AIGUILLETTE

Le nouement de l'aiguillette est une pratique de magie noire qui consiste à empêcher les rapports sexuels.

CROYANCE.

Le nouement de l'aiguillette, dont les rabbins attribuent l'invention à Cham, fils de Noé, était connu des anciens aussi-bien que des modernes , et ce maléfice a rendu de tout temps les sorciers redoutables aux nouveaux époux. Mais les Grecs » avaient une loi très-expresse qui portait que tout sorcier ou magicien qui par charmes, paroles, ligatures, images de cire ou autre maléfice, enchanterait ou charmerait quelqu'un, ou qui s'en servirait pour faire périr les hommes ou le bétail, serait puni de mort.
Platon conseille à ceux qui se marient de prendre garde à ces charmes ou ligatures qui troublent la paix des ménages On nouait aussi l'aiguillette chez les Romains ; cet usage passa des magiciens du paganisme aux sorciers chrétiens; on nouait surtout beaucoup au moyen âge ; l'Eglise reconnaissait l'efficacité des ligatures que plusieurs conciles frappèrent d'anathème ; le cardinal du Perron fit même insérer dans le rituel d'Évreux de sages prières contre l'aiguillette nouée ; car jamais ce maléfice ne fut plus fréquent qu'au seizième siècle , qui fut en même temps le siècle des exorcismes, des bûchers , des charmes, de la magie et des sorciers.

"Le nouement de l'aiguillette devient si commun , écrit Delancre , qu'il n'y a guère d'hommes qui s'osent marier qu'à la dérobée. On se trouve lié sans savoir par qui, et de tant de façons que le plus rusé n'y comprend rien. Tantôt le maléfice est pour l'homme, tantôt pour la femme, ou pour tous les deux. Ici c'est pour un jour, là pour un mois , ailleurs pour un an. L'un aime et est haï; les époux se mordent et s'égratignent, quand on en vient aux embrassements ; ou bien , le diable interpose entre eux un fantôme , qui les empêche de se joindre ; la chaleur s'éteint dans les reins ; le mari ne peut achever l'œuvre ; les principes de la génération ne se trouvent plus à leur place... Tous ces maléfices sont de l'intervention du diable , et n'excèdent ni ses forces ni son industrie. Il en a donné le secret à ses suppôts , qui n'y vont pas de main morte, et font passer de bien mauvaises nuits à ceux qu'ils affligent".

Lorsque le mariage ne pouvait se consommer ou parce que l'époux était un vieillard fatigué, ou parce que la femme était mal conformée, ou pour mille autres causes , même pour cette impuissance temporaire on pensait immediatement au nouement de l'aiguillette.

❖ Bibliographie

Bibliothèque virtuelle
https://mythologica.fr