ENEIDE ⑷

Enée retrouve enfin ses compagnons (livre VI) et gagne avec eux l'embouchure du Tibre: le héros envoie des ambassadeurs au roi Latinus qui les accueille avec bienveillance reconnaissant en Enée le gendre étranger que lui ont annonce les oracles. Mais Junon fait appel à Alecto pour qu'elle suscite la discorde et fasse qu'Amata, femme de Latinus, ne veuille pas du mariage de sa fille Lavinie avec un étranger alors qu'elle a déjà été promise à Turnus roi des Rutules. Celui-ci rassemble les siens.

Tout le Latium est en armes; le poète en profite pour évoquer toute la lignée des guerriers italiens: Mezence, Lausus, Aventinus, Catillus et Coras Caetulus, Messapos, Halesus, Virblus, Turnus, et en dernier Camille la vierge guerrière (livre VII).

Suivant le conseil du dieu Tibérinus. Enée remonte le cours du Tibre jusqu'à Pallantée une pauvre cité de pêcheurs située sur le lieu même où s'élèvera Rome. S'étant présenté au roi Evandre, i1 obtient facilement hospitalité et alliance; Pallas le fils d'Evandre le suivra.


Enée et Latinus d'après Bol
© Rijksmuseum Amsterdam

Pendant le banquet qui lui est offert, Enée écoute le récit des exploits d'Hercule qui, dans ce lieu même, a tué Cacus d'où le culte qu'on lui porte.

Accompagné du roi il visite les lieux qui un jour deviendront fameux: le grand autel la porte Carmentale, la forêt, asile de Romulus, le Lupercal et la Roche Tarpéïenne. Cependant Vénus avant obtenu de Vulcain des armes pour son fils lui en fait présent.

Elles sont tout ornées des principaux faits de l'histoire romaine: la louve et les jumeaux, l'enlèvement des Sabines, Romulus et Titus, Tatius, Horatius, Coelés et Clélia, les Gaulois et le Capitole, les Saliens, les Luperques, les Flamines; enfin Catilina et Caton. Au milieu figure la bataille d'Actium (livre VIII).

Turnus pendant l'absence d'Enée attaque le camp des Troyens cherchant à mettre le feu aux vaisseaux. Mais Jupiter les transforme en nymphes de la mer. Pendant l'attaque du camp Nisus s'offre volontairement pour aller avertir Enée du péril que courent les Troyens; son fidèle ami Euryale se joint à lui; partis de nuit, ils traversent le camp des ennemis plongés dans le sommeil et en font un grand massacre.
Mais surpris par une patrouille ennemie qui les suit, Euryale est pris: Nisus voyant son ami perdu, revient en arrière pour venger sa mort et tombe sur le corps de son ami; les têtes des deux jeunes gens, plantées sur des piques sont exposées à la vue des Troyens. Exultants les Rutules attaquent avec tant de furie qu'ils réussissent à forcer la porte par laquelle s'élance Turnus; mais, séparé des siens ce dernier se voit contraint de s'enfuir par le fleuve (livre. IX).


Enée pleurent la mort de Pallas
d'après Angelica Kauffmann © Robert Simon Fine Art

Jupiter réunit le conseil divin et se plaignant que les dieux se soient mêlés de la guerre, estime qu'il faut laisser libre cours au destin. Enée, ayant resserré son alliance avec Tarchon, chef des Etrusques, s'est dejà mis en marche pour vaincre les Rutules. Son navire avance en premier, suivi de toute la flotte et arrive en vue du camp des troyens. A peine Turnus a-t-il vu Enée qu'il se précipite pour empêcher le débarquement, dans la mêlée, il affronte et tue le jeune Pallas et se pare du baudrier ciselé de sa victime.

Enée, désireux de venger la mort de son ami, cherche en vain Turnus que Junon a transporté loin du camp (Livre XI) A l'aube, ont lieu les funérailles de Pallas dont le corps, enseveli sous les fleurs, est rapporté solennellement à son père Evandre. Pour ensevelir les morts, on négocie une trêve.

L'heure presse: ayant confié le commandement de la cavalerie à la vierge Camille, Turnus se met en embuscade. Mais Camille malgré sa valeur, est tuée par Arruns, sa mort contraint Turnus à sortir ouvertement dans la plaine (livre XI).

Pour éviter de répandre inutilement le sang, le Rutule offre de se battre en combat singulier avec Enée; celui qui vaincra épousera Lavinie. La trêve est conclue, mais la nymphe Juturne sœur de Turnus, craignant pour son propre frère mêlé à la foule des Rutules, parvient à semer le désordre et une flèche vient frapper un allié d'Enée. Enée lui-même, dans le tumulte qui en résulte, est blessé à son tour; Turnus profite de l'absence de son adversaire pour faire un grand carnage de Troyens.

Mais promptement guéri par Vénus, Enée revient sur le champ de bataille; à sa vue les ennemis tremblent de peur et commencent à fuir. La reine Amata, se voyant perdue, se tue. Désormais, les Rutules sont vaincus. Turnus, comprenant la gravité du moment, veut une mort digne de sa noblesse: il accourt aux remparts et invite Enée à se battre. Les deux rivaux se rencontrent avec une indicible fureur, mais Turnus ayant brisé son épée sur l'armure d'Enée, est obligé de fuir, poursuivi par le héros. Les dieux décident que les Troyens sont vainqueurs, mais que ce seront les Latins qui légueront leur nom, leur langue et leurs lois: de la mort de Troie doit naître Rome.

Turnus désormais est perdu: abattu et blessé, il demande grâce à Enée; celui-ci, plein de pitié. s'apprête à lui pardonner, lorsqu'il voit sur lui le baudrier de Pallas; se rappelant son serment, il donne à Turnus le coup mortel (livre XII).

http://mythologica.fr