civilisation

L'Europe tempérée est un pays de collines, de grandes plaines et de plateaux. Ce paysage est presque intégralement recouvert de forêts jusqu'à ce que, il y a quelques milliers d'années, des groupes d'agriculteurs sédentarisés s'emploient à défricher de vastes territoires. Le défrichement s'accélère après la découverte de la technique du fer. Des marécages sont asséchés, les flancs des collines déboisés et des peuplements très denses occupent les vallées les plus fertiles longtemps avant l'arrivée des Romains. L'Europe préhistorique était peuplée par de nombreux groupes humains dont nous avons le plus souvent perdu la trace.
Nous pouvons toutefois reconstruire avec précision le mode de vie de ces sociétés sans écriture situées à la lisière des cultures méditerranéennes plus évoluées. Parmi ces peuples contemporains de la fin de l'âge du fer, ceux vivant sur les territoires d'Europe occidentale figurent parmi les mieux connus.

VIE.

Grâce à l'archéologie nous pouvons reconstituer un tableau détaillé de la vie quotidienne à la fin de la préhistoire. Les maisons sont faites de bois et d'osier, les murs étant rendus étanches par une couche de torchis. La nourriture est conservée, cuisinée et servie dans de la vaisselle de terre cuite, d'une facture souvent grossière, mais parfois peinte de couleurs vives ou recouverte d'une couche luisante de graphite. Les aiguilles étaient en os et les vêtements de lin ou de laine étaient tissés sur des métiers.

SOCIETE.

Les techniques agricoles de l'âge du fer sont déjà assez raffinées. On cultive presque partout plusieurs espèces de céréales : le blé dur, l'épeautre, l'orge et le millet. On élève du bétail : des bovins, des porcs et des moutons. La plupart des communautés assurent probablement leur alimentation de base.
Presque toute la population vit dans des villages, même si l'on a retrouvé dans quelques régions les traces de fermes dispersées, même si des places fortifiées (oppida) dominant les campagnes sont édifiées dans toute l'Europe. Mais nous n'avons pas la certitude que ces forts étaient occupés en permanence, sauf dans les régions de montagnes comme le nord de l'Ecosse ou les Alpes.
La société de l'âge du fer est donc essentiellement villageoise. La population se compose surtout de paysans qui habitent avec leurs familles à proximité des parcelles qu'ils cultivent. Les villages sont peut-être dirigés par des chefs, et les liens de parenté jouent sans doute un rôle très important dans l'organisation de la vie quotidienne.

Quand les Romains arrivent, ils remarquent l'existence d'entités politiques plus larges que la communauté villageoise. Les propriétaires d'une grande partie des terres, les nobles, se transmettent leurs biens de manière héréditaire et jouissent d'une prééminence dans l'organisation des communautés. Cette société aristocratique est de nature violente. Les jeunes gens y acquièrent honneurs et richesses par les raids, les duels et les guerres. Ces sociétés de l'âge du fer ne sont sans doute pas plus belliqueuses que les autres sociétés anciennes, mais les récits des généraux romains leur ont fait une réputation de cruauté. Toutefois, les armes magnifiquement travaillées que les archéologues ont mises au jour témoignent de leur intérêt pour la guerre et la parure.
https://mythologica.fr