.

Mais on l'attaqua de nouveau. Alors, Il s'exila de lui- même à Liternum, où il acheva ses jours. Il ne voulut pas être enterré à Rome, et fit graver sur sa tombe ces paroles amères: « Ingrate patrie, tu n'auras pas mes os! »  

❖ Arts
tableaux à voir
cliquez pour voir

Le musée du Capitole possède un admirable buste en marbre de Scipion l'Africain, rude et belle figure, au front chauve, à l'expression énergique et austère; un buste en bronze trouvé à Herculanum, représentant Scipion l'Africain, appartient au musée de Naples. Claude Ramey a sculpté, en 1801, un buste en marbre de Scipion l'Africain pour la salle du Sénat, à Paris.
La continence de Scipion a été aussi représentée par les peintres comme Poussin (Ermitage), J. Romain (National Gallery), Breughel de Velours (Munich). Après la prise de Carthagène, Scipion refusa une esclave d'une grande beauté et la rendit à son fiancée qui devint l'allié de Rome. Il ajouta même à la dot la rançon apportée par les parents.

 

❖ Bibliographie

Quelques autres livres pour approfondir ce sujet.


04-Jan-2021
https://mythologica.fr