Johann Weyer

Johan WEYER

Johann Weyer (1515 - 1588) ou Jean Wier est né à Grave-sur-Meuse dans une famille modeste, dans le Brabant (Pays-Bas). Enfant, il était studieux, calme, et religieux, les caractéristiques de toute sa vie ultérieure. En 1529, à l'âge de quatorze ans, il devint l'étudiant vivant de l'occultiste allemand Heinrich Cornelius Agrippa à Anvers. Quand Agrippa fut forcé de quitter Anvers en 1531 ou 1532, Weyer et lui s'installèrent à Bonn, sous la protection du prince-évêque comte Hermann von Wied.

Il devint un médecin, occultiste et démonologue. Il a été parmi les premiers à publier des ouvrages contre la persécution des sorcières, et a également produit un grimoire influent.

Il fut le premier à parler de maladies et des "illusions maladives qui infectent le siège de l'esprit" sans toutefois nier l'influence du diable.

Weyer a courageusement critiqué le "Malleus Maleficarum" et les chasses aux sorcières lancées par les autorités ecclésiastiques et civiles lors de nombreux procès et exécutions de sorcières. On dit qu'il a été la première personne à utiliser le terme «malade mental» pour décrire ces personnes accusées de pratiquer la sorcellerie, et en parlant de ceux qui invoquent les démons (qu'il appelait «esprits»), il a soigneusement utilisé le mot «exorciste» .

❖ Oeuvres.

Dans son "De Praestigiis Daemonum et Incantationibus ac Venificiis" ("Sur les illusions des démons et sur les sorts et les poisons") de 1563, Weyer a défendu l'idée que le pouvoir du diable n'était pas aussi fort que vouait bien l'indiquer l'église chrétienne, mais il défendait aussi l'idée que les démons avaient effectivement un certain pouvoir et qu'ils pouvaient apparaître devant les personnes qui les invoquaient. Il a pris soin de se référer aux "magiciens" et non aux "sorciers" en parlant des gens qui pourraient créer ces illusions, indiquant qu'ils étaient des hérétiques qui utilisaient la puissance du diable.

Le « Pseudomonarchia Daedonum » a été écrit par le célèbre médecin et démonologue  du XVI ième siècle, Johann Weyer. Il a été fortement inspiré par son ancien professeur, célèbre occultiste allemand Heinrich Cornelius Agrippa. Il est l'annexe de son ouvrage contre la persécution de la sorcellerie, « Praestigiis Daemonum », salué, parait-il,  par Sigmund Freud comme l'un des livres les plus importants de tous les temps.

Le Pseudomonarchia Daedonum est un catalogue de soixante neuf éminents démons, membres de monarchie infernale avec le descriptif de leurs spécialités en enfer, et les moyens de les conjurer.
Weyer, cependant, était un fervent chrétien qui a envisagé avec une grande prudence la perspective de conjurer ces esprits infernaux. Il a omis des détails importants des rituels et mis en garde ceux qui ont lu le Pseudomonarchia.

❖ Bibliographie

Quelques livres de librairie pour approfondir le sujet.

Bibliothèque virtuelle
Le grenier de Clio [https://mythologica.fr]