Mekhala

Mekhala
Kahanapa (Krishnacharya)

Dans le sud du Maharashtra, Mekhala et Kanakhala sont deux soeurs qui font partie du groupe de 84 Mahasiddha. Alors qu'elles avaient 10 et 8 ans leur père les fiança aux deux fils d’un capitaine. Mais le mariage n'eut jamais lieu. Bien qu’elles n’aient rien commis de mal  tout le monde se mit à jaser sur elles ce qui les attrista fortement.

Elles avaient l’intention de s’enfuir quand arriva dans la ville le maitre Kahanapa (Krishnacharya) accompagné de  700 yogis et yoginis. Il avait la réputation de réaliser des prodiges comme faire tournoyer des parasols ou voler des tambourins sans que personne ne les touche.

Elles lui racontèrent leurs malheurs et lui demandèrent de les instruire. Kanahapa accepta et leur enseigna la pratique du Vârahî qu'elles pratiquèrent avec assiduité.

Au bout de douze ans elles allèrent trouver Kahanapa au Bengale qui leur demanda qui elles étaient car il ne se souvenait plus de leur première rencontre. Elles lui rappelèrent qu’il leur avait enseigné le Vârahî.

"Alors vous me devez quelque chose, leur dit il, offrez moi vos têtes."

Deux épées de sagesse jaillirent de leur bouche et elles se coupèrent la tête en chantant:

Mekhala
Mekhala et Kanakhala dansent.


" Grâce à la sagesse de notre maitre, nous avons toutes les deux
Coupé les constructions mentales du samsâra et du nivârna..."

Les deux sœurs sans tête dansaient nues dans le ciel et disparurent dans une lumière arc-en-ciel.

Kahanapa rappella les deux soeurs et leur dit qu’elles étaient devenues deux grandes yoginis et qu’elles devaient restées dans ce monde puis il leur rendit leur tête qu’il ajusta sans la moindre cicatrice.

Par cet acte, elles acquirent le mahamudra-siddhi (pouvoirs magiques surnaturels) et sont devenues mahasiddha.

Les Deux Sœurs à la Tête Coupée se mirent à son service et parvinrent à l’accomplissement du Grand Sceau.

Leur légende est étroitement associée à la déesse bouddhiste Chinnamunda (Chinnamasta pour les hindous) à la tête coupée.
L'auto-décapitation de Mekhala et Kanakhala débuta une dangereuse tendance à l'auto-décapitation chez les dakinis. Alors, la déesse Vajravarahi apparut sous la forme de Chinnamunda et s’est mise à danser avec les dakinis pour arrêter ce massacre inutile.

❖ Bibliographie

Quelques autres livres pour approfondir ce sujet.


19-Avr-2021
Copyright Le grenier de Clio [https://mythologica.fr]