HÉBÉ

Hébé était la plus jeune fille de Zeus et d'Héra ; elle personnifiait l'éternelle jeunesse.
A Rome elle était vénérée sous de nom de Juventas

❖ Attributions

Hébé (1850)
de Déméter Laccataris

Elle avait en général sous son attribution tout ce qui regardait la vie domestique des habitants de l'Olympe. C'est elle qui attelait char d'Héra (Iliade V,722) , et Homère raconte aussi dans l'Iliade (V,905) qu'elle baigne et habille son frère Arès et qu'elle le soigna avec de l'ambroisie quand il fut blessé par Diomède lors de la guerre de Troie. Elle remplissait dans l'Olympe la fonction d'échanson des dieux;


Ambroisie
Nourriture délicieuse qui donnait aux dieux l'immortalité et leur conservait une éternelle jeunesse. D'après Homère, l'ambroisie était apportée du lointain Occident par des colombes. Plus tard la production fut confiée à Déméter.
L'ambroisie était sans doute assez liquide puisque les dieux s'en oignaient le corps et Héra s'en servait comme cosmétique.

Nectar
Breuvage mythique des dieux.

Elle versait l'ambroisie et le nectar aux dieux afin qu'ils restent éternellement jeunes. Mais un jour, pendant un banquet elle fit un faux pas et tomba de telle manière qu'Athéna craignit pour sa pudeur. Afin d'éviter que pareil impair se renouvelle, Zeus en profita pour charger son protégé, Ganymède, un jeune mortel qu'il avait enlevé, de cette importante tâche. Ganymède devint à partir de ce moment le nouvel échanson des dieux.

Elle avait aussi le don de rendre la jeunesse aux Hommes c'est ce qu'elle fit pour Iolaos, neveu d'Héraclès, pour qu'il puisse combattre leur ennemi de toujours, Eurysthée qui s'était attaqué aux Héraclites, les descendants d'Héraclès

Elle fut mariée à Héraclès lorsque ce dernier fut admis à l'Olympe et réconcilié avec sa belle-mère, Héra. Ils eurent deux fils jumeaux Alexiarès (celui qui écarte la guerre) et Anicétos (l'invincible) dont les noms rappellent la vaillance de leur père (Apollodore II, 158). Ils étaient les gardiens des portes de l'Olympe et les patrons des citadelles.

❖ Culte

Hébé
Hébé
Hébé
Hébé B. Thorvaldsens
© Musée Thorvaldsens
Copenhague

Elle personnifiait la jeunesse éternelle mais elle était aussi vénérée comme la déesse des jeunes épouses. Hébé était une divinité importante de la Grèce et elle était généralement associée à Héraclès. Elle était vénérée à Athènes, où elle avait un autel près du gymnase du Cynosarges et de l'autel consacrés à Héraclès.

Sous le nom Ganyméda (féminisation de Ganymède) ou Dia, elle était vénérée dans un bosquet sacré à Sicyone et à Phlionte, cités grecques du Péloponnèse.

A Rome elle est connu sous le nom de Juventas et elle avait aussi plusieurs temples, où elle était adorée comme déesse de la jeunesse.

❖ Arts

Les figuration d'Hébé dans le monde antique sont plutôt rares; elle est représentée sous les traits d'une jeune femme versant l'ambroisie aux dieux. Elle est très souvent en compagnie de sa mère ou représentée lors de son mariage avec Héraclès.
Les modernes ont été plus inspirés par la sculpture que la peinture où Hébé apparait de façon marginale. La plus célèbre représentation est la statue de Canova, exécutée en marbre blanc où la déesse apparait sous la figure d'une jeune fille tenant une coupe.

Hébé et Héra
Hébé W. Marshall
© National Galleries
of Scotland
Hébé
Antonio Canova
© Musée de
l'Ermitage
Hébé et Héraclès
Dictionnaire Daremberg et Saglio
Cliquez pour voir d'autres oeuvres

 

❖ Filiation


Héra Zeus
HEBE
(table 38)
Epoux Enfants
Héraclès Alexiarès
Anicétos

❖ Sources

http://mythologica.fr