ENEIDE ⑴


Virgile lisant l'Enéide devant Auguste.
par Ingres © Musée des Augustins, Toulouse

L'Enéide est le plus grand poème de l'antiquité latine, écrit par Virgile, Publius Virgilius Maro, (70-19 av. notre ère) dans les dix dernières années de sa vie et demeuré inachevé, soit que des vers ici et là furent laissés en suspens, soit que dans la composition et dans la structure du récit se fasse jour parfois une certaine incohérence.

Suivant la volonté du Poète, il aurait dû être jeté aux flammes, mais Auguste voulut qu'on le sauvât et qu'on le publiât sans aucune retouche.
Il est divisé en deux parties d'égale importance nettement séparées et distinctes:
- la première (livres I à VI), imitée de l'Odyssée, conte le voyage d'Enée jusqu'à l'arrivée du héros en Italie
- la seconde (livres VII à XII), imitée de l'Iliade narre les guerres pour la conquête du Latium jusqu'à la fondation du royaume de Lavinium.

RESUME.

Apres six ans de voyages aventureux, Enée est sur le point d'arriver en Italie lorsque Junon réussit à disperser les vaisseaux des troyens qui à grand peine accostent en Libye.

Enée et Vénus
Vénus en chasseresse apparaît à Énée
par P. de Cortone
Achate
Enée et Achate chassant
par Filippo Falciatore

Enée, qui explore la région en compagnie de son fidèle Achate. rencontre une jeune chasseresse qui lui apprend l'existence d'une ville voisine, Carthage, dont la fondatrice est Didon qui s'est enfuie de Tyr après la mort de son mari Sichée. A peine la chasseresse s'est-elle éloignée qu'à son parfum céleste Enée reconnut en elle sa mère, Vénus.


Didon montrant Carthage à Énée
par C. Gellée © Kunsthalle, Hambourg

Accompagné d'Achate, il se dirige alors vers la ville où l'on est en train de construire un magnifique temple à Junon: les murs de ce temple sont ornés de bas-reliefs représentant des épisodes de la guerre de Troie. Didon, devant laquelle Enée se présente avec ses compagnons, invite le héros à un banquet dans son palais.

Enée fait chercher son fils Ascagne pour qu'il vienne porter des cadeaux à la reine. Mais Vénus, qui craint la perfidie carthaginoise, remplace l'enfant endormi par Cupidon, rendu semblable à Ascagne. Didon, déjà touchée par l'amour, prie son hôte de lui conter la chute de Troie et sa vie vagabonde (livre II).


Didon recevant Énée et Cupidon déguisé en Ascagne par F. Solimena © National Gallery, London
http://mythologica.fr