YGGDRASIL

Yggdrasil (ou Yggdrasill) était l'arbre cosmique; un gigantesque frêne toujours vert, qui représentait l'axe du monde autour duquel étaient disposés les neuf mondes.

 Yggdrasill
Yggdrasil

Il possédait trois racines qui plongeaient dans trois mondes:

La première racine naissait dans la source d'Hvergelmir dans Niflheim. Un serpent, appelé Nidhogg, gardait cette source mais il rongeait en même temps la racine pour la détruire.

La deuxième racine prenait naissance dans la fontaine de Mimir (Mímisbrunnr) dans Midgard. L'eau de cette fontaine était la source de toute la sagesse. Elle est gardée jalousement par un géant et abrite la tête du dieu Mimir qui détient les secrets du monde.

La troisième racine atteignait le puits d'Urd, en Asgard, gardé par les Nornes qui étaient trois vieilles femmes très sages et qui décidaient du destin de chaque être. Même les dieux y étaient soumis.

Plusieurs animaux vivaient dans l'arbre.

Quatre cerfs (Dain, Duneyr, Durathor et Dvalin) broutaient le feuillage des branches les plus basses.

La chèvre Heidrun, qui vivait dans l'arbre, se nourissait de ses feuilles.
Les abeilles utilisaient la douce rosée qui dégouttait de ses feuilles pour faire du miel. C'est pourquoi le miel était considéré comme un produit céleste.

L'aigle, Hræsvelg, et le faucon, Vedrfölnir étaient perchés sur les plus hautes branches d'Yggdrasil.

Le serpent dragon, Nidhogg, vivait au pied d'une des trois racines de l'arbre cosmique. Il habitait la brume givrante et l'obscurité de Niflheim, le plus bas des neuf mondes, se nourrissant de cadavres qu'il déchiquetait. Entre deux bouchées, il envoyait l'écureuil Ratatosk dans l'arbre cosmique avec un chapelet d'insultes : en effet, cet animal agile dérangeait périodiquement deux oiseaux, un aigle et un faucon, qui étaient perchés au faîte de l'arbre. Lorsqu'il était dégoûté des cadavres, Nidhogg rongeait la racine d'Yggdrasil, espérant probablement occasionner des dégâts dans le cosmos. Yggdrasil et Nidhogg étaient tous deux destinés à survivre au Ragnarok, le crépuscule des dieux et la fin du monde. Ni les incendies ni les inondations ne pouvaient détourner le dragon de son incessant festin et de son inépuisable source de cadavres.

❖ Bibliographie

Bibliothèque virtuelle
https://mythologica.fr