titre

D'après le texte biblique, l'histoire primitive des Hébreux s'identifie complètement avec l'histoire du monde.

Le nom que les Hébreux préféraient était celui de Béné-Israel, les Enfants d'Israël, les Israélites. Le terme Juif ou Judéen, qui ne devait s'appliquer proprement qu'aux Israélites du royaume de Juda, s'est étendu à toute la nation dès l'époque gréco-romaine. Jusque vers le milieu du XIXe siècle, l'histoire des Hébreux nous était connue exclusivement par l'Ancien Testament et par des renseignements en petit nombre, épars chez les auteurs classiques. Depuis lors, le déchiffrement des inscriptions hiéroglyphiques et cunéiformes, et les fouilles entreprises en Palestine, ont permis de compléter les renseignements contenus dans l'Ancien Testament.

Leur histoire particulière commence avec Abraham qui quitta Ur, s'en alla vivre d'abord à Harrân, puis à Hébron. Jacob, petit-fils d'Abraham, à qui Dieu donna le nom d'Israël, eut douze fils, dont chacun devint l'ancêtre d'une tribu nombreuse ; l'un d'eux, Joseph, vendu par ses frères, gagna la faveur de Pharaon dont il fut ministre. Il appela son père et ses frères auprès de lui, à l'occasion d'une famine qui, sept années durant, désola le monde, puis les installa à l'orient du Delta, au canton de Goshen. Ils s'y multiplièrent jusqu'à former un peuple, et ils effrayèrent les Egyptiens par leur accroissement sans cesse grandissant. Persécutés par un pharaon nouveau, qui n'avait pas connu Joseph, Moïse les délivra et les emmena au delà de la mer Rouge, afin de recevoir au Sinaï la loi de Dieu. Ils errèrent quarante années durant au désert. Puis Josué conquit Canaan, la Terre promise, et y implanta les enfants d'Israël.

Après lui, des juges exercèrent l'autorité, puis le peuple réclama un roi : Samuel choisit Saül et l'oignit roi. Saül marcha d'abord dans les voies du Seigneur et repoussa les Philistins ; mais, s'étant insurgé contre l'autorité de Samuel celui-ci élut, pour le remplacer, David, qu'il sacra secrètement. Saül périt sur les monts de Gelboé, dans une bataille contre les Philistins.
David constitua vraiment le peuple hébreu. Ses victoires assurèrent à Israël la possession définitive du territoire qu'il convoitait. Il prit Jérusalem ; il fit d'elle la capitale de la nation. Les révoltes et les compétitions qui troublèrent la fin de son règne n'arrêtèrent pas la prospérité de sa dynastie : Salomon exécuta le temple que son père avait projeté de bâtir et organisa le régime financier, politique, militaire. Sa piété, son faste, ses expéditions maritimes lui valurent le nom de c grand souverains chez les générations postérieures, mais suscitèrent le mécontentement de ses contemporains : lorsqu'il mourut, vers 930 avant notre ère son domaine se scinda en deux royaumes rivaux, celui de Juda et celui d'Israël, dont les luttes intestines favorisèrent l'intervention de leurs puissants voisins, non seulement l'Assyrie et l'Egypte, mais aussi le royaume araméen de Damas. Sous prétexte de soutenir les prétentions de Jéroboam, le pharaon Sheshonq pille et rançonne les principales cités. Puis le royaume d'Israël est en partie démembré par le roi de Damas, qui lui enlève les territoires du haut Jourdain et ensuite la meilleure partie du pays de Galaad. Omri réorganise la puissance militaire d'Israël et fonde une nouvelle capitale, Samarie. Son fils Achab bataille avec énergie contre Damas, mais doit s'allier avec son roi quand survient le péril assyrien. En 854, Damas et Israël sont aux côtés du roi de Hamath à la bataille de Qarqar, contre Salmanasar III. A l'intérieur de son royaume, Achab dut se débattre contre des difficultés d'ordre religieux. Sous l'influence de sa femme Jézabel, fille du roi de Sidon, le culte des divinités phéniciennes a été introduit dans le royaume ; les prophètes, surtout Elie, réagissent vigoureusement contre ce retour à l'idolâtrie. Achab succombe dans la lutte contre Damas, et la guerre civile assure la ruine de sa maison. Son petit-fils Joram, et Achazias, roi de Juda, sont mis à mort à Jezraël par Jéhu (843), qui se reconnaît tributaire du roi d'Assyrie, tandis qu'Athalie, fille d'Achab, s'empare du pouvoir en Juda. Joas, qui succède à Athalie, relève son royaume, bat le roi de Damas puis le roi d'Israël. Jéroboam II, en Israël, reconquiert tout le territoire, mais aussitôt après sa mort des révolutions de palais aboutissent à une intervention du roi d'Assyrie ; en 735, Téglatphalazar III impose le gouvernement d'Osée et le maintient malgré ses sujets. Mais Osée intrigue avec l'Egypte; Salmanasar V assiège Samarie qui succombe en 722, au début du règne de Sargon. Ses habitants sont déportés et remplacés par des gens de Hamath, auxquels viennent se joindre plus tard des Arabes, des Koubéens, des Babyloniens. Ces éléments étrangers transforment la civilisation de la région.

Cette suite d'événements, où l'intervention de l'Assyrie a joué un très grand rôle, a incité Juda à mettre sa confiance dans la puissance de l'Égypte. En 701, il fait partie d'une ligue qui est défaite par les Assyriens près d'Akkaton ; pour la première fois, une armée assyrienne pénètre en Judée, et assiège Jérusalem : Ezéchias doit traiter, s'engager à payer le tribut, abandonner une partie de son territoire. En 690, Sennachérib revient en Judée, mais son armée épuisée bat en retraite. Après la ruine de Ninive (612), Juda refuse le tribut à Babylone. Nabuchodonosor assiège Jérusalem et la prend, d'abord en 596 puis en 587 ; les habitants sont déportés. C'est la fin du royaume hébreu.

L'année même de la chute de Babylone, en 538, Cyrus permit aux Juifs déportés de rentrer en Judée et d'y rebâtir la ville et le temple. Une petite communauté juive se développe péniblement sous des princes, puis sous des grands prêtres. La ferveur religieuse de ses chefs et de son sacerdoce lui permet de traverser sans trop de peine les deux siècles de la domination persane.

Favorisés par les successeurs d'Alexandre, les Juifs se laissent plus tard pénétrer de l'esprit hellénique : la tyrannie des rois de Syrie les oblige à se ressaisir. Ils se révoltent en 168, sous la conduite de Mattathias et de ses fils, dont le plus célèbre, Juda, dits Macchabée », bat à plusieurs reprises les généraux syriens et reconquiert Jérusalem (164). En 63, les Romains s'emparent de la Judée, dont Hérode le Grand est roi de 37 à 4 avant notre ère. A sa mort, l'unité du royaume disparaît, et vers 64 de notre ère les Juifs se révoltent contre Rome: Vespasien réduit la Galilée (67), et Titus détruit Jérusalem (70). Un dernier soulèvement (130-135) fut suivi du ravage méthodique du pays par Hadrien, qui rebâtit Jérusalem et change son nom en celui d'Aelia Capitolin.

❖ Bibliographie

Quelques livres de librairie pour approfondir le sujet.

Bibliothèque virtuelle
Le grenier de Clio [https://mythologica.fr]