Eglė

Eglė, la reine des serpents, est un conte qui fut publié la première fois en 1837 par Jasewicz. Ada Martinkus le publia en version française en 1905.

Eglė, la reine des serpents
Robertas ANTINIS (1960)
Jardin botanique de Palanga.

Il était une fois un vieux couple qui avait douze fils et trois filles, dont la plus jeune s'appelait Eglė. Alors qu'Eglė, et ses deux soeurs se baignaient dans la Baltique, un serpent se lova dans ses vêtements. Lorqu'Eglė voulut les récupérer le serpent consentit à partir que si elle promettait de l'épouser. Ce qu'elle fit pour récupérer ses vêtements.

Trois jours plus tard des milliers de serpents vinrent à la propriété familiale chercher la promise. Au début, les parents furent effrayés devant leur nombre et ne voulurent même pas en entendre parler, mais, apprenant qu'Eglė avait donné sa parole et confrontés à un si grand nombre de serpents, ils furent très troublés. La famille tenta de les duper trois fois de suite en la remplaçant successivement par une oie, un mouton et une vache. A chaque fois, le coucou avertit les serpents qu'ils avaient été trompés. Très en colère ils reviennent une nouvelle fois et finalement ils réussirent en amener Eglė jusqu'au rivage.

Au lieu d'un vilain serpent, Eglė découvrit un beau jeune homme, forme véritable de Žilvinas, le roi des serpents. Après avoir célébré le mariage pendant trois semaines le couple vécut heureux sous la mer et il eut quatre enfants : trois fils Oak, Ash et Birch et la jeune Aspen. Au bout de neuf ans, à la demande de son fils ainé, Eglė envisagea de rendre visite à ses parents sur terre, mais Žilvinas s’y opposa.

Eglė, la reine des serpents
Albina Makūnaitė

Pour rendre visite à ses proches, elle devait accomplir trois tâches pratiquement impossibles à réaliser : filer une touffe de fibres sans fin, user des sabots de fer et faire un pain sans utiliser d'ustensiles. Eglė accomplit ces tâches avec l'aide des conseils d'une sorcière. Cette dernière lui recommanda de jeter pelote de fibres dans le feu. Au milieu des flammes apparut un crapaud dont la bouche laissait filer un long fil qu'elle enroula. Pour les sabots de fer, la sorcière lui conseilla d'aller voir le forgeron qui les fit chauffer à blanc et qu'elle usa en trois jours. Pour fabriquer le pain sans ustensiles la sorcière lui montra comment boucher le tamis avec du levain et de s'en servir pour fabriquer la pâte.

Finalement son époux accepta de la conduire avec ses enfants chez ses parents. Il lui expliqua comment l'appeler pour qu'il vienne la chercher au bout de trois jours grâce à une incantation que seuls elle et ses enfants devaient connaitre :
"Žilvinas, cher Žilvinas si vous êtes en vie, écume blanche du lait, sinon écume noire du sang."

Les frères d'Eglė menacèrent leurs neveux pour connaitre le secret mais malgré les brimades et les coups de fouets ils ne trahirent pas leur père. Ce ne fut pas le cas de la jeune et fragile Aspen qui leur donna la formule magique.

Ainsi les douze frère d'Eglė purent-ils faire venir Žilvinas sur le rivage et ils le tuèrent avec des faux acérées.

A la date convenue, Eglė appela son mari, mais la mer se couvrit d'une écume de sang. Le fantôme de Žilvinas raconta qui l'avait tué et qui avait fait une incantation secrète. Eglė, en deuil, transforma ses enfants en arbres. Pour leur force, ses fils furent transformés en chêne, en frêne et en bouleau, tandis que sa fille apeurée et agitée d'un tremblement perpétuel fut changée en tremble. Elle-même se transforma en épicéa.

❖ Bibliographie

Quelques autres livres pour approfondir ce sujet.


04-Jan-2021
Copyright Le grenier de Clio [https://mythologica.fr]