Avalokiteshvara

Avalokiteshvara est le plus populaire des Bodhisattvas, les « promis à l'éveil » du bouddhisme mahayana ( « Grand Véhicule »).

Avalokiteshvara
Avalokiteshvara

La traduction littérale du terme Avalokiteshvara donne lieu à diverses interprétations : d'un côté, le « Seigneur qui regarde en bas » (vers les misères du monde), si l'on considère que la dernière partie du mot, îshvara, signifie « Seigneur », et d'un autre côté, « celui qui entend les supplications du monde » ou encore « la voix et la lumière du monde », si l'on isole le terme svara, « son, voix », à la fin du nom.

Le « Seigneur de l'infinie compassion » est le bodhisattva du temps présent. Il est considéré comme une émanation du grand bouddha Amitabha. Bien qu'il réside dans le paradis d'Amitabha, il évolue dans notre monde pour le salut des hommes et des animaux.

Avalokiteshvara incarne l'une des deux principales qualités du bouddha, la Compassion (Karunâ), d'où le surnom de Mahâkarunâ, (Infinie Compassion), qu'on lui attribue souvent. L'autre qualité essentielle de l'état de bouddha est la sagesse (Prajnâ), incarnée par le bodhisattva Mafijushri. Avalokiteshvara apparaît comme l'un des assistants du bouddha Amitâbha (école de la Terre pure) dont il représente la force agissante puisqu'il est bodhisattva. Son Infinie Compassion se manifeste par un pouvoir miraculeux qui lui permet de secourir ceux qui l'invoquent dans le danger. La croyance populaire lui accorde en outre un rôle de protecteur contre les catastrophes naturelles et de garant de la fécondité.

Avalokiteshvara
Avalokiteshvara

Selon une légende, le jour où Avalokiteshvara ouvrit les yeux sur les souffrances du monde, sa tête explosa sous la douleur. Amitabha ramassa les morceaux et en fit neuf nouvelles têtes. Et en réponse au souhait d'Avalokiteshvara d'aider toutes les créatures, il lui poussa mille bras. Au creux de chaque main se trouvait un oeil, et « De ses yeux émanèrent le soleil et la lune ; de son front, Mahesvara ; de ses épaules, Brahma et d'autres dieux, de son coeur, Narayanan ; de ses cuisses, Sarasvatî; de sa bouche, les vents, de ses pieds, la terre et de son ventre Varna.» Avalokiteshvara vient en aide à ceux qui l'invoquent. Il se rend en enfer pour apporter des boissons fraîches à ceux qui endurent la chaleur des damnés, et il prêche la loi bouddhiste aux êtres incarnés en insectes et en vers.

On dit qu'il protège les hommes des catastrophes naturelles et qu'il bénit les enfants. C'est lui qui aurait converti les ogresses du Sri Lanka et qui aurait reçu pour mission de convertir le Tibet au bouddhisme.

Avalokiteshvara a un grand nombre de manifestations sous différentes formes (y compris les déesses de sagesse (vidyaas) qui lui sont directement associées dans les images et les textes).

Voici quelques formes les plus couramment mentionnées :
Ekâdashamukha : au onze visages qui lui permettent d'être présent dans les 10 plans de l'existence;
Sahasraneta : aux mille bras et aux mille yeux
Hayagriva : sous la forme symbolique d'un cheval dont le hennissement chasse les démons malfaisants;
Cundi : sous la forme d'une prostituée ou d'une femme de basse caste.

Au Tibet, il est la divinité la plus populaire; il porte le nom de sPyan-rasgzigs ou Cherensig. Il est considéré comme le protecteur du Tibet où le roi Songtsen Gampo et les dalaï-lamas sont vus comme ses émanations.

Avalokiteshvara est vénéré en Chine sous le nom de Guanyin ou Kuan-Yin et au Japon sous celui de Kannon (Kwannon ou Kanzeon). Dans ces deux pays, la divinité est généralement considérée comme féminine.

❖ Arts

Avalokiteshvara
Avalokiteshvara au 11 visages

On le représente généralement sous les traits d'un bel homme, doté de plusieurs têtes et bras. L'iconographie bouddhiste connaît 33 représentations différentes d'Avalokiteshvara, qui se distinguent d'après le nombre de têtes, de bras et la nature des attributs du personnage. On le montre souvent avec mille bras et mille yeux, onze visages et mille bras, etc. Il porte généralement une petite effigie du bouddha Amitâbha dans sa coiffure ; c'est son principal signe distinctif. Dans les mains, il tient souvent une fleur de lotus bleu (d'où son surnom de Padmapâni, « celui qui tient un lotus ») et un flacon de nectar. Le grand nombre de ses bras symbolise sa capacité de répondre à toutes les situations pour le bonheur de tous les êtres vivants.

Dans son portrait aux onze visages, Avalokiteshvara porte sur la tête une sorte de couronne constituée de neuf têtes de bodhisattva et d'une tête de bouddha ; la dernière est bien sûr celle du bouddha Amitâbha. Chaque étage constitué de trois têtes incarne respectivement la compassion pour ceux qui souffrent, la colère devant le mal et la joie devant le bien. Selon une autre conception, ces dix têtes symbolisent les dix étapes de la « carrière » (Bhûmi) d'un bodhisattva et le fruit de l'état de bouddha.

https://mythologica.fr