Bérith

Bérith, duc aux enfers, grand et terrible. Il est connu sous trois noms ; quelques-uns le nomment Béal, les Juifs Bérith et les nécromanciens Bolfri. On trouve aussi Baal Bérith.

Bérith

Il se montre sous les traits d’un jeune soldat habillé de rouge des pieds à la tête, monté sur un cheval de même couleur, portant la couronne au front ; il répond sur le passé, le présent et l’avenir. On le maîtrise par la vertu des anneaux magiques ; mais il ne faut pas oublier qu’il est souvent menteur.

Il a le talent de changer tous les métaux en or : aussi on le regarde quelquefois comme le démon des alchimistes. Il donne des dignités et rend la voix des chanteurs claire et déliée.

Vingt-six légions sont à ses ordres.

C’était l’idole des Sichemites [habitants de la ville de Canaan], et peut-être est-ce le même que le Béruth de Sanchoniaton [Auteur phénicien], que des doctes croient être Pallas ou Diane.

L’auteur du "Solide trésor du Petit Albert" conte de Bérith une aventure qui ferait croire que ce démon n’est plus qu’un follet ou lutin, si toutefois c’est le même Bérith.


Sceau

« Je me suis trouvé, dit-il, dans un château où se manifestait un esprit familier qui depuis six ans avait pris soin de gouverner l’horloge et d’étriller les chevaux. Je fus curieux un matin d’examiner ce manège : mon étonnement fut grand de voir courir l’étrille sur la croupe du cheval, sans qu’elle parût conduite par aucune main visible. Le palefrenier me dit que, pour attirer ce farfadet à son service, il avait pris une petite poule noire, qu’il l’avait saignée dans un grand chemin croisé ; que de ce sang il avait écrit sur un morceau de papier : « Bérith fera ma besogne pendant vingt ans, et je le récompenserai ; » qu’ayant ensuite enterré la poule à un pied de profondeur, le même jour le farfadet avait pris soin de l’horloge et des chevaux, et que de temps en temps lui-même faisait des trouvailles qui lui valaient quelque chose… »

L’historien semble croire que ce lutin était une mandragore. Les cabalistes n’y voient autre chose qu’un sylphe.

Sources : Le dictionnaire infernal de Collin du Plancy, 1863

Il est mentionné au 27e rang dans le Pseudomonarchia Daemonum et au 28e dans le Lemegeton

❖ Bibliographie

Quelques livres de librairie pour approfondir le sujet.

Bibliothèque virtuelle
Le grenier de Clio [https://mythologica.fr]