COSMOGONIE

Les récits de la création très complexe des univers mayas, intégraient des nombreux dieux, des forces naturelles et des ancêtres; ils décrivaient comme dans la mythologie Aztèque une succession de mondes créés par Hunab Ku.

Le premier monde était habité par les Sayam Uinicob, "hommes experts", une race de nains qui, selon les Mayas, avaient édifié les cités en ruine du passé. Les travaux avaient été faits dans l'obscurité car le soleil n'avait pas encore été créé, mais lorsque le soleil se leva à la première aube, les Saiyam Uinicob se changèrent en pierre. Ce monde fut détruit par la première grande inondation, haiyococab ("l'eau par-dessus la terre").

Le deuxième monde était habité par les Dzolob ("Offenseurs"), une race mystérieuse; eux aussi disparurent dans les flots d'une inondation sortie de la gueule du grand serpent céleste.

Le livre sacré Chilam Balam de Chumayel explique que le troisième monde maya arriva après la défaite des 13 seigneurs des Cieux (les Oxlahun Ti Ku) par les neuf seigneurs du Monde souterrain (les Bolon Ti Ku). Les Bacabs se placèrent aux quatre coins de la terre pour la soutenir. Le troisième monde, Mazehualob (classe inférieure) celui des anciens Mayas, finirait lui aussi sous les eaux.

Un quatrième monde verrait le jour; il serait peuplé par un mélange tous les habitants des mondes précédents. Lorsque le temps serait venu, ce quatrième monde périrait dans une inondation.

Cet univers cyclique de création et de destruction se reflétait au travers de la vie quotidienne des Mayas et de leur concept de dualité, selon lequel le dieu de la pluie, Chaac, produisait chaque année de nouvelles pousses et plants de maïs, tandis que Ah Puch, le dieu de la Mort, s'efforçait de couper les bourgeons.

Le mythe de la création des Mayas Quichés du Guatemala a survécu dans leur texte sacré, le Popol Vu. Au début, "tout était en suspens, tout était calme et silencieux; tout était immobile et sans mouvement, et l'étendue du ciel était vide... Rien n'était debout; il n'y avait que de l'eau calme, la sérénité de l'océan, seul et tranquille... Puis vint le mot. Tepeu et Gucumatz s'entretinrent: ils parlèrent, discutèrent et délibérèrent; ils tombèrent d'accord et unirent leurs mots et leurs pensées.

LÉGENDE.

Il n'y avait qu'eau et obscurité sur cette nouvelle terre. Puis les dieux créèrent les animaux, et Gucumatz et Tepeu tentèrent de façonner des humains avec de la boue; ce fut une déception car ces hommes étaient; incapables de parler et d'adorer leurs créateurs. Lorsque la boue sécha, ils tombèrent en poussière et le monde fut détruit par une inondation. Puis les dieux fabriquèrent les hommes avec du bois et les femmes avec du jonc. Incapables de se mouvoir, ils pouvaient parler, mais étaient idiots. Pervertis, ils durent être détruits. Les survivants devinrent les singes.

Finalement, les dieux façonnèrent les hommes avec de la pâte de maïs blanc et jaune. Lorsque le soleil se leva sur le premier jour de cette création, les hommes étaient de chair. Intelligents, ils reconnaissaient leurs créateurs et les adoraient, mais ils étaient trop bien informés; les dieux décidèrent donc de troubler leur vision afin de les maintenir concentrés sur les événements quotidiens.

http://mythologica.fr