RELIGION 1/6

Le Tibet historique a vu au cours des siècles passés le developpement du bouddhisme tibétain et ses nombreuses écoles. Il a su s'adapter à l'environnement humain et social en assimilant, aussi bien dans son contenu que dans sa forme, les divers éléments de la religion bön et de la religion populaire.

RELIGION BÖN

 

Menry
Monastère de Menri

La religion autochtone du Tibet est un culte prébouddhique à racine chamaniste en général appelé bön (prononcer beun) dont il est difficile de dater avec précision l'origine.Ce culte est un regroupement du chamanisme traditionnel tibétain allié à une démonologie typiquement tibétaine; une certaine influence taoïste peut également s'y déceler de par les contacts permanents que la Chine entretenait avec le Tibet. Plus tard, lors de l'apparition du bouddhisme, un syncrétisme va s'établir entre ce culte populaire et la grande religion bouddhique en provenance de l'Inde. La base du bön était axée sur des cultes d'esprits négatifs, dont les prêtres bön avaient pour charge d'enrayer l'action néfaste, maladie, mort, cataclysmes naturels, à l'aide d'un certain nombre d'activités de magie défensive, de transes et d'exorcismes propres au chamanisme traditionnel.Lors de la conversion des rois tibétains au lamaïsme au Vlle siècle, le bön fut très activement persécuté, ses prêtres furent pourchassés, leurs lieux de culte systématiquement détruits.

Monastère de Zharu
monastère Bön de Zharu près de Jiuzaigou (Sichuan)

La hiérarchie lamaïste, qui détient le pouvoir temporel dans le Tibet central et le Tibet occidental, les persécutait il y a bön encore peu de temps d'une manière radicale. Néanmoins, le culte bön reste encore implanté dans le Tibet oriental et le Tibet du Sud-Ouest, régions très peuplées qui restèrent pendant plusieurs siècles sous le contrôle chinois et hors de la juridiction des dalaï-lamas. Le bön est surtout étendu chez les agriculteurs, alors que les nomades, dont le déplacement les menait dans les territoires du grand lama, étaient restés beaucoup plus fidèles au lamaïsme.

A noter que la religion Bön a été reconnue par l'actuel Dalaï-lama comme la cinquième tradition tibétaine et qu'il existe un certains nombre de monastères comme celui de Menri construit en 1405, détruit par les Gardes Rouges puis reconstruit. Il a aussi été refondé en Inde à Dolanji dans la province d' Himachal Pradesh en Inde. (photo ci-dessus).
Dans la belle vallée de Jiuzhaigou (Sichuan) le monastère de Zharu construit en 762 et reconstruit lui aussi après la révolution culturelle, est aussi de la religion Bön.

❖ Culte Bön

Environs de Xiahé
Pont aux environs de Xiahé (Gansu, Chine)

Au Tibet oriental, où toute liberté leur était donnée de pratiquer leur culte, les adeptes du bön étaient installés en de vastes monastères, appelés gompas, à l'exemple des centres lamaïstes. La svastika figurait de manière répétée dans leur iconographie, mais elle était présentée avec ses extrémités tournées dans le sens inverse de la direction de la svastika originelle, laquelle est dirigée dans la direction de la course du Soleil. L'accentuation à droite des extrémités de la svastika indique un culte humain dont la course est opposée à celle du Soleil. Des annales chinoises des Ve et Vle siècle notent que les zélateurs bön pratiquaient régulièrement le sacrifice de chiens, de poulets et de singes en leur brisant les membres avant la mort et en exposant leurs viscères post mortem dans un but propitiatoire, surtout lors de la conclusion de traités avec l'Empire du Milieu.

La tenue des prêtres bön s'apparente d'une certaine manière à celle des chamans d'Asie centrale : une cotte de mailles les recouvre; cette cotte est recouverte de nombreux fétiches; une grande tiare les coiffe, celle-ci étant même ornée de crânes humains; leur parure reproduit souvent des formes de fémurs et d'ossements humains. Leurs coupes sacrificielles sont souvent composées d'un demi-crâne, leurs vêtements lors des cérémonies sont recouverts de broderies reproduisant squelettes et apparitions terrifiantes. Les cheveux, à l'encontre de ceux des lamas, qui sont systématiquement rasés, sont conservés hirsutes et longs. Lors de leur offrande aux divinités (figuration de sacrifices sanglants), ces offrandes sont mimées sur des figures en pâte représentant animaux et individus, ce qui démontre bien la très proche existence des sacrifices humains.

La légende raconte que dans les temps passés, il y avait trois frères, Dagpa (Dag-pa), Selba (gsal-ba) et Shepa (Shes-pa), qui étudièrent les doctrines Bön dans un lieu céleste nommé Sridpa Yesang (Srid-pa Ye -sangs), sous l'autorité du sage Bön Bumtri Logi Chechen (`Bum-khri gLog-gi lCe-can).

https://mythologica.fr