titre

En dehors de Carthage, où le peuple s'oppose incontestablement à une aristocratie de familles riches, nous ignorons tout des structures sociales des cités phéniciennes et en particulier de l'origine (fonction militaire, richesse agraire ou richesse tirée du commerce?) des oligarchies que l'on croit voir un peu partout.

Mais, en admettant qu'il n'y ait pas de vraie politique économique dans l'Antiquité, il est tout de même évident que, chez les Phéniciens au moins, le progrès économique est une affaire qui intéresse la cité.
Chaque Etat comporte une bande étroite allongée de la mer à la haute montagne, avec les abris du littoral, une petite plaine agricole, la montagne portant des terrasses pour la culture, et, plus haut, des pâturages et des forêts. Cet ensemble est bien utilisé : blé, olivier, vigne donnent de bons rendements; la collecte du murex (coquillage dont la chair putréfiée sert à teindre les tissus en couleurs foncées, rouge ou bleu) et l'exploitation de la forêt (cèdre, genévrier, sapin, pin, etc., donnant bois et résines) procurent des produits de grande valeur.
Mais ces cités-États et même la totalité de la Phénicie ne constituent pas un ensemble économique équilibré, faute de place pour l'expansion de la population agricole et de certaines matières premières (comme les métaux) pour l'artisanat local. D'autre part, comme l'ensemble du couloir syrien, la Phénicie, politiquement morcelée du fait de sa géographie, attire les conquérants étrangers. Pour les besoins des rois locaux et surtout pour le tribut exigé par les empires égyptien ou asiatiques, les Phéniciens doivent continuer la tradition des Cananéens : ils développent et perfectionnent leur artisanat en empruntant les techniques des autres civilisations et, puisqu'il faut absolument importer du ravitaillement et des matières premières rares, ils se spécialisent dans le commerce en exploitant leur situation privilégiée sur le littoral de cette zone de passage qu'est le couloir syrien.

Source: Grande Encyclopédie Larousse 1971

❖ Bibliographie

Bibliothèque virtuelle
https://mythologica.fr