HISTOIRE ⑵

La période historique de l'Empire inca commence par une guerre entre les gens du Cuzco et les Chancas.

L'histoire de l'Empire Inca.

Ceux-ci, qui veulent s'emparer des régions déjà annexées par les Incas, profitent de la faiblesse de Viracocha, huitième Inca, pour assiéger le Cuzco. Ils seraient sans doute parvenus à vaincre si Inca Yupanqui, fils du souverain, n'avait dirigé la défense. La bataille décisive a lieu non loin de la capitale, dans une plaine à laquelle restera attaché le nom de Yahuar pampa « plaine de sang ». Cela se passait selon les chroniques rapportées par les Espagnols, entre 1430 et 1440
Le fils de l'Inca, triomphant, est reconnu comme nouvel empereur sous le nom de Pachacutec, le «réformateur du monde». Aidé de son frère et de son fils, il entreprend immédiatement une série de conquêtes destinées à consolider son pouvoir. Ainsi sont annexés le territoire des Collas, au puis toute la région actuelle Arequipa jusqu'à la côte. Vers le nord Roca, frère de l'Inca avance jusqu'à Cajamarca.
Tupiac Yupanqui, dixième Inca, succède à son père vers 1471. Sous son règne, les armées s'avancent au nord jusqu'à Quito et descendent le long de la côte jusqu'à l'actuelle ville de Lima. Au sud, l'Inca conquiert une partie de la Bolivie actuelle et du Nord-Ouest argentin, puis du Chili et fixe la frontière de l'Empire sur le rio Maule.
Huyana Capac, qui lui succède en termine la conquête de l'extrême Nord. Peu avant de mourir, il reçoit l'annonce de l'arrivée d'étrangers blancs et barbus au nord de l'empire. Pizarro. et ses compagnons venaient, en effet, d'effectuer un des courts voyages qui précédèrent l'expédition de conquête proprement dite.
Huayna Capac meurt en 1527, cinq ans avant l'entrée des conquérants. Son fils aîné, Huascar lui succède au Cuzco, tandis que son second fils, Atahualpa, qui l'avait accompagné à Quito, lui succède à la tête des armées. De là surgit une guerre civile à laquelle seule l'arrivée de Pizarro mettra fin. Atahualpa est capturé à Cajamarca, le jour même où il vient d'apprendre sa victoire au Cuzco et la mort de son frère Huascar. Le dernier Inca n'aura vraiment régné qu'un seul jour sur son immense empire.

L'empire des quatre directions.

Au milieu du XVe siècle, à l'apogée de sa puissance, l'Empire inca s'étend depuis le sud de la Colombie jusqu'au Chili central. Vers l'est, il est limité par la barrière de la forêt amazonienne, mais des contacts commerciaux ont lieu avec les tribus forestières. L'Empire «Tahuantinsuyu » a pour centre symbolique la capitale, Cuzco. Chinchasuyu, vers le nord, comprend la partie centrale et septentrionale de la côte et des Andes; Collasuyu, vers le sud, correspond aux plateaux bolivien, argentin et chilien actuels; Antisuyu, à l'est, s'étend jus- qu'à la forêt amazonienne; Contisuyu, vers l'ouest, recouvre toutes les régions depuis Cuzco jusqu'au Pacifique.

Pour unifier les différents peuples qui composaient leur empire, les Incas disposaient de différents moyens. L'un des principaux était le mitmaj : un groupe de population - parfois une tribu entière - était transféré de son pays d'origine dans une région éloignée; soit qu'il vînt d'une région déjà pacifiée, auquel cas il constituait un élément pacificateur au sein de la région où il était transplanté, soit, au contraire, qu'il s'agît d'un groupe rebelle déporté dans une zone déjà incaïsée, le mitmaj était, de toute façon, un facteur d'amalgame et de cohésion dans cet Empire fait d'une mosaïque de cultures. Autre facteur d'unification, la langue « runa-simi » , qui fut appelée quechua après la conquête et qui était imposée à toutes les populations conquises, remplaçant les dialectes locaux, considérés comme inférieurs. Le runa-simi était enseigné par des fonctionnaires envoyés dans les différentes régions. En outre, les fils des nobles provinciaux étaient envoyés à Cuzco afin d'y assimiler la culture inca et d'y apprendre la langue officielle.

La religion fut également un élément important de la politique inca. Le culte de Viracocha, dieu suprême et créateur de toutes choses, était obligatoire dans tout l'Empire, où il supplanta celui des divinités locales. Celui d'Inti, le Soleil, père de l'Inca et divinité la plus populaire, le suivait en importance, avec ceux de Killa la Lune, d'Illapa l'Eclair, de Choqa Chinchay Orion et des autres astres divinisés. A l'unification de l'Empire contribua enfin la construction d'un réseau de chemins qui quadrillait le territoire, permettant la communication entre la capitale et les provinces. Larges de 5 m parfois, escaladant les montagnes en ligne droite grâce à des escaliers, franchissant les rivières sur des ponts suspendus, les «chemins de l'Inca» étaient sans cesse parcourus par les chasquis, courriers officiels, et jalonnés d'une série d'édifices, les tampus, à la fois relais, lieux de repos et dépôts d'aliments ou de vêtements pour les armées en campagne. On aurait tort de croire, cependant, que l'Empire inca constituait une unité sociale et politique parfaite. Il était formé de tribus diverses, liées entre elles par un certain nombre d'obligations et de traits communs, mais gardant chacune son individualité et sa culture propre

La fin du monde.


Le combat entre l'armée d'Atahualpa
et celle de Pizarro à Cajamarca

Le 16 novembre 1532, l'Inca Atahualpa fut capturé par Francisco Pizarro.
Son armée, taillée en pièces, était en fuite. En une journée, le plus grand Etat de l'Amérique précolombienne avait définitivement cessé d'exister. Après une brève captivité, Atahualpa fut étranglé secrètement dans sa prison sur l'ordre de Pizarro. L'époque coloniale commençait, qui allait voir la mise en coupe réglée du pays, la chute brutale du chiffre de là population, les abus de toutes sortes, tant civils que dus aux moines évangélisateurs. Exploités et opprimés, les Indiens ne restèrent cependant pas toujours apathiques.
En 1536, Manco Capac II, souverain fantoche placé sur le trône par les Espagnols, se révolta, s'enfuit et réussit à lever une armée. Repoussé devant Cuzco, qu'il avait assiégé, il se réfugia dans les Andes et mena durant des années une guerre d'escarmouches. Son fils, puis son frère Tupac Amaru continuèrent la résistance jusqu'à ce que l'implacable vice-roi Francisco de Toledo (1569- 1581) vînt à bout de ces premiers « guerrilleros ». Deux siècles plus tard, le nom de Tupac Amaru servira de cri de ralliement aux insurgés au cours de la dernière et la plus sanglante révolte qu'aient connue les Espagnols.

https://mythologica.fr