SPHINX

Le Sphinx était un monstre envoyé par Héra pour punir Laios ou par Apollon pour punir les Thébains de leur impiété.
Sphinge
Sphinge

Le (ou la) Sphinx (Σφινξ) ou la Sphinge que certains appelaient aussi Phix, (Φιξ) était un monstre femelle qui avait  pour géniteurs :

Echidna et Typhon selon Apollodore

Chimère et Orthos selon Hésiode

Certains scholiastes d'Hésiode et d'Euripide en font la progéniture de Chimère et Typhon.

LÉGENDE

Sphinx
Oedipe et le Sphinx (1864) d'après G. Moreau
© Metropolitan Museum of Art NY

Il  possédait toutes les caractéristiques de la race dont il était issu. Il avait le visage et la poitrine d'une femme, les pattes et la queue d'un lion, et les ailes d'un oiseau.
Ce monstre aurait été envoyé par Héra pour punir Laïos, roi de Thèbes, coupable d'avoir enlevé le jeune Chrysippe ou par Hadès (ou Apollon)  pour punir les thébains de leur impiété.

Installé sur un rocher du mont Phicium, (ou sur les remparts de Thèbes), le monstre posait une énigme qu'il avait apprise des Muses, aux voyageurs qui passaient à proximité. Ceux qui n'arrivaient pas à résoudre son énigme étaient immédiatement tués et dévorés. Le reste du temps, il ravageait les champs de Béotie.

Lorsque Laïos fut assassiné et remplacé par son beau-frère, Créon, qui venait de perdre son fils Haemon dévoré par le monstre,  il proclama, conformément à un oracle, qu’il donnerait le royaume et la main de sa sœur Jocaste, veuve de Laïos, à quiconque viendrait à bout du Sphinx.


Oedipe et le Sphinx

Nombreux furent les infortunés aventuriers appâtés par la récompense qui tentèrent vainement leur chance.

Un jour Oedipe décida lui aussi d'affronter le Sphinx qui lui donna à résoudre l'énigme suivante :
"Quel être, pourvu d'une seule voix, a d'abord quatre jambes, puis deux jambes, et finalement trois jambes"
Sans hésiter Œdipe répondit : "L'homme, car dans sa prime enfance il se traîne sur ses pieds et ses mains, à l'âge adulte il se tient debout sur ces jambes, et dans sa vieillesse, il s'aide d'un bâton pour marcher."
Se voyant joué, le Sphinx se précipita du haut de son rocher et se tua comme l’oracle l’avait prédit. Toutefois selon d'autres versions Oedipe l'aurait tué à l'aide de son épée.
C’est ainsi qu’Œdipe devint roi de Thèbes et épousa la reine Jocaste en ignorant qu'elle était sa mère.

Pausanias apporte une vision plus rationnelle de l'évènement. Pour lui le Sphinx n'est qu'un pirate qui sévissait dans les parages d'Anthédon et qui fut tué par Oedipe et son armée arrivant de Corinthe.

Il rapporte aussi que le Sphinx était la fille naturelle de Laïos qui préservait ainsi l'accès au trône. Elle demandait aux prétendus fils de Laïos quel était le contenu de l'oracle qui avait été délivré à Cadmos, le fondateur de Thèbes. Cet oracle secret n'était connu que de la famille royale de Thèbes. Dans le cas où la réponse était erronée, le pauvre garçon était mis à mort sur le champ. Oedipe, quant à lui, aurait trouvé la bonne réponse car elle lui avait été donnée dans un rêve.

Il ne faut pas confondre le Sphinx de Thèbes avec son homonyme égyptien, le lion couché à tête humaine, symbole du dieu Hamarkhis (le soleil éclairant le monde).

ICONOGRAPHIE

Oedipe et le Sphinx
B. VALLEJO
Oedipe et le Sphinx (c.1806)
par François-Xavier FABRE
Oedipe et le Sphinx
(1992) Sergei PANASENKO

FILIATION

Chimère
ou
Echnida
Orthos
ou
Typhon
SPHINX
Epoux / amant Enfants
-  

SOURCES

Bibliothèque virtuelle
http://mythologica.fr

Hésiode, Théogonie: ligne 326 sqq

On dit que de Typhon, le plus impétueux, le plus terrible des vents, cette nymphe aux beaux yeux conçut une formidable race : d'abord le chien Orthros, que posséda Geryon; puis l'horrible, le dévorant Cerbère, le gardien des demeures d'Hadès, le monstre aux cinquante têtes, à la voix d'airain, au corps énorme, à la force indomptable ; enfin, la cruelle Hydre de Lerne, que nourrit Héra dans son implacable haine contre Héraclès, mais qu'immola de son épée d'airain l'héritier d'Amphitryon, le fils de Zeus, aidé du courage d'Iolas et des conseils de la guerrière Athéné. Enfin c'est la Chimère, vomissant d'invincibles feux, la terrible, l'immense, la rapide et indomptable Chimère. Ce monstre avait trois têtes, une de lion, une de chèvre sauvage, une de serpent; son encolure était d'un lion, sa croupe d'un serpent ; le reste d'une chèvre sauvage. Prodige affreux, de sa bouche s'échappaient des torrents de feu. Pégase et l'intrépide Bellérophon la firent périr. Du commerce de ce monstre avec Orthros sortit le Sphinx, fléau des Thébains, et ce lion qu'éleva l'auguste épouse de Zeus, et qu'elle lança sur les fertiles plaines de Némée pour le malheur de leurs habitants.

Pausanias; Périégèse: IX, 26, 2 et 3

[2] Plus loin est la montagne d'où l'on assure que le Sphinx s'élançait pour enlever et faire périr ceux qui ne devinaient pas son énigme.
[3] Il y en a qui disent que c'était un pirate, qui parcourait les mers avec quelques vaisseaux, et qui s'arrêta dans les parages d'Anthédon; s'étant emparé de cette montagne, il se livrait au pillage; ce qui ne cessa que lorsque Oedipe, ayant amené de Corinthe une armée, l'eut tué après l'avoir vaincu.
On dit aussi que ce Sphinx était une fille naturelle de Laïos, qui, par amitié pour elle, lui avait appris l'oracle qui avait été rendu à Cadmos à Delphes ; cet oracle n'avait été jusqu'alors connu que des rois. Lors donc que quelqu'un de ses frères se présentait pour lui disputer le trône (car Laïos avait eu des fils de plusieurs concubines, et l'oracle qui lui avait été rendu à Delphes ne concernait qu'Epicaste et les enfants qu'il pourrait avoir d'elle), elle leur disait, en employant la ruse suivante que, s'ils étaient réellement fils de Laïos, ils devaient connaître l'oracle rendu à Cadmos.